Tragédie à l'université Virginia Tech - La CSQ exprime sa solidarité et rappelle l'importance de promouvoir des valeurs de pacifisme et de respect auprès des jeunes



    MONTREAL, le 17 avril /CNW Telbec/ - La Centrale des syndicats du Québec
(CSQ) qui regroupe le plus grand nombre de personnels de l'éducation au Québec
tient à exprimer sa solidarité avec les étudiantes et les étudiants, ainsi que
les personnels de l'éducation de l'université américaine de Virginia Tech qui
ont été frappés hier par une terrible tragédie.
    Au nom des dirigeants, des membres et du personnel de la CSQ, le
président de la Centrale, M. Réjean Parent, soutient que l'ensemble des
intervenantes et des intervenants du secteur de l'éducation au Québec ne
peuvent demeurer indifférents à ce qui s'est produit en Virginie.
    "Ces tristes événements ne sont pas sans nous rappeler les drames
semblables vécus au Québec que nous voudrions tous ne plus jamais voir se
reproduire. Des événements qui n'ont aucun sens, qui dépassent l'entendement
humain et qui, à chaque fois, renouvellent la volonté de la CSQ à continuer à
oeuvrer dans les établissements d'enseignement au Québec afin d'éduquer les
jeunes à des valeurs de pacifisme, de respect et de solidarité", explique
M. Réjean Parent.

    Une violence trop facilement banalisée

    Le président de la CSQ se dit convaincu que malgré l'imprévisibilité de
tels drames et la difficulté de les prévenir, une société n'a pas le droit de
baisser les bras en réagissant comme si une telle violence était inévitable.
    "Même s'il n'existe aucun lien direct entre ces tueries répétées dans des
établissements d'enseignement, il n'en demeure pas moins que leur fréquence
nous interpelle et devrait questionner nos valeurs dans un monde où la
violence est trop souvent banalisée ou présentée comme un moyen légitime
auquel recourir pour résoudre des conflits", soutient le président de la CSQ,
M. Réjean Parent.

    Inspirer les jeunes par d'autres valeurs

    Le dirigeant syndical rappelle qu'avant d'avoir atteint l'âge adulte, nos
jeunes auront passé des milliers d'heures devant la télévision ou devant un
écran d'ordinateur, à voir défiler ou participer, par le jeu, à des scènes de
violence qui auraient été jugées inacceptables par les générations
précédentes.
    "Jusqu'à quel point une telle banalisation de la violence
n'influence-t-elle pas nos jeunes ? Il serait peut-être temps que nous nous
posions la question et que nous agissions en conséquence non seulement en
rejetant toute forme de violence autour de soi, mais également et surtout en
transmettant à nos jeunes des valeurs de pacifisme, de solidarité et de
respect sur lesquelles ils pourront fonder leur propre vie", affirme M.
Parent.

    Les valeurs EVB comme antidote à la violence

    A ce sujet, le président de la CSQ se dit fier de l'immense travail
d'éducation et de sensibilisation réalisé par les milliers de travailleuses et
de travailleurs de l'éducation engagés dans le programme des Etablissements
verts Brundtland depuis de nombreuses années.
    "Des drames aussi terribles que ceux d'hier confirment la justesse de la
mission que s'est donnée la CSQ et ses partenaires de répandre les valeurs de
solidarité et de pacifisme auprès des jeunes dans plus de 1000 établissements
d'enseignement à travers le Québec. Ce travail, d'autant plus méritoire qu'il
est souvent réalisé dans l'ombre, représente une contribution significative à
l'édification d'une société québécoise où la promotion de valeurs telles que
le pacifisme et le respect demeure le meilleur antidote à la violence gratuite
et insensée", mentionne le président de la CSQ.

    Un appel au gouvernement Harper

    D'autre part, M. Réjean Parent tient à interpeller le gouvernement
conservateur à Ottawa afin qu'il résiste à la tentation d'abolir le registre
des armes à feu, comme en avait manifesté l'intention le premier ministre
Stephen Harper.
    "S'il faut modifier la loi sur les armes à feu, c'est en la rendant plus
sévère et en restreignant encore plus l'accessibilité des armes qu'il faut le
faire. L'exemple des Etats-Unis où les armes à feu sont très accessibles n'est
certainement pas une voie à suivre. Le registre des armes à feu ne règlera pas
tout à lui seul mais il a sa place au milieu de plusieurs moyens qui sont pris
pour faire en sorte que des drames, comme ceux d'hier, ne se reproduisent plus
jamais dans une société dite civilisée", de conclure M. Réjean Parent,
président de la Centrale des syndicats du Québec.

    Profil de la CSQ

    La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représente 175 000 membres,
dont plus de 120 000 dans le secteur public, la grande majorité travaillant
dans le domaine de l'éducation. Elle est présente dans les secteurs de la
santé et des services sociaux, des services de garde, des loisirs, de la
culture, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Attaché de presse CSQ, cell.: (514)
237-4432


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.