Tournant historique : optimistes quant aux perspectives des États-Unis, des sociétés canadiennes réalisent davantage de transactions transfrontalières que les marchés américains

Les Canadiens réalisent plus de fusions et acquisitions aux États-Unis que l'inverse, et d'une valeur globale supérieure

MONTRÉAL, le 24 nov. 2011 /CNW/ - Malgré l'incertitude macroéconomique qui règne aux États-Unis, des sociétés canadiennes ont transformé cette année l'histoire des fusions et acquisitions en acquérant davantage d'entreprises au sud de la frontière que l'inverse (rapport de 1,5 à 1).  La valeur des transactions est également plus élevée (rapport de 1,16 à 1). C'est là une autre preuve que les entreprises d'ici sont favorisées par une économie plus robuste et qu'elles font encore confiance au marché américain, affirme Nicolas Marcoux, leader du groupe Conseils et Transactions de PwC au Québec.

Au 14 novembre, PwC constatait que des entités canadiennes avaient participé à 385 acquisitions aux États-Unis, d'une valeur supérieure à 22 milliards USD, soit 40 % de toutes les transactions transfrontalières en termes de valeur et une croissance de volume sans précédent. Sur le marché intermédiaire (de 100 à 500 millions USD), la valeur et le volume des acquisitions augmentent de façon constante depuis 2005 et sont en voie de représenter le triple d'il y a cinq ans.

Selon M. Marcoux, les acquéreurs canadiens continuent à se ruer vers les États-Unis pour plusieurs raisons autres que la vigueur relative du dollar canadien, dont les suivantes :

  • la perception que les États-Unis constituent encore un refuge sûr (comparativement à l'Europe et aux pays émergents)
  • l'accès à des capitaux bon marché qui peuvent servir à stimuler les rendements
  • des possibilités de fusions et d'acquisitions plus grandes et plus variées
  • le désir de passer du marché public au marché privé

Même si les États-Unis perdent du terrain en proportion des transactions transfrontalières, ils demeurent, de loin, le pays de prédilection des acquéreurs canadiens. Le deuxième pays étranger le plus visé cette année par les Canadiens était l'Australie, qui représentait seulement 3,7 % du volume des transactions transfrontalières.  « Les Canadiens essaient de se protéger en allant vers des destinations plus éloignées, mais ils préfèrent tout de même les États-Unis. Et ils sont prêts à payer. La prime d'émission d'actions moyenne par rapport au cours boursier d'une entreprise américaine acquise un mois avant l'annonce de la transaction est en progression depuis la récession », ajoute M. Marcoux. Cette année, la prime d'émission moyenne a atteint le chiffre inouï de 51 %, un record d'après la banque de données de PwC. (La prime d'émission moyenne pour les entreprises canadiennes ciblées demeure à environ 35 %.)

Les secteurs « brûlants » dans lesquels, selon PwC, les Canadiens pourraient réaliser des acquisitions comprennent les suivants :

Énergie : PwC prévoit un niveau élevé d'intérêt à l'égard des acquisitions dans le secteur en amont aux États-Unis, car des investisseurs indépendants changent la composition de leurs portefeuilles, passant du gaz naturel au pétrole. PwC prévoit également que le secteur intermédiaire demeurera actif, tant que de grandes sociétés en commandite principales et sociétés de capital-investissement chercheront à augmenter leur actif pour réagir à la demande accrue en infrastructure et en logistique découlant de la mise en valeur de nouvelles zones de schiste. La consolidation des services liés aux champs pétrolifères se poursuivra, d'importantes sociétés cherchant à renforcer leurs activités de base afin de profiter de l'intensification des opérations de forage.

Finances : PwC s'attend à ce que les acquisitions d'entreprises américaines de services financiers prennent de l'ampleur tout au long de l'année 2011. Les changements réglementaires possibles et les pressions économiques pourraient continuer à pousser les petites et moyennes banques régionales américaines à chercher des partenaires d'affaires. De plus, comme le secteur financier américain poursuit sa restructuration, il pourrait y avoir davantage de cessions de gammes de services non essentiels ou à risque plus élevé.

Santé : PwC prévoit que les fusions et acquisitions et la formation de coentreprises continueront à s'accélérer dans le secteur américain des soins de santé, ouvrant ainsi quantité de nouvelles avenues intéressantes pour les sociétés canadiennes. Plus particulièrement, les Canadiens pourraient chercher à acquérir des fournisseurs de soins ou des hôpitaux gérés aux États-Unis, afin de pénétrer ce marché américain lucratif. Nous estimons également que le secteur américain des appareils médicaux continuera à présenter des entreprises intéressantes à acquérir, car le secteur tente de réduire les coûts et de diversifier les gammes de produits (en raison de la taxe d'accise fédérale, de la pression à la baisse exercée sur les prix et les remboursements et de la baisse de volume des interventions dans certains domaines où les traitements sont onéreux). 

