Un manifeste pour rendre le modèle social-démocrate plus efficace



    MONTREAL, le 25 mai /CNW Telbec/ - Un essai publié par le vice-président
et économiste en chef de l'Institut économique de Montréal (IEDM), Marcel
Boyer, intitulé Manifeste pour une social-démocratie concurrentielle, affirme
qu'avec la mondialisation des marchés, il est nécessaire de revitaliser la
social-démocratie en redéfinissant les rôles des secteurs gouvernemental et
concurrentiel. L'auteur précise que "si les Etats sociaux-démocrates veulent
maintenir leurs services sociaux, ils devront opter pour une social-démocratie
concurrentielle axée sur l'efficacité".
    Il conclut que "le passage d'une social-démocratie traditionnelle à une
social-démocratie concurrentielle sera combattu par de nombreux groupes
d'intérêt qui en sont venus à confondre leurs intérêts avec ceux de la
société; il exigera d'importants efforts de persuasion et un grand courage
politique".
    Le Manifeste pour une social-démocratie concurrentielle (170 p.) peut
être commandé par la poste ou téléchargé et distribué gratuitement :
www.cirano.qc.ca/~boyerm/20090414_BOYER_Manifeste_fr.pdf.

    Une social-démocratie concurrentielle (SDC) pour surmonter les limites de
    l'Etat providence

    L'objectif fondamental de la SDC est de créer des processus économiques
véritablement concurrentiels et transparents dans la fourniture des services
sociaux.
    Avec la SDC, le gouvernement établit les besoins des citoyens en biens et
services publics et fait les arbitrages requis; il gère les contrats et les
partenariats pour leur production et leur distribution par le secteur
concurrentiel au meilleur coût possible et dans le meilleur intérêt des
citoyens.
    Le secteur concurrentiel (entreprises privées, coopératives,
communautaires, OSBL, etc.) produit ces biens et services sociaux, sous
contrat avec le secteur gouvernemental, en utilisant les meilleures ressources
humaines et matérielles possibles et en étant motivé par la recherche d'une
efficacité maximale.
    La SDC donne aux citoyens le droit à la contestation économique pour
remplacer, par des processus d'appels d'offres appropriés, les producteurs et
distributeurs actuels de ces biens et services publics. Pour réduire les coûts
et favoriser l'innovation, les contrats de fourniture de biens et services
sociaux doivent être accompagnés de mécanismes rigoureux de
responsabilisation, d'incitation à la performance et de bonne gouvernance.

    De nouvelles politiques publiques

    Le manifeste est un véritable manuel d'éducation économique qui propose
plusieurs réformes des politiques publiques dans les domaines clés suivants :
santé, éducation, employabilité, services municipaux, sous-traitance,
délocalisation, innovation, infrastructures et environnement.

    La social-démocratie traditionnelle est dépassée

    La social-démocratie traditionnelle, dominante actuellement dans les
économies développées, entrave, selon l'auteur, les occasions de croissance et
incite à l'inefficacité. Le blocage des réformes est alimenté par des groupes
d'intérêts corporatistes et protégés qui cultivent les droits acquis en
défendant des "vaches sacrées" au détriment des intérêts citoyens.

    L'auteur

    En plus de ses fonctions à l'IEDM, Marcel Boyer est professeur émérite de
sciences économiques à l'Université de Montréal où il a été titulaire de la
chaire Bell Canada en économie industrielle. Il est actuellement fellow du
Centre interuniversitaire d'analyse des organisations (CIRANO) et du C.D Howe
Institute et siège également au CA de l'Agence des partenariats public-privé
du Québec. L'un des économistes les plus réputés au Canada, il fait partie des
premiers 5 % des économistes les plus reconnus au monde pour leur production
et leur rayonnement scientifiques selon le classement RePEc de mai 2009.
    Parmi les prix et distinctions scientifiques que Marcel Boyer a obtenus,
mentionnons le prix triennal d'excellence scientifique Marcel-Dagenais (1985)
de la Société canadienne de science économique, le prix Marcel-Vincent (2002)
de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) pour la qualité
exceptionnelle de ses travaux en sciences sociales, et la Médaille
Guillaume-Budé du Collège de France. Elu membre de la Société royale du Canada
(Académies des arts, des lettres et des sciences du Canada), il a été
président (1990-1991) de l'Association canadienne d'économique et membre,
entre autres, du Conseil national de la statistique du Canada, du Conseil de
recherche en sciences humaines du Canada et du Board of Directors du National
Bureau of Economic Research des Etats-Unis.

    L'Institut économique de Montréal est un organisme de recherche et
d'éducation indépendant, non partisan et sans but lucratif. Par ses études et
ses conférences, l'IEDM alimente les débats sur les politiques publiques au
Québec et au Canada en proposant des réformes créatrices de richesse et
fondées sur des mécanismes de marché.




Renseignements :

Renseignements: et demandes d'entrevues: André Valiquette, directeur des
communications, Institut économique de Montréal, (514) 273-0969 p. 2225,
Cell.: (514) 574-0969, avaliquette@iedm.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.