Trouble envahissant du développement: l'enfant avant tout!



    MONTREAL, le 9 juin /CNW Telbec/ -

    Madame la ministre, Mme Kathleen Weil,
    Madame la ministre déléguée, Mme Lise Thériault,

    Le projet de loi 21 modifiant le Code des professions, actuellement à
    l'étude en commission parlementaire, a fait l'objet d'une campagne
    intensive de la part d'un groupe de citoyens et de professionnels réunis
    sous le nom de Réseau d'action Autisme/TED. Ce groupe revendique pour des
    psychologues le pouvoir de poser le diagnostic d'un trouble envahissant
    du développement.

    La Fédération québécoise des centres de réadaptation en déficience
    intellectuelle et en troubles envahissants du développement (FQCRDITED)
    avait bien sûr recommandé lors de la commission parlementaire qui
    étudiait le projet de loi 50, précurseur du projet de loi 21, que les
    psychologues puissent aussi poser le diagnostic d'un trouble envahissant
    du développement. Cette recommandation n'avait pas été retenue à l'époque
    par les parlementaires, car au Québec le diagnostic est la responsabilité
    exclusive d'un médecin puisque ce n'était pas l'objet du projet de loi.

    Très préoccupée par le développement des enfants qui peuvent présenter
    un trouble envahissant du développement et l'importance de leur offrir
    des services, la Fédération n'est pas restée les bras croisés afin de
    trouver des solutions. A cet égard, des pourparlers ont rapidement été
    entrepris auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux
    (MSSS) pour trouver des solutions administratives. L'objectif de la
    Fédération étant de permettre à l'enfant de bénéficier rapidement de
    services pendant le processus d'évaluation diagnostic, y compris
    l'intervention comportementale intensive (ICI) lorsqu'une recommandation
    clinique le justifierait.

    Actuellement, certains laissent croire qu'un enfant peut avoir accès aux
    services spécialisés des CRDITED seulement après avoir reçu un diagnostic
    d'un pédopsychiatre, alors que nulle part la Politique Un geste porteur
    d'avenir, adoptée en 2003 par le gouvernement du Québec pour définir
    l'offre de service aux personnes ayant un trouble envahissant du
    développement, ne précise cette obligation. En fait, elle préconise le
    recours à l'équipe multi ou interdisciplinaire pour ce qu'il est convenu
    d'appeler le processus diagnostic. Cette équipe doit regrouper
    différentes disciplines professionnelles, notamment pour s'assurer de la
    meilleure qualité possible de ce diagnostic.

    Il est donc préférable qu'un enfant puisse être évalué à la fois par un
    médecin généraliste qui pourra détecter de possibles troubles physiques,
    par un psychologue qui pourra identifier le trouble envahissant du
    développement, par un orthophoniste qui pourra détecter un trouble du
    langage comme la dysphasie. Il n'est pas rare qu'il y ait confusion entre
    le diagnostic d'un trouble envahissant du développement et celui de la
    dysphasie. Il en va donc de la détermination du meilleur traitement
    possible pour le développement de l'enfant. Il faut éviter de priver
    l'enfant et sa famille d'une expertise riche que l'on retrouve dans une
    concertation interdisciplinaire.

    La Fédération craint que l'étude du projet de loi 21 ne suscite que des
    batailles stériles, et ce, au nom des enfants ayant un trouble
    envahissant du développement. La solution pour améliorer l'accès aux
    services repose, entre autres, sur la mise en commun des ressources et
    des expertises ainsi que sur la concertation des intervenants afin
    d'éviter de multiples démarches aux parents et les répétitions
    d'évaluation.

    La Fédération va poursuivre ses travaux avec le MSSS, l'Office des
    professions du Québec et les ordres professionnels pour que soit
    facilitée la mise en place des conditions assurant la qualité et la
    rapidité des services diagnostics, et ce, afin d'éliminer les périodes
    d'attente indue, tout en ne sacrifiant pas la qualité des évaluations. A
    ce titre, elle s'est entendue avec l'Ordre des psychologues du Québec
    pour participer aux lignes directrices sur l'évaluation des troubles
    envahissants du développement qui seront élaborées conjointement avec le
    Collège des médecins.

    Pour la Fédération, la solution se trouve dans une approche
    interdisciplinaire. Il est temps d'agir ensemble en faisant abstraction
    des intérêts sectaires. Nous tenons à vous assurer mesdames les
    ministres, que les CRDITED sont en mesure de contribuer à l'amélioration
    des services en s'appuyant sur le projet de loi 21.

    Le rôle accru des psychologues permet la complémentarité des dimensions
    psychologiques et de santé. De cette façon, on s'assure que l'enfant
    reçoive des services de qualité adaptés à ses besoins. Il est temps
    d'utiliser la marge de manoeuvre nouvelle qu'offre ce projet de loi pour
    travailler ensemble et d'arrêter les faux débats.

    La directrice générale,
    Diane Bégin




Renseignements :

Renseignements: Brigitte Bédard, Conseillère aux communications,
FQCRDITED, (514) 525-2734, poste 224, Cell.: (514) 208-4660,
brigitte.bedard.fqcrdi@ssss.gouv.qc.ca

Profil de l'entreprise

Fédération québécoise des centres de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement (FQCRDITED)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.