Haute technologie : Selon PwC, les catalyseurs des fusions et acquisitions dans le secteur américain de la technologie - innovation, convergence des secteurs et consolidation des fournisseurs - devraient se maintenir à court terme. Chacun devrait engendrer des occasions d'acquisition uniques permettant aux acteurs canadiens du domaine technologique d'accéder à un marché captif (auquel il est possible de vendre les technologies canadiennes) ou d'acquérir des solutions ponctuelles qui combleront des lacunes dans des gammes technologiques canadiennes.

Médias : Des entreprises médiatiques canadiennes pourraient chercher à prendre de l'expansion hors des frontières canadiennes et pénétrer l'innovateur marché médiatique américain, dans lequel nombre d'entreprises ont réussi à générer des flux de trésorerie soutenus grâce à des modèles reposant sur la publicité et les abonnements à l'ère des perturbants appareils portables.

Immobilier : Les FPI et les caisses de retraite bien capitalisés du Canada continueront probablement à chercher des occasions d'achat attrayantes sur le marché immobilier américain. Dans sa publication sur les dernières tendances du secteur immobilier, PwC indique quels risquent d'être les « grands paris » en 2012.  Veuillez communiquer avec nous pour obtenir un exemplaire de ce rapport sur l'immobilier aux États-Unis.

Le rapport Capital Markets Flash comprend neuf graphiques et approfondit les sujets abordés dans le présent communiqué. Il est possible de consulter le rapport intégral à l'adresse suivante : http://www.pwc.com/ca/en/managing-in-a-downturn/capital-markets-flash/cmf-2011-11-24.jhtml.

Suivez-nous sur Twitter à @PwC_Canada_LLP et sur Facebook à http://www.facebook.com/pwccanada.


À propos de l'équipe Transactions de PwC
L'équipe Transactions de PwC (http://www.pwc.com/ca/fr/deals/index.jhtml) aide les clients à réaliser des transactions fructueuses - de la conception à la conclusion, et au-delà. Faisant partie du plus important groupe de services transactionnels du monde1 et collaborant avec notre équipe mondiale Vente, acquisition et financement d'entreprises, qui a obtenu en 2010 le prix �� Upper Mid Market M&A Advisor of the Year »2, l'équipe Transactions de PwC Canada vous ouvre la porte d'un nouvel univers stimulant de fusions et d'acquisitions.

À propos de PwC
Les cabinets du réseau PwC fournissent des services de certification, de fiscalité et de conseils dans divers secteurs d'activité afin d'apporter une valeur ajoutée à ses clients. Dans les 154 pays où sont répartis les cabinets membres du réseau PwC, plus de 161 000 personnes mettent en commun leurs idées et leur expérience pour trouver des solutions, présenter une perspective nouvelle et donner des conseils pratiques. Au Canada, PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., une société à responsabilité limitée de l'Ontario, et ses entités liées comptent plus de 5 700 associés et employés. Pour de plus amples renseignements, consultez le site www.pwc.com.

« PwC » est la marque sous laquelle les cabinets membres de PricewaterhouseCoopers International Limited (PwCIL) exercent leurs activités et offrent leurs services. Ensemble, ces cabinets forment le réseau PwC. Chaque cabinet du réseau est une entité distincte sur le plan juridique, qui n'agit pas à titre de mandataire de PwCIL ni de tout autre cabinet membre. PwCIL ne fournit pas de services aux clients. PwCIL n'est pas responsable des actes ou des omissions de la part de ses cabinets membres, et n'a aucune obligation à cet égard. PwCIL n'a aucun contrôle sur l'exercice du jugement professionnel au sein de ses cabinets et ne peut les lier de quelque manière que ce soit.

Note aux rédacteurs : La société PricewaterhouseCoopers a adopté la nouvelle désignation « PwC » à l'automne 2010. « PwC » s'écrit avec un « P » et un « C » majuscules. Le logo de la société, qui représente les initiales PwC en lettres minuscules, est la seule exception à cette règle d'écriture.


1 Source : Kennedy; Business Advisory Services Marketplace 2009-2011; ©BNA Subsidiaries, LLC. Reproduit sous licence.

2 Source : Acquisitions Monthly Awards 2010.


Dans le présent document, « PwC » s'entend de PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l'Ontario, membre de PricewaterhouseCoopers International Limited, chaque société membre étant une entité distincte sur le plan juridique.

SOURCE PwC

Renseignements :

Personne-ressource     Dominique De Lierre
Tél. : 514 205-5001, poste 2178
Courriel : dominique.de.lierre@ca.pwc.com 

OU :
David Rowney
Tél. : 416  365-8858
Courriel : david.rowney@ca.pwc.com

 

Profil de l'entreprise

PwC

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.