UN PARACHUTE DORE POUR JEAN-GUY CHAPUT, MAIS ON S'ACHARNE SUR LE FONCTIONNAIRE DENIS PETITCLERC



    QUEBEC, le 5 juin /CNW Telbec/ - Le député de Richelieu et porte-parole
de l'opposition officielle en matière de Conseil du trésor, de fonction
publique et de services gouvernementaux, Sylvain Simard, dénonce la politique
de deux poids deux mesures du gouvernement libéral qui, d'un côté, offre un
parachute doré pour l'ancien président de la SODEC, Jean-Guy Chaput, mais de
l'autre côté, s'acharne à l'endroit d'un fonctionnaire, Denis Petitclerc,
congédié injustement par la SIQ en 2006 pour avoir dénoncé une situation de
danger pour la santé et la sécurité au travail de milliers d'employés de la
fonction publique.
    "Pendant des jours, Jean Charest et Christine St-Pierre ont martelé que
Jean-Guy Chaput n'avait plus la confiance et ne méritait pas sa prime. Or, il
semble que ce n'était pas suffisant puisque hier, le gouvernement libéral a
choisi de récompenser M. Chaput, malgré le rapport accablant du Vérificateur
général, en le nommant conseiller spécial du gouvernement. Où est la
logique?", se demande Sylvain Simard.
    Le Parti Québécois doute des motifs réels ayant mené le gouvernement à
récompenser M. Chaput en lui construisant une tablette sur mesure. "Cette
récompense est-elle vraiment attribuable à la crainte d'une poursuite
judiciaire ou s'agit-il plutôt de sa proximité avec la ministre de
l'Environnement, Line Beauchamp? La question se pose car dans le cas du
fonctionnaire Denis Petitclerc, le gouvernement n'hésite pas à engager des
milliers de dollars en frais juridiques pour contester une décision d'un
juge", a indiqué Sylvain Simard.

    LA POLITIQUE DE DEUX POIDS DEUX MESURES DU GOUVERNEMENT LIBERAL

    Bref, pour un proche de la ministre Beauchamp, on a peur des poursuites
mais pour le fonctionnaire Denis Petitclerc, congédié de la SIQ en 2006 de
manière illégale, abusive et démesurée selon le juge de la Cour supérieure,
Michel Caron, le gouvernement n'est pas offusqué de gaspiller des milliers de
dollars de fonds publics.
    "La situation est absurde : l'honnête fonctionnaire fait son travail et
est sanctionné et un proche d'une ministre, blâmé par le Vérificateur général,
est récompensé", a dénoncé Sylvain Simard.
    M. Simard presse le gouvernement libéral pour que le projet de loi 196,
qui vise à protéger les dénonciateurs du secteur public québécois, soit étudié
et adopté rapidement. "Si ce projet de loi était en vigueur, on éviterait de
gaspiller des milliers de dollars en frais juridiques. Des personnes qui ont
connaissance de gaspillage, de favoritisme, de dépenses frivoles ou excessives
ou de danger pour la sécurité des citoyens et des employés de l'Etat, doivent
pouvoir dénoncer ces faits sans risquer de perdre leur emploi. Le gouvernement
libéral est-il d'accord avec ce projet de loi ou veut-il gaspiller l'argent
des contribuables sans gêne et sans se faire prendre?", a conclu Sylvain
Simard.
    -%SU: CPN
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.