Un budget inacceptable et inéquitable pour les chômeurs, les travailleurs âgés, les femmes et le Québec



    MONTREAL, le 27 janv. /CNW Telbec/ - Le budget fédéral ne remplit pas les
attentes de la CSN. Après un énoncé économique qui a plongé le Canada dans une
crise politique majeure, le gouvernement conservateur acculé au pied du mur
devait sauver sa tête, mais il ne réussit qu'à remettre l'idéologie
conservatrice à l'avant-scène malgré un simili budget libéral. "Le discours ne
propose aucun changement de cap sur des questions de fond comme la
péréquation, la réforme de l'assurance-emploi, le droit à l'équité salariale
pour les femmes, les baisses d'impôt ou les changements climatiques", de
constater la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau.
    La centrale syndicale se réjouit des 7 milliards de dollars qui seront
investis pour stimuler le développement des infrastructures, mais est déçue du
peu d'argent qui sera consacré aux transports collectifs, aux énergies vertes
et renouvelables ainsi qu'à l'efficacité énergétique. "L'argent est au
rendez-vous, mais les cibles sont mauvaises et les programmes demeurent trop
lourds d'application", de renchérir la leader syndicale.
    "Malheureusement, le gouvernement Harper profite de la conjoncture
économique difficile pour procéder aux nouvelles baisses d'impôt qu'il voulait
faire de toute façon, ce qui rendra nécessaire des compressions budgétaires au
sortir de la récession. On ouvre ainsi la porte toute grande à la stratégie
conservatrice de réduction du rôle et de la taille de l'Etat." Depuis trois
ans et en tenant compte des nouvelles mesures pour les deux prochaines années,
ce seront donc plus de 82 milliards de revenus dont le gouvernement sera
privé, avec les baisses des impôts et des taxes. Pire encore, les nouvelles
baisses du fardeau fiscal ne ciblent pas les moins nantis.

    Plusieurs mesures manquent à l'appel

    La présidente de la CSN est outrée que le budget ne contienne
pratiquement aucune mesure de bonification de l'assurance-emploi. "Alors que
105 000 emplois ont été perdus au pays en novembre et décembre, pour la
première fois nous traversons une crise économique majeure avec un programme
d'assurance-emploi dégradé par les coupes de 1993. A peine un peu plus de 40 %
des chômeuses et des chômeurs arrivent à se qualifier. C'est inacceptable."
    La CSN demandait la mise sur pied de projets-pilotes, d'une durée limitée
à trois ans, visant l'assouplissement des règles d'admissibilité, une période
de prestations plus longue, un taux de prestation relevé à 60 % et calculé sur
les 12 meilleures semaines de la période de référence ainsi que l'abolition du
délai de carence.
    Bien qu'un milliard et demi de dollars soit destiné à la formation des
travailleurs, cela ne permettra pas au Québec de rattraper le retard accumulé.
Par ailleurs, le gouvernement refuse de mettre sur pied un programme de
soutien du revenu pour les travailleurs âgés qui n'auront pas le temps ou la
capacité d'acquérir de nouvelles compétences avant leur retraite. La CSN
réclame depuis longtemps un programme de soutien financier pour leur permettre
de faire le pont entre la fin des prestations d'assurance-emploi et le début
des prestations de retraite.
    "Les changements à la formule de péréquation sont majeurs et
inacceptables pour le Québec, qui perdra au bas mot 1 milliard de dollars par
an. Cela compromet l'atteinte d'un équilibre budgétaire et sous-entend des
coupes à venir dans son budget. Il s'agit d'une attaque sans précédent contre
les intérêts du Québec", de dénoncer la présidente de la CSN.
    Avec l'abolition de la formule de péréquation, le Québec perd son seul
gain véritable dans le règlement partiel du déséquilibre fiscal alors que les
800 millions de dollars pour le financement du système d'éducation supérieure
ne sont toujours pas au rendez-vous.
    La CSN constate par ailleurs que ce budget est inéquitable pour les
différentes régions du Canada. Alors que l'Ontario reçoit un statut spécial
dans la formule de péréquation pour les dividendes versés à Hydro One et
obtient 4 milliards pour son secteur automobile en plus de la création d'une
agence de développement économique, les communautés forestières, minières et
des pêches doivent se contenter d'un milliard de dollars. Les programmes qui
visent la promotion de l'industrie forestière à l'étranger et le développement
de nouveaux produits et de nouvelles technologies ne représentent que 170
millions. De plus, ces programmes seront consentis au prorata de la
population, ce qui place l'Ouest canadien sur le même pied d'égalité que le
Québec.
    "Nous sommes également déçus que le gouvernement Harper investisse
presque uniquement dans la rénovation de logements sociaux plutôt que de
répondre à l'importante demande de construction de nouveaux logements", de
poursuivre la présidente de la CSN.
    "Le gouvernement conservateur aurait dû saisir l'occasion de regagner la
confiance en lançant un message d'espoir, notamment, en ce qui a trait à
l'atteinte des objectifs du protocole de Kyoto. Le moins qu'on puisse dire,
c'est que la vieille idéologie conservatrice a la peau dure. Le programme de
la Coalition demeure infiniment plus juste, plus pertinent et plus équitable.
J'incite, donc, les partis d'opposition à rejeter le budget Harper", de
conclure la leader syndicale.

    La CSN représente plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, et ce,
tant dans les secteurs privé que public.




Renseignements :

Renseignements: Michelle Filteau, directrice du Service des
communications de la CSN, cellulaire: (514) 894-1326; Source: CSN


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.