Un débat sur l'avenir des prisons québécoises s'impose - Les agents en service correctionnel manifestent devant l'Assemblée nationale



    MONTREAL, le 13 mars /CNW Telbec/ - A l'occasion du débat des chefs de
partis politiques, le Syndicat des agents de la paix en services
correctionnels du Québec (SAPSCQ) demande aux partis politiques de faire
connaître leurs intentions concernant le réseau correctionnel du Québec, aux
prises avec des problèmes de sous financement et de surpopulation.
    "Nous assistons ces dernières années à une détérioration marquée d'un
réseau affaibli par l'indifférence chronique des différents gouvernements,
observe Michel Hubert, président national du SAPSCQ. Les choix à venir seront
déterminants : le gouvernement du Québec ne peut continuer impunément à mettre
la population en danger. Il doit réinvestir dans le réseau correctionnel du
Québec afin de garantir la sécurité de la population québécoise."
    La situation de crise qui sévit actuellement est accentuée par un manque
d'effectifs important. Les heures supplémentaires travaillées et le taux
d'épuisement professionnel des agentes et des agents en services
correctionnels (ASC) sont à des niveaux record.
    "Cet épuisement de nos agents est aggravé par l'absence de formation et
d'encadrement. La surveillance adéquate des personnes incarcérées est
difficile et la réhabilitation, dans ces conditions, devient presque
impossible", observe monsieur Hubert.
    Le syndicat propose une formation professionnelle complète à l'Ecole
nationale de police du Québec. Travailler auprès d'une population carcérale de
plus en plus dangereuse tout en cherchant à atteindre les objectifs de
réhabilitation fixés par le ministère de la Sécurité publique exige une
formation adéquate.
    Par ailleurs, l'attraction et la rétention des agents correctionnels au
Québec pose des problèmes en raison des écarts salariaux importants à la fois
avec les autres services correctionnels provinciaux et avec le service
correctionnel fédéral. De plus, avec la construction annoncée de cinq nouveaux
centres de détention et le départ prochain de centaines d'agentes et d'agents
à la retraite, l'urgence se fait sentir.
    Selon Roger Valois, vice-président de la CSN, une reconnaissance de la
profession n'est pas évidente puisque le travail s'exerce en milieu fermé.
    "Notre expérience avec les agents correctionnels fédéraux démontre la
nécessité de valoriser ce travail auprès du public afin d'améliorer leurs
conditions de travail. Ce débat est essentiel et nous allons parcourir les
quatre coins du Québec afin d'y sensibiliser la population et se faire
entendre du gouvernement."

    Le SAPSCQ représente 2200 agents en services correctionnels répartis dans
18 établissements. Le syndicat a conclu une entente de services avec la CSN en
septembre 2006.




Renseignements :

Renseignements: Pascal Jean, conseiller syndical de la CSN, (514)
293-8853


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.