Texte publié ce matin dans le Journal de Québec par la direction de Quebecor Media - Le point sur le conflit au Journal de Québec



    QUEBEC, le 21 avril /CNW Telbec/ - Partout en Occident, l'industrie des
quotidiens payants traverse une période de déclin. Les tirages et le lectorat
sont à la baisse, entraînant forcément les revenus publicitaires dans leur
sillage. Corporation Sun Media, filiale à part entière de Quebecor Media et
plus grand éditeur de journaux au Canada, n'échappe évidemment pas à cette
tendance lourde. Au cours de l'exercice financier 2007, les quotidiens payants
de Sun Media ont vu leurs revenus publicitaires chuter de 4 % et leurs revenus
de tirage de 6 %. De même, le secteur des petites annonces ne génère plus et
ne générera jamais plus les mêmes revenus qu'autrefois à cause de la
concurrence de l'Internet. Or, les petites annonces représentaient dans le
passé environ 20 % des revenus totaux des quotidiens payants.
    Au cours des dernières semaines, le vénérable New York Times a annoncé
l'abolition de 100 postes dans sa salle de rédaction. Le grand quotidien
français Le Monde a annoncé récemment qu'il réduisait ses effectifs de
130 personnes, presque le quart de ses employés. Plus près de nous, le Toronto
Star, le quotidien ayant le plus grand tirage au Canada, a annoncé la semaine
dernière 160 mises à pied. La Gazette de Montréal a également procédé, la
semaine dernière, à 46 mises à pied. La réalité, c'est que ni le Québec ni la
ville de Québec ne sont à l'abri de ce mouvement, quoi qu'en disent certaines
personnes.
    La révolution numérique a rendu possible la création de nouveaux médias
qui sont venus bouleverser l'équilibre qui existait dans l'industrie. Les
quotidiens payants, autrefois le média dominant et la référence pour tous les
autres, n'ont plus la force qu'ils avaient. Les gens ont appris à s'informer
ailleurs, que ce soit par l'Internet, les chaînes d'information continue ou
les quotidiens gratuits. Ceci dit, nous croyons que les quotidiens payants ont
encore un bel avenir à condition qu'ils s'adaptent rapidement à un
environnement de plus en plus compétitif et qu'ils diminuent leur structure de
coûts.
    L'âge d'or des quotidiens payants a été très généreuse, tant pour les
propriétaires que pour les employés de ces journaux. Il suffit de consulter la
convention collective des employés du Journal de Québec pour s'en convaincre.
Avant le présent conflit, le salaire régulier d'un chef de pupitre au Journal
était de 90 000$ par année mais il recevait plus de 100 000$ par année
incluant primes et heures supplémentaires alors que le journaliste atteignait
83 000 $. Ces syndiqués avaient droit à six semaines de vacances par année,
sans compter la multitude de congés avec solde auxquels ils avaient droit :
dix congés fériés; trois congés mobiles; sept jours à l'occasion d'un mariage;
sept jours à l'occasion d'un avortement; deux jours à l'occasion d'un divorce;
un jour à l'occasion de leur anniversaire; etc. De telle sorte qu'en moyenne,
les employés du Journal de Québec travaillaient 40 semaines sur 52 à raison de
32 heures par semaine réparties sur quatre jours. Selon les statistiques du
ministère québécois du Travail, 98,9 % des salariés couverts par une
convention collective ne profitent pas de la semaine de 4 jours. Par ailleurs;
92,2 % des salariés ont moins de 6 semaines de vacances et 98 % n'ont pas
droit à un congé à l'occasion de leur anniversaire.
    A titre comparatif, un chef de pupitre au Toronto Sun, un quotidien
payant de Sun Media, gagne 12 000 $ de moins par année qu'au Journal de Québec
et travaille 35 heures par semaine réparties sur 5 jours. Un chef de pupitre
au grand quotidien national The Globe and Mail, la référence canadienne dans
le monde du journalisme écrit, gagne 8 000 $ de moins par année et travaille
35 heures par semaine réparties sur 5 jours. Or, selon Runzheimer
International, une firme spécialisée dans la relocalisation de travailleurs,
il en coûte de 20 à 25 % plus cher qu'à Québec pour vivre à Toronto.
    Le 22 avril 2007, 115 des 272 employés syndiqués du Journal de Québec -
l'imprimerie - ont voté à 97 % pour le déclenchement d'une grève illimitée. Le
même jour, Corporation Sun Media s'est prévalue de son droit en vertu du code
du travail et a décrété un lock-out touchant les 69 employés de la salle de
rédaction et les 68 employés de l'administration. Il y aura un an demain que
ce conflit de travail a débuté et les dirigeants syndicaux n'ont pas hésité un
seul instant à sombrer dans la pire démagogie pour défendre leur position :
"montréalisation de l'information", "création d'une autoroute à dix voies pour
l'information", "mépris", etc.
    Voici les faits :

