Turquie - Procès des assassins de Hrant Dink: des décisions décevantes



    MONTREAL, le 29 fév. /CNW Telbec/ - Les avocats de la famille de Hrant
Dink ont fait état de leur déception à l'issue de la quatrième audience du
procès des assassins présumés du journaliste, le 25 février 2008. Malgré leur
insistance, la 14e chambre de la Cour d'assises d'Istanbul a rejeté la plupart
de leurs demandes, dont celle de joindre le procès qui se déroule à Istanbul à
deux affaires en cours à Trabzon et Samsun (Nord-Est) dans lesquelles des
membres des forces de l'ordre sont poursuivis pour "abus de fonction" et
"détérioration de preuves".
    "Nous partageons la déception des avocats de la famille de Hrant Dink.
Comme eux, nous croyons que le refus de rapprocher ces trois dossiers nuit à
la bonne compréhension des motivations des assassins du journaliste. Et les
liens entre les différents services des forces de l'ordre et leurs
informateurs, de Trabzon à Istanbul, seront plus difficiles à prouver", a
déclaré Reporters sans frontières.
    "Les autorités judiciaires turques ne mettent pas out en oeuvre pour que
tous les aspects de ce crime soient élucidés et ses responsables identifiés.
Nous ne pouvons que le regretter et répéter que ce procès est essentiel pour
la Turquie. Le pays doit faire la preuve de sa capacité à démontrer
l'indépendance de sa justice", a ajouté l'organisation.
    Le 25 février 2008, le tribunal d'Istanbul a repoussé la demande des
avocats de la famille Dink de lier deux procès en province à celui se
déroulant à Istanbul. Deux gendarmes de Trabzon, Veysel Sahin et Okan Simsek,
sont accusés de n'avoir pas pris les mesures nécessaires pour prévenir
l'assassinat du journaliste, tandis qu'on reproche respectivement à deux
policiers de Samsun, Metin Balta et Ibrahim Firat, d'avoir autorisé le tireur
présumé, Og
    un Samast, à sortir de sa cellule pour poser sur des photos et d'avoir
distribué ces images aux médias.
    La cour a également rejeté la requête des parties civiles visant à
solliciter le gouverneur d'Istanbul pour connaître l'identité de deux agents
de renseignement qui, en 2004, avaient mis en garde Hrant Dink en raison d'un
article laissant entendre que Sabiha Gokçen, la fille spirituelle de Mustafa
Kemal Ataturk, le fondateur de la République Turque, venait d'une famille
arménienne.
    Enfin, le tribunal a décidé de dispenser quatre accusés, dont Yasar Cihan
et Halis Egemen du Buyuk Birlik Partisi ("Parti de la Grande Unité",
ultranationaliste et islamiste), accusés d"appartenance à une organisation
illégale" et passibles de 10 ans de prison, de participer aux prochaines
audiences. Pour Fethiye Cetin, autre avocat des parties civiles, il est
prématuré de les libérer de leur obligation d'assister à l'audience alors que
tous les accusés - dont Coskun Igci, Irfan Ozkan et Erbil Susaman - n'ont pas
encore été entendus par le tribunal.
    La prochaine audience est fixée au 28 avril prochain. La cour ayant
décidé d'ignorer les observations de la médecine légale sur l'âge d'Ogun
Samast au moment de l'assassinat, et de s'en tenir aux registres de la
maternité, sa minorité est confirmée et le procès se poursuivra à huis clos.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Télécopieur: (514) 521-7771,
rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.