Tarceva(MD) prolonge la vie des patients atteints du cancer du pancréas



    
    -   Des résultats récemment publiés révèlent une amélioration importante
        de la survie lorsque Tarceva, médicament anticancéreux novateur
        administré par voie orale, est combiné à une chimiothérapie
    

    BALE, Suisse, le 27 avril /CNW/ - De nouveaux résultats publiés par le
Journal of Clinical Oncology révèlent que l'association de Tarceva
(erlotinibe) et de la chimiothérapie à base de gemcitabine augmente
considérablement la survie, de l'ordre de 22 %, chez les patients atteints
d'un cancer pancréatique avancé.(1)
    L'augmentation de la survie est impressionnante, étant donné que le
cancer du pancréas est une forme particulièrement mortelle de cancer qui,
chaque année, est responsable de plus de 80 000 décès dans toute l'Europe.(2)
Malgré les progrès considérables accomplis dans le traitement de nombreuses
autres tumeurs, les options thérapeutiques proposées aux patients souffrant
d'un cancer du pancréas sont extrêmement limitées. Jusqu'à présent,
d'ailleurs, aucune n'avait offert d'amélioration dans la survie des patients,
au cours de la dernière décennie.
    "Cette étude est importante, car elle montre les avantages d'une nouvelle
méthode de traitement de cette maladie mortelle", a déclaré le Dr Malcolm
Moore, président de l'étude et chef des services d'oncologie et d'hématologie
de l'hôpital Princesse Margaret de l'Université de Toronto. "Il s'agit de la
première étude en dix ans à démontrer une amélioration dans la survie d'un
patient atteint d'un cancer pancréatique. En ma qualité de médecin, je suis
ravi de pouvoir offrir de nouveaux traitements à mes patients."
    Les données issues de cette étude, réalisée par l'Institut national du
cancer du Canada (INCC), ont servi de base à l'homologation de Tarceva (en
combinaison avec une chimiothérapie) récemment accordée par les autorités
européennes pour le traitement des patients atteints d'un cancer pancréatique
métastatique et annoncée en janvier de la présente année.
    Les résultats ont révélé une augmentation statistiquement importante de
la survie globale des patients atteints d'un cancer du pancréas avancé qui ont
reçu Tarceva en association avec la gemcitabine, augmentation de 22 % de la
survie (p = 0,038) comparativement aux patients qui ont reçu la gemcitabine
seule. Un pourcentage plus élevé des patients du groupe traité avec Tarceva
combiné à la gemcitabine étaient toujours en vie après 12 mois,
comparativement à ceux qui ont seulement reçu une chimiothérapie (23 % contre
17 %; p = 0,023). La survie sans progression s'est également considérablement
améliorée chez les patients traités par Tarceva (p = 0,004).
    En Europe, le cancer du pancréas est le sixième cancer le plus
fréquent.(4) En 2002, plus de 78 000 nouveaux cas de cancer du pancréas y ont
été diagnostiqués. Ce type de cancer emporte environ 82 000 personnes par
an.(2) Le cancer du pancréas est difficile à traiter, car il résiste souvent à
la chimiothérapie et à la radiothérapie. Il a tendance à s'étendre rapidement
à d'autres parties de l'organisme, ce qui explique son taux de mortalité élevé
et une courte espérance de vie. La plupart des gens chez lesquels un cancer du
pancréas a été diagnostiqué ont moins d'un an à vivre.(5) C'est le deuxième
type de cancer pour lequel Tarceva a montré un avantage marqué sur le plan de
la survie, ce qui en fait le premier et le seul traitement ciblant le EGFR(*) à
avoir affiché un important bénéfice de survie chez les patients souffrant d'un
cancer du pancréas quand on l'associe à la gemcitabine, et chez les patients
atteints d'un cancer pulmonaire non à petites cellules.(3)
    L'étude internationale de phase III contrôlée par placebo à double insu
répartie de façon aléatoire et multicentrique a été menée par le Groupe des
essais cliniques de l'Institut national du cancer du Canada, Queen's
University, en coopération avec l'AGITG ainsi que des chercheurs originaires
de 15 autres pays et commanditée conjointement par OSI Pharmaceuticals.
L'étude visait à évaluer une posologie de 100 mg/jour ou de 150 mg/jour de
Tarceva administré à des patients souffrant d'un cancer du pancréas avancé
localement ou métastatique. D'autres patients ont reçu soit de la gemcitabine
plus Tarceva soit de la gemcitabine et un placebo. Au total, 569 patients ont
participé à l'étude, 285 patients ont reçu Tarceva plus gemcitabine et 284
patients ont reçu un placebo plus gemcitabine, de manière aléatoire. En règle
générale, le traitement a été bien toléré dans les deux groupes. La plupart
des effets indésirables associés à Tarceva plus gemcitabine dans cette étude
étaient légers à modérés et étaient comparables à ceux observés dans les
essais cliniques antérieurs; ils comprenaient les éruptions cutanées et la
diarrhée.
    En novembre 2005, la FDA a homologué Tarceva en association avec une
chimiothérapie à base de gemcitabine dans le traitement du cancer du pancréas
localement avancé, inopérable ou métastatique, et l'Union européenne l'a
approuvé en janvier 2007 pour le traitement du cancer du pancréas
métastatique.
    Tarceva est homologué dans l'Union européenne depuis septembre 2005 et
aux Etats-Unis depuis novembre 2004 pour le traitement de patients atteints du
cancer pulmonaire non à petites cellules localement avancé ou métastatique
n'ayant pas répondu à au moins une chimiothérapie. Les premiers essais avec
Tarceva ont également été menés sur plusieurs autres types de tumeurs solides
dans le cadre d'un programme de recherche en cours.

