Un autre report du plan de lutte au décrochage scolaire - LA MINISTRE COURCHESNE A DECROCHE



    QUEBEC, le 16 juin /CNW Telbec/ - Le député de Borduas et porte-parole de
l'opposition officielle en matière d'enseignement primaire et secondaire,
Pierre Curzi, s'insurge contre le nouveau report du plan national de lutte au
décrochage scolaire, nouvelle preuve que ce dossier n'est pas une priorité
pour le gouvernement libéral et la ministre de l'Education, Michelle
Courchesne.
    La ministre a raté trois occasions de dévoiler son plan national de lutte
au décrochage scolaire : lors de la publication du rapport Ménard, lors du
discours sur le budget et lors de l'étude des crédits. Finalement, elle
s'était donnée jusqu'en juin. Or, elle reporte de nouveau à l'automne 2009 le
dévoilement de son plan et la mise en application de mesures alors qu'il y a
urgence d'agir.
    "Depuis le dépôt du rapport Ménard, en mars dernier, tout le monde est
suspendu aux lèvres de la ministre Courchesne. Les enseignants, les parents,
le milieu de l'éducation et les acteurs socioéconomiques sont tous mobilisés,
prêts à mettre l'épaule à la roue pour contrer le décrochage scolaire qui
atteint un niveau alarmant. Ils crient au secours et la seule qui n'emboîte
pas le pas, la seule qui ne répond pas, c'est la ministre de l'Education qui,
elle, a décroché, a dénoncé Pierre Curzi. Un minimum de leadership en
éducation ne ferait pas de tort. Ce n'est pas avec Michelle Courchesne que
l'on y parviendra, visiblement, elle qui vogue de report en report, refusant
de se donner des objectifs et des moyens pour les atteindre et préférant que
la prochaine année scolaire soit débutée pour annoncer un plan qui ne sera
sans doute pas applicable pour la prochaine rentrée scolaire", a déploré le
député.
    "Michelle Courchesne disait accueillir avec beaucoup d'ouverture le
rapport Ménard. Qu'attend-t-elle pour l'appliquer? En reportant à l'automne
son plan, elle confirme deux choses : la volonté du gouvernement libéral n'est
pas au rendez-vous et il perçoit les mesures d'aide au décrochage scolaire
comme une dépense plutôt qu'un investissement", se désole M. Curzi.
    Le député rappelle que, contrairement à l'engagement du Parti libéral en
2003, non seulement le taux de décrochage n'a pas diminué, mais il a augmenté
sous le règne du gouvernement libéral, atteignant les 30 %.
    "Le décrochage scolaire, c'est un enjeu national, majeur, urgent. Il
serait temps que le gouvernement libéral s'en occupe et cesse de se trouver
des faux-fuyants. Il est temps de passer à l'action en se dotant de vrais
objectifs pour se donner une obligation de résultats. C'est l'avenir de nos
enfants qui est en cause", a conclu Pierre Curzi.
    -%SU: EDU
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.