Un opérateur de pelle hydraulique sombre avec son engin dans la rivière des Mille-Iles : la CSST dépose son rapport d'enquête



    JOLIETTE, QC, le 16 oct. /CNW Telbec/ - La Commission de la santé et de
la sécurité du travail (CSST) dévoile aujourd'hui les conclusions de son
enquête au sujet de l'accident qui a coûté la vie à M. Frédéric Jean, un
opérateur de pelle hydraulique de l'entreprise Les Constructions Infrabec, de
Boisbriand. Il est décédé, le 18 mars dernier, lorsque la pelle hydraulique
qu'il manoeuvrait, afin de retirer un batardeau, a sombré dans la rivière des
Mille-Iles. L'enquête révèle, entre autres, que les décisions relatives à la
réalisation de l'ouvrage temporaire mènent au retard des travaux, exécutés dès
lors dans des conditions périlleuses en rivière.

    Rappel de l'événement
    ---------------------

    L'entreprise Les Constructions Infrabec effectue la réfection et la
construction d'ouvrages de génie civil. Elle a obtenu le contrat de
construction du nouveau pont Préfontaine-Prévost, reliant Laval et Terrebonne.
Le 18 mars 2007, on procède sur le chantier au retrait du batardeau et au
transport de la pierre. Le batardeau est un ouvrage temporaire constitué de
pierre concassée que l'on déverse dans la rivière. Il sert au déplacement des
engins de chantier et à l'érection des structures permanentes.
    Le jour de l'accident, M. Frédéric Jean manoeuvre une pelle hydraulique à
l'extrémité du batardeau. Il procède au chargement des camions en retirant la
pierre à partir du fond de l'eau vers le sommet du batardeau. Au moment de
l'accident, il vient de verser le contenu d'un godet dans un camion lorsque
son conducteur voit la pelle bouger. Celui-ci entend par la suite un
craquement et voit la pelle glisser sur une plaque de sol gelé qui s'incline
soudainement dans la rivière. La pelle sombre avec son opérateur. Le corps de
M. Jean est repêché le lendemain.

    Constatations de la CSST
    ------------------------

    L'enquête a permis à la CSST de retenir quatre causes pour expliquer
l'accident :

    
    - Le retrait du batardeau provoque la fracture et le basculement de la
      plaque de sol gelé sur laquelle se retrouve, isolée, la pelle qui
      glisse dans la rivière;
    - La méthode de retrait du batardeau en hiver est dangereuse et réalisée
      dans des conditions non sécuritaires;
    - L'analyse sécuritaire des activités et la gestion de la santé et la
      sécurité lors des travaux en rivière sont déficientes;
    - Les décisions relatives à la réalisation de l'ouvrage temporaire mènent
      au retard des travaux, exécutés dès lors dans des conditions
      périlleuses en rivière, notamment en omettant de prendre en compte les
      changements de conditions pour la réalisation des travaux.
    

    La CSST considère que l'entreprise Les Constructions Infrabec a agi de
façon a compromettre la sécurité des travailleurs. En conséquence, un constat
d'infraction lui a été délivré. Pour cette infraction, l'amende peut varier de
5 000 $ à 20 000 $ pour une première offense ou de 10 000 $ à 50 000$ en cas
de récidive.

    Exigence de la CSST
    -------------------

    A la suite de cet événement, la CSST a ordonné l'arrêt des travaux sur le
chantier. Leur reprise a été autorisée progressivement, entre le 26 mars et le
24 juillet 2007, après que le maître d'oeuvre s'est conformé aux exigences de
la CSST. Ces exigences étaient, notamment,

    
    - de fournir une attestation de solidité du batardeau;
    - d'élaborer un plan de profilage sécuritaire des pentes du batardeau;
    - de concevoir et d'appliquer une méthode de travail sécuritaire sur le
      batardeau;
    - de baliser les lieux et d'assurer la supervision constante des travaux
      par un ingénieur en sols.
    

    Mesures préventives
    -------------------

    Afin d'éviter qu'un tel accident ne se reproduise, la CSST demandera aux
donneurs publics d'ouvrage, en collaboration avec les représentants du milieu
de la construction, de prendre les mesures nécessaires pour s'assurer que les
travaux sur des batardeaux et autres ouvrages temporaires du même type soient
réalisés de façon sécuritaire par des entreprises ayant les connaissances et
les compétences requises.

    Tout faire pour qu'il n'arrive rien!
    ------------------------------------

    Au Québec, le secteur de la construction demeure l'un des plus touchés
par les accidents et les maladies du travail. Pourtant, ces lésions
professionnelles peuvent être évitées par une gestion permanente de la santé
et de la sécurité sur les chantiers. Pour ce faire, les employeurs et les
travailleurs doivent faire équipe et participer à l'identification et au
contrôle des dangers. Bref, il faut Tout faire pour qu'il n'arrive rien!
    -%SU: LBR,SAN
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Chantale Beaudoin, communicatrice régionale, Direction
régionale de Lanaudière - CSST, (450) 753-2600, 1-800-461-4489

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.