    Remarques à l'intention des rédacteurs

    L'étude en bref

    L'étude visait à évaluer l'administration de 100 mg/jour ou de 150
mg/jour de Tarceva à des patients souffrant d'un cancer du pancréas localement
avancé ou métastatique. Les patients ont reçu de manière aléatoire de la
gemcitabine plus Tarceva ou de la gemcitabine et un placebo. La gemcitabine a
été administrée à raison de 1 000 mg/m(2) IV une fois par semaine. Tarceva
plus le placébo ont été administrés oralement à raison de 100 mg/jour ou de
150 mg/jour jusqu'à ce qu'une progression de la maladie ou une toxicité
incontrôlable soit observée. Environ 75 % des patients participant à l'étude
étaient atteints d'un cancer métastatique et 25 % d'un cancer localement
avancé. L'étude a été menée aux Etats-Unis, en Asie, au Canada, en Europe, en
Australie et en Amérique du Sud. Elle a été effectuée par le Groupe des essais
cliniques de l'Institut national du cancer du Canada, Queen's University,
Ontario, en collaboration avec OSI Pharmaceuticals.

    A propos de Tarceva

    Tarceva (erlotinibe) est une petite molécule qui cible la voie de
signalisation du récepteur du facteur de croissance épidermique humain (HER1).
L'HER1, également appelé EGFR, est un élément clé de cette voie de
signalisation, qui est impliquée dans la formation et le développement de
nombreux cancers. Tarceva inhibe la croissance des cellules tumorales en
inhibant l'activité de la tyrosine kinase de la voie de signalisation de
l'HER1 au sein de la cellule.
    Médicament administré par voie orale une fois par jour, Tarceva est le
seul inhibiteur d'EGFR à avoir démontré un avantage au chapitre de la survie
des patients atteints du cancer du poumon et du pancréas. A l'heure actuelle,
la plupart des patients souffrant d'un cancer du poumon ou du pancréas sont
entièrement traités par chimiothérapie, susceptible d'être très débilitante en
raison de sa toxicité. Contrairement à la chimiothérapie, Tarceva cible
spécifiquement les cellules tumorales, évitant les effets indésirables
typiques de la chimiothérapie.
    Tarceva a été homologué par les Etats-Unis et par toute l'Union
européenne pour le traitement des patients atteints d'un cancer pulmonaire non
à petites cellules localement avancé ou métastatique ayant résisté à au moins
un traitement chimiothérapeutique. Il a également été approuvé en association
avec une chimiothérapie à base de gemcitabine par les Etats-Unis pour le
traitement de première intention des patients souffrant du cancer pancréatique
localement avancé, inopérable ou métastatique, et par l'Union européenne pour
le traitement des patients atteints d'un cancer pancréatique métastatique.
    Tarceva fait actuellement l'objet d'une évaluation dans le cadre d'un
vaste programme de mise au point clinique mené à l'échelle mondiale dans le
cadre d'une alliance conclue par OSI Pharmaceuticals, Genentech et Roche.
L'évaluation se focalise sur les phases précoces du cancer pulmonaire non à
petites cellules. Par ailleurs, Tarceva est évalué en association avec Avastin
dans le cancer pulmonaire non à petites cellules et d'autres études évaluent
Tarceva dans le traitement d'autres tumeurs solides.

