Un an après le dévoilement d'une étude recommandant la création d'une agence d'analyse économique : La FCCQ dévoile les résultats d'une étude exclusive sur les avantages pour le Québec des projets de terminaux méthaniers Rabaska et Gros-Cacouna



    MONTREAL, le 27 sept. /CNW Telbec/ - Accordant une grande importance à la
concrétisation des projets de terminaux méthaniers Rabaska et Gros-Cacouna, la
Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) dévoile aujourd'hui les
résultats d'une étude portant sur ces projets ainsi que sur les avantages du
gaz naturel dans le bilan énergétique du Québec.
    Ainsi, selon l'étude commandée par la FCCQ et réalisée par le professeur
Yves Rabeau de l'UQAM, les projets de terminaux méthaniers Gros-Cacouna et
Rabaska représentent une opportunité majeure pour le Québec qui lui
permettrait d'améliorer sa compétitivité économique, de diminuer la facture
énergétique des agents économiques et d'améliorer l'environnement, notamment
en réduisant les émissions de GES qui proviennent présentement de combustibles
plus polluants, tels que le mazout lourd dont le Québec est un important
consommateur industriel.
    En outre, par la concrétisation de ces projets, le Québec serait en
mesure d'attirer plus facilement des investisseurs dont les besoins
énergétiques sont importants et de faciliter le maintien ou l'expansion
d'entreprises déjà présentes au Québec et dont la compétitivité dépend de
façon significative de la sécurité des approvisionnements et des coûts de
l'énergie.
    Toujours selon l'étude, une pénétration accrue du gaz dans notre
portefeuille énergétique permettrait de rééquilibrer ce dernier et de diminuer
les émissions de GES. En ce sens, la FCCQ militera en faveur de l'instauration
de diverses mesures incitatives qui aideront les entreprises québécoises à se
convertir à des formes d'énergie moins polluantes, tel le gaz naturel, sans
nuire à leur compétitivité.
    Enfin, les investissements de l'ordre de 2,5 milliards de dollars
permettront de générer de façon directe et indirecte un PIB de plus de
750 millions de dollars et environ 8 700 emplois (personnes-années)
temporaires. Quant à l'exploitation des terminaux méthaniers, elle permettra
de générer des activités en termes de PIB de l'ordre de 60 millions de dollars
et de créer environ 400 emplois permanents.
    "A la lumière de ces faits, il nous apparaît évident que le Québec doit
aller de l'avant avec les projets de terminaux méthaniers Rabaska et
Gros-Cacouna, d'autant plus que la concrétisation de ces derniers représentera
une belle démonstration de ce qu'est réellement le développement durable,
puisqu'ils répondent tant aux préoccupations environnementales, que sociales
et économiques", de déclarer la présidente-directrice générale de la FCCQ,
Françoise Bertrand.

    Une étude qui rappelle la nécessité de se doter d'une agence d'analyse
    économique

    En regard des résultats de l'étude qu'elle a commandée, la FCCQ souligne
que l'agence d'analyse économique, dont elle réclame la création depuis
maintenant un an, aurait pu faire valoir tous les avantages économiques des
terminaux méthaniers Rabaska et Gros-Cacouna et offrir un éclairage complet
aux élus, ce qui aurait très certainement contribué au processus d'approbation
des projets.
    En effet, le 27 septembre 2006, pour sortir le Québec de l'immobilisme et
raviver son activité économique, la FCCQ en a appelé publiquement à l'esprit
d'initiative des Québécois et à leur volonté de créer une richesse collective
qui profitera à tous, y compris aux intervenants sociaux et communautaires. La
FCCQ a donc soumis diverses recommandations, qui sont plus que jamais
d'actualité en 2007, et qui nécessitent la contribution de tous les acteurs de
la société québécoise : le gouvernement, les entreprises, les gens d'affaires,
les syndicats, les groupes environnementaux, les groupes de pression ou les
médias.
    Ainsi, la principale recommandation de la FCCQ s'articulait autour de la
création d'une agence d'analyse économique, dont le processus neutre et
objectif permettrait l'analyse des enjeux se rapportant au développement
économique, aux activités et aux projets. A titre d'exemple, une telle agence
aurait pu mettre en lumière la situation du secteur manufacturier qui, nous le
savons, revêt une importance majeure pour la prospérité économique du Québec,
malgré les dires de certains qui en prétendent la fin. L'agence examinerait,
entre autres, le nombre d'emplois créés, le potentiel de diversification
économique régionale, les progrès technologiques engendrés, la sous-traitance
et les recettes fiscales. "Une telle agence apporterait un éclairage plus
complet sur le plan économique, en fonction de mandats précis qui lui seraient
confiés, afin de mieux informer la population et d'assurer la présence de la
dimension économique dans le débat public", d'affirmer Françoise Bertrand.
    La FCCQ invitait également ses membres, ainsi que tous les entrepreneurs
et promoteurs, à travailler en lien toujours plus étroit avec les communautés
au sein desquels ils agissent, de manière à favoriser une approche de
concertation avec le milieu, ce qui est le cas des deux projets de ports
méthaniers.
    De plus, la FCCQ recommandait que le gouvernement clarifie les processus
et les paramètres pour le traitement des projets afin que les règles et
échéances soient équitables pour tous les acteurs concernés, connues de tous
et respectées par tous. Finalement, la FCCQ recommandait que les médias et les
instances gouvernementales demandent aux divers intervenants de préciser les
termes de leur représentativité.
    "Nous insistons sur l'importance de créer une agence économique qui
saurait faire ressortir dans le débat public les éléments et les bénéfices de
la richesse collective du Québec", de conclure Françoise Bertrand.

    A propos de la FCCQ

    Grâce à son vaste réseau de 162 chambres de commerce, la FCCQ représente
57 000 membres exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l'économie
et sur l'ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens
d'affaires et d'entreprises au Québec, la FCCQ est l'ardent défenseur des
intérêts de ses membres au chapitre des politiques publiques, favorisant ainsi
un environnement d'affaires innovant et concurrentiel.




Renseignements :

Renseignements: ou pour obtenir une copie de l'étude: Maryse
Beaumier-Robert, Coordonnatrice aux communications, Fédération des chambres de
commerce du Québec, (514) 844-9571, poste 3242


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.