Turquie - Le journaliste Haci Bogatekin libéré après 109 jours de détention



    MONTREAL, le 31 juill. /CNW Telbec/ - Le 30 juillet 2008, le tribunal
correctionnel de la ville de Gerger (préfecture d'Adiyaman, Sud-Est de la
Turquie) a ordonné la remise en liberté du journaliste Haci Bogatekin,
directeur du bimensuel local Geger Firat, incarcéré depuis le 13 avril
dernier. Il reste accusé de "tenter d'influencer le bon déroulement d'un
procès", d"insulte" et de "diffamation" envers le procureur Sadullah Ovacikli
qui avait initié des poursuites contre lui après la parution, en janvier, d'un
article dénonçant l'inaction des autorités face à l'influence croissante d'une
communauté religieuse, il comparaîtra libre lors de la prochaine audience de
son procès.
    "La remise en liberté d'Haci Bogatekin est un soulagement et met un terme
à une détention injustifiée au vu des accusations qui pesaient sur lui. Le
journaliste n'est pas un criminel et sa détention s'apparentait plus à des
représailles qu'à une décision de justice", a déclaré Reporters sans
frontières.
    Dès l'ouverture de l'audience, le 30 juillet 2008, le nouveau juge
présidant le tribunal, Abdullah Gunakin, a décidé de mettre un terme à la
détention préventive du journaliste. Les 30 mai et 30 juin derniers, le
tribunal avait au contraire estimé que le journaliste devait rester en prison
car il pouvait prendre la fuite, détériorer des preuves et exercer des
pression sur des témoins, en l'occurrence des policiers.
    Seul journal de Gerger (environ 4 000 habitants), le bimensuel de Haci
Bogatekin, Gerger Firat, a un ton critique. Il s'est assigné comme mission de
combattre le regain de vitalité dans la région des organisations islamistes et
le "recul des valeurs républicaines". Haci Bogatekin a été poursuivi à 90
reprises, mais a été, dans la plupart des cas, acquitté. Le 4 janvier dernier,
il avait fait paraître un éditorial intitulé "Feto et Apo". Il y affirmait que
les mouvements religieux et les groupes kurdes rivalisaient pour réunir des
soutiens. Le journaliste accusait également l'armée turque - perçue par la
population comme le gardien de l'ordre laic - d'abandonner les villes à
l'influence des communautés religieuses. Quelques jours plus tard, il était
convoqué par les autorités judicaires. Le 13 avril, il avait été placé en
détention préventive.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.