    
    - La direction du Journal de Québec propose aux employés de sa salle de
      rédaction de conserver les revenus mentionnés plus haut, qui en font
      les mieux traités de toute l'industrie canadienne, et de travailler
      37 heures et demie par semaine réparties sur 5 jours au lieu de
      32 heures réparties sur 4 jours.
    - La direction du Journal de Québec souhaite abolir certaines contraintes
      opérationnelles devenues injustifiables dans l'environnement actuel.
      Par exemple, la direction ne veut plus qu'un texte préparé par un
      journaliste de Montréal doive être mis en page en deux endroits, soit
      Québec et Montréal. Loin de vouloir "montréaliser l'information", la
      direction entend que le personnel éditorial de Québec se consacre
      totalement à la couverture de la nouvelle locale plutôt qu'à des tâches
      parfaitement inutiles et redondantes.
    - Il n'a jamais été question de demander aux journalistes du Journal de
      Québec de faire le travail de leurs collègues de TVA. Cependant, la
      direction tient à ce que ses journalistes travaillent à un rythme
      différent en alimentant en temps réel le site web du Journal. Cette
      façon de faire est devenue la norme partout ailleurs en Amérique du
      Nord. Le Journal est à mettre la dernière main à un site web à la fine
      pointe de la technologie, un investissement majeur et un véhicule qui
      sont essentiels à sa survie.
    - La direction désire que ses photographes professionnels consacrent leur
      temps de travail à couvrir des événements qui mettent en valeur leur
      talent et leur vaste expérience. Autrement dit : oui, les journalistes
      recevront une formation appropriée et seront appelés à l'occasion à
      illustrer eux-mêmes leurs reportages. A l'ère des "citoyens-
      journalistes", nous n'y voyons pas une demande déraisonnable.
    - Contrairement à son principal concurrent, qui a décidé de recourir à
      l'impartition, le Journal de Québec souhaite conserver sa propre
      imprimerie. Cette décision, qui se traduira par le maintien d'emplois,
      doit toutefois s'accompagner d'une utilisation maximale de la capacité
      de l'imprimerie. Elle est finie l'époque où on pouvait investir des
      dizaines de millions de dollars dans une imprimerie qui ne fonctionnait
      que 3 heures par jour. En d'autres mots, pour qu'elle soit
      économiquement viable dans le nouvel environnement, il faut en faire
      une imprimerie commerciale.
    - Le déclin du secteur des petites annonces rend impossible le maintien
      d'un centre d'appels dans chaque quotidien. Il importe de centraliser
      cette fonction dans un centre d'appels plus performant pour offrir un
      meilleur service aux clients. De la même façon, les tâches
      administratives doivent être centralisées afin de réduire les coûts
      d'opération. Nous devons donc procéder à des mises à pied et c'est dans
      le plein respect des employés touchés que nous proposons de le faire en
      offrant des primes de départ généreuses et des services de placement.
    

    Avant que survienne le déclin actuel dans l'industrie des quotidiens
payants, le renouvellement des conventions collectives se déroulait toujours
selon le même cycle. Le syndicat déposait un épais cahier de revendications et
la direction entreprenait des pourparlers qui, au terme de plusieurs mois,
aboutissaient à l'acceptation d'un certain nombre de ces revendications. Cette
culture de la revendication n'est plus adaptée à la nouvelle réalité. Nous ne
pouvons plus nous permettre les extravagances du passé et nous devons tous
ensemble faire le nécessaire pour assurer la pérennité de l'entreprise.
    Nous considérons que nos demandes sont tout à fait raisonnables et nous
soumettons que la notion de droits acquis, qui est depuis toujours au coeur de
la démagogie syndicale, n'a plus aucune pertinence dans un cycle de déclin
comme celui que traverse l'industrie des quotidiens payants. Nous continuons
de croire que les quotidiens payants survivront à la crise actuelle, mais à la
condition qu'ils s'adaptent et qu'ils améliorent leur productivité.
    Nous souhaitons vivement le retour de nos employés au Journal de Québec.
S'ils choisissent de le faire, ils demeureront - et de loin - les mieux
traités de toute l'industrie et pourront envisager l'avenir avec confiance, au
sein d'une entreprise solide, sans se demander si leur quotidien survivra au
déclin actuel.

    La direction de Quebecor Media

    La direction du Journal de Québec et de Quebecor Media ne fera aucun
    autre commentaire et n'accordera aucune entrevue.




Renseignements :

Renseignements: Sylvie Patry, (418) 648-1233 poste 232


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.