    Roche

    Basé à Bâle, en Suisse, Roche est l'un des plus importants groupes
internationaux de soins de santé axés sur la recherche, spécialisés dans les
secteurs pharmaceutiques et diagnostiques. En tant que fournisseur de produits
et de services novateurs destinés au dépistage précoce, à la prévention, au
diagnostic et au traitement des maladies, le Groupe contribue sur de nombreux
fronts à améliorer la santé et la qualité de vie des gens. Roche est l'un des
chefs de file mondiaux sur le marché des produits pour diagnostic et le
premier fournisseur de médicaments destinés à l'oncologie et à la médecine de
transplantation. Roche occupe également une position de premier plan en
virologie. En 2005, le chiffre d'affaires de la division pharmaceutique s'est
élevé à 27,3 milliards de francs suisses, la division des diagnostics ayant
quant à elle réalisé un chiffre d'affaires de 8,2 milliards de francs suisses.
Roche emploie quelque 70 000 personnes dans 150 pays. La société entretient
des accords de R&D et des alliances stratégiques avec de nombreux partenaires
et détient notamment des participations majoritaires dans Genentech et Chugai.
De plus amples renseignements sur le groupe Roche sont disponibles dans
Internet (www.roche.com).

    A propos de Roche : www.roche.com
    A propos de Genentech : www.gene.com
    A propos du cancer : www.health-kiosk.ch

    Roche en oncologie :
    http://www.roche.com/pages/downloads/company/pdf/mboncology05e.pdf

    Toutes les marques de commerce utilisées ou mentionnées dans le présent
    communiqué sont protégées par la loi.

    (*). Récepteur du facteur de croissance épidermique

    
    Références :

    1.  Moore MJ, Goldstein D, Hamm J, et al: Erlotinib plus gemcitabine
        compared with gemcitabine alone in patients with advanced pancreatic
        cancer: A phase III trial of the National Cancer Institute of Canada
        Clinical Trials Group. J Clin Oncol doi: 10.1200/JCO.2006.07.9525.

    2.  Ferlay J et al. GLOBOCAN 2002: Cancer Incidence, Mortality and
        Prevalence Worldwide. IARC CancerBase No. 5, Version 2.0, Lyon; IARC
        Press 2004.

    3.  Shepherd FA, Pereira TE, Ciuleanu EH, et al. A randomized placebo-
        controlled trial of erlotinib in patients with advanced non-small
        cell lung cancer (NSCLC) following failure of 1st line or 2nd line
        chemotherapy. A National Cancer Institute of Canada Clinical Trials
        Group (NCIC). (Abstract No. 7022), ASCO 2004.

    4.  Michaud DS. 2004, Epidemiology of pancreatic cancer Minerva Chir,
        Apr; 59(2):99-111

    5.  www.cancerhelp.org.uk
    





Renseignements :

Renseignements: Ann Blumenstock, Resolute Communications, tél.: +
44-(0)207-397-7484

Profil de l'entreprise

F. HOFFMAN-LA ROCHE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.