Un pas dans la bonne direction selon la FCEI

Rapport du groupe de travail sur l'industrie de la construction

MONTRÉAL, le 12 sept. 2011 /CNW/ - La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) accueille avec satisfaction le principe de plusieurs des conclusions et recommandations présentées dans le rapport déposé ce matin par le Groupe de travail sur le fonctionnement de l'industrie de la construction. « L'interdiction des pratiques de placement syndical de la main-d'œuvre, la révision de la gouvernance de la CCQ ainsi que la révision de la juridiction des métiers sont trois sujets fort importants pour les PME qui oeuvrent dans ce secteur. Lors de notre présentation devant le Groupe de travail, nous avions d'ailleurs réclamé des changements à ces égards. Le rapport comporte plusieurs constats et recommandations qui vont dans cette bonne direction »,  a indiqué Mme Martine Hébert, vice-présidente, Québec de la FCEI.

Le droit de gérance : un droit fondamental pour les employeurs
Dans le mémoire déposé devant le Groupe de travail, la FCEI avait fait valoir que les PME du Québec souhaitaient que le placement de la main-d'œuvre soit retiré aux syndicats. Le droit de gérance, notamment en ce qui a trait à l'embauche, la discipline et la mise à pied des travailleurs, est un droit fondamental des employeurs. « Le rapport précise que le placement syndical sera interdit ce qui, en soi, est une bonne nouvelle. Mais il donne aux syndicats un pouvoir de référence et propose un encadrement de ce système. Il faudra voir à l'usage si, effectivement, tout cela permettra de contrer les problèmes qui sévissent actuellement. Toutefois, nous sommes très heureux que le Groupe de travail ait retenu notre recommandation à l'effet que la Commission de la construction du Québec rende accessible aux entrepreneurs un répertoire à jour des travailleurs disponibles, et ce, en tout temps », de préciser Mme Hébert.

La juridiction des métiers : une révision qui s'impose
Les définitions de métiers contenues dans le Règlement sur la formation professionnelle de la main-d'oeuvre de l'industrie de la construction ont peu évolué depuis 40 ans. La rigidité qui en découle cause de nombreux casse-têtes aux PME qui oeuvrent dans le secteur en plus d'avoir un impact sur les coûts et les délais de construction.

Le rapport du Groupe de travail propose la reconnaissance de tâches connexes et la mise en place d'un mécanisme de révision périodique du champ de juridiction des métiers. « Le principe est louable, mais nous aurions souhaité que les recommandations énoncent clairement que ces mécanismes doivent viser une diminution du nombre de métiers. Nous avons vingt-six métiers dans cette industrie au Québec alors que l'Ontario en compte seulement six. Cela n'a pas de bon sens. Nous espérons que le projet de loi qui sera déposé sera plus précis sur cette question », a mentionné Martine Hébert.

La gouvernance de la CCQ : des changements souhaités par les PME
Dans le mémoire déposé au Groupe de travail, la FCEI avait également recommandé que la Commission de la construction du Québec assure une meilleure représentation de tiers indépendants sur son conseil d'administration et que des sièges soient réservés aux représentants des petites et moyennes entreprises. Quand on tient compte du fait que 83 % des employeurs de la construction ont 5 salariés ou moins, on comprend encore davantage la nécessité d'améliorer la représentativité des PME. Bien que sa recommandation ait été retenue, la FCEI souhaite que le projet de loi soit plus clairement explicite concernant la représentativité des PME.

Enfin, la FCEI entend faire valoir ses arguments lors des audiences qui suivront le dépôt du projet de loi cet automne, tel qu'annoncé par la ministre du Travail, Mme Lise Thériault ce matin en conférence de presse. « Le diable est toujours dans les détails… Il faudra voir comment toutes ces recommandations se traduiront dans le projet de loi qui va suivre », a conclu Martine Hébert.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) représente les intérêts des PME auprès des gouvernements. Elle regroupe 108 000 entreprises au Canada, dont 24 000 au Québec. La FCEI est non partisane et son financement provient uniquement de l'adhésion de ses membres. (www.fcei.ca)

SOURCE FEDERATION CANADIENNE DE L'ENTREPRISE INDEPENDANTE

Renseignements :

Source :   François Vincent
  Téléphone : (514) 919-9535

 

Profil de l'entreprise

FEDERATION CANADIENNE DE L'ENTREPRISE INDEPENDANTE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.