Syrie - L'écrivain Habib Saleh accusé d'"affaiblissement du sentiment national" : Reporters sans frontières demande sa libération



    MONTREAL, le 6 août /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières demande la
libération de l'écrivain Habib Saleh, arrêté sans explication dans un souk à
Tartous (nord-ouest du pays), le 6 mai 2008. Le 4 août, il a été entendu par
un juge d'instruction à Damas. Accusé d'"affaiblissement du sentiment
national" et d'"incitation à la la guerre civile et confessionnelle" en vertu
des articles 285 et 289 du code pénal, il a confirmé être l'auteur des
articles incriminés.
    "Depuis son arrestation, Habib Saleh demeurait introuvable. Nous sommes
soulagés d'apprendre qu'il est en vie mais condamnons fermement son
arrestation et demandons sa libération. Cet écrivain n'a fait qu'user de son
droit à la liberté d'expression. Malheureusement en Syrie, il est devenu
fréquent d'être enfermé en raison de ses activités sur Internet", a déclaré
l'organisation.
    Lors de l'audience, Habib Saleh, a rejeté toutes les charges émises à son
encontre. Outre les articles 285 et 289, il est accusé d'"appartenance à une
organisation" secrète et de "diffamation à l'encontre du président de la
République."
    Agé de 61 ans, il est un collaborateur régulier du site Internet
Elaph.com (http://www.elaph.com), censuré en Syrie en raison de son traitement
de l'information. Il s'agit de la troisième interpellation de Habib Saleh en
sept ans. En 2002, il avait été condamné à trois ans de prison lors du
"Printemps de Damas". Il avait été libéré le 9 septembre 2004. Le 15 août
2006, il avait à nouveau été condamné à trois ans de prison en vertu de
l'article 286 du code pénal pour "publication de fausses informations", suite
à la mise en ligne d'articles sur Internet. Il avait été libéré le
12 septembre 2007.
    La Syrie est le pays du monde arabe le plus répressif envers les
individus qui publient des informations sur Internet. Reporters sans
frontières rappelle que la Constitution syrienne garantit pourtant "le droit
d'exprimer librement ses opinions par la parole, l'écriture ou quelque autre
moyen que ce soit" et appelle à la libération de Habib Saleh ainsi que des
quatre autres cyberdissidents détenus : Firas Saad, Tariq Biassi, Kareem
Arabji et Hammam Haddad.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.