Un collaborateur de Radio Free Europe arrêté et torturé au moment même où le gouvernement fait des promesses à l'Union européenne



    MONTREAL, le 27 juin /CNW Telbec/ - Le 20 juin 2008, Sazak
Dourdymouradov, un collaborateur de Radio Free Europe (RFE) au Turkménistan, a
été arrêté par la police à son domicile de Baharden. Sa femme l'a retrouvé par
hasard dans les bureaux des services de sécurité nationale (ex-KGB). Le
journaliste a été torturé par la police qui voulait lui faire promettre de ne
plus travailler pour RFE. Cette arrestation intervient alors que le
Turkménistan vient de s'engager auprès de l'Union européenne à améliorer la
situation des droits de l'homme.
    "Nous dénonçons fermement l'arrestation du journaliste Sazak
Dourdymouradov et les mauvais traitements infligés par la police turkmène. La
méthode employée par les services de sécurité est malheureusement habituelle.
Les autorités font preuve d'un terrible cynisme en arrêtant un journaliste au
moment même où elles discutent avec l'Union européenne de la question des
droits de l'homme", a déclaré Reporters sans frontières.
    Le 20 juin, le journaliste a été arrêté à son domicile de Baharden, à
200 kilomètres à l'ouest d'Achkhabad. Il a ensuite été conduit dans un hôpital
psychiatrique proche de la capitale, mais lorsque sa famille a voulu lui
rendre visite le lendemain, il ne s'y trouvait plus. Sa femme ne l'a retrouvé
que le 24 juin au centre de détention de Baharden. Le journaliste a entamé
depuis une grève de la faim.
    Les services de sécurité ont voulu faire signer une déclaration au
journaliste, dans laquelle il s'engageait à ne plus travailler pour Radio Free
Europe. Sazak Dourdymouradov a refusé et a alors été torturé. Il a déclaré à
sa femme qu'il préférerait mourir.
    "Il s'agit d'un événement affreux. D'autant plus que le président
Gourbangouly Berdymoukhamedov était engagé dans un dialogue avec l'Union
européenne sur la question des droits de l'homme au moment même où Sazak
Dourdymouradov était torturé", a déclaré Jeffrey Gedmin le président de Radio
Free Europe.
    Les autorités turkmènes exercent une pression constante et par tous les
moyens sur les correspondants de Radio Free Europe. Osman Halliev, l'un
d'entre eux, a déclaré être assigné à résidence sans en avoir été prévenu.
"Mon téléphone mobile est coupé. Mon domicile est surveillé de tous les côtés.
Si je quitte ma maison, ils me suivent. Il y a des officiers de police parmi
eux. La situation empire d'heure en heure. Même mon petit-fils qui doit aller
au jardin d'enfants a peur de sortir", a-t-il déclaré. Le journaliste a ajouté
que son fils Umyt a été renvoyé de l'université le 20 juin dernier.
L'administration lui avait dit à plusieurs reprises que son père devait cesser
sa collaboration avec RFE. Umyt, 23 ans, a été officiellement renvoyé pour
avoir échoué à un examen. L'un de ses professeurs a pourtant admis avoir subi
des pressions des autorités.
    Gourbanbourdy Dourdykouliev, un militant de la société civile fréquemment
invité à parler sur les ondes de Radio Free Europe, est également la cible des
autorités. La police est venue à son domicile et lui a "recommandé" de subir
un examen psychiatrique. La semaine dernière, Aman, son fils de 10 ans a été
renvoyé d'un camp de vacances. Un des responsables lui a indiqué que "le KGB
ne voulait pas qu'il soit là". Gourbanbourdy Dourdykouliev a déclaré que "les
autorités voulaient l'intimider et le réduire au silence". "Ils ont fait d'un
enfant de dix ans leur ennemi", a-t-il ajouté.
    Deux autres journalistes sont actuellement emprisonnés au Turkménistan.
Khoudaiberdi Kourbandourdiev est privé de sa liberté depuis décembre 2005.
Annakurban Amanklytchev est en prison depuis le 16 juin 2006. Il a été arrêté
après avoir collaboré avec la chaîne de télévision France 2 à la réalisation
d'un carnet de route sur le Turkménistan pour l'émission Envoyé Spécial.
    Le Turkménistan figure au 167ème rang sur 169 du classement mondial de la
liberté de la presse établi par Reporters sans frontières. Son président
Gourbangouli Berdymoukhamedov fait partie des prédateurs de la liberté de la
presse et des ennemis d'Internet.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters Sans
Frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.