Suspension du projet de loi 88 qui sera présenté à nouveau en automne - L'ACSAQ demandera des changements au projet de loi: "La participation de la communauté et une vraie reddition de compte doivent être les objectifs et non de nouveaux pouvoirs pour la ministre"



    QUEBEC, le 20 juin /CNW Telbec/ - L'Association des commissions scolaires
anglophones du Québec (ACSAQ) renouvellera ses efforts visant à faire amender
le projet de loi 88 dans le but de mieux servir les besoins des commissions
scolaires anglophones et des élèves qu'elles desservent alors que les
délibérations au sujet du projet de loi ont été suspendues jusqu'à l'automne.
Le projet de loi 88 propose de profondes modifications aux élections des
commissions scolaires, à leur fonctionnement et à la façon de rendre des
comptes au public qu'elles desservent. L'ACSAQ a participé activement aux
consultations à ce sujet qui ont eu lieu au cours des 18 derniers mois.
    "Depuis le début, notre Association a préconisé des mesures qui
consolideront le travail accompli par nos commissions scolaires anglophones
avec les parents, offriront de la transparence dans nos prises de décision et
répondront efficacement aux besoins locaux" souligne la présidente de l'ACSAQ
Debbie Horrocks. "Nous aurions cru que la ministre (Michelle Courchesne,
ministre de l'Education, du Loisir et du Sport) partageait ce point de vue.
Malheureusement, le projet de loi, dans son état actuel, semble opter pour une
voie différente."
    L'ACSAQ souligne trois domaines clés de préoccupation pour ses neuf
commissions scolaires anglophones membres :
    Le projet de loi 88 stipulerait l'élection de candidats à la présidence
d'une commission scolaire par suffrage universel. "Pour les commissions
scolaires anglophones, particulièrement celles des régions, cela ne renforcera
pas la démocratie," déclare Madame Horrocks. "Il serait presque impossible aux
candidats à la présidence dans certaines régions d'entreprendre de vraies
discussions de questions lorsqu'ils doivent traverser jusqu'à
250 municipalités pour atteindre leurs électeurs. La ministre a déclaré à la
Commission de l'Education lors de l'étude article par article du projet de loi
que des mesures spéciales visant à régler ce problème qui touche
particulièrement le secteur anglophone seraient adoptées à l'automne. Nous
surveillerons de très près ces initiatives."
    Une deuxième préoccupation : La ministre continue d'exprimer son
intention de jumeler les élections scolaires et municipales. Ce scénario est
un cauchemar logistique et d'organisation pour les commissions scolaires
anglophones. Il donnerait lieu très vraisemblablement à une énorme confusion
et, en fin de compte, un processus démocratique moins efficace pour l'élection
des commissaires. Avec la possibilité de quatre différentes élections et
listes électorales (anglophones et francophones au niveau municipal et des
commissions scolaires) et des commissions scolaires anglophones couvrant
plusieurs municipalités et régions administratives, le seul fait de concevoir
les bulletins de vote et de distribuer de l'information exacte prouverait être
une tâche impossible pour le secteur anglophone. "Encore une fois, pour les
commissions scolaires anglophones, cela ne renforcera pas la démocratie,"
souligne Madame Horrocks.
    "L'ACSAQ a toujours accueilli une reddition de compte et une transparence
accrue dans le fonctionnement de toute commission scolaire," déclare Madame
Horrocks. "Par contre, le projet de loi 88 semble élargir les pouvoirs et la
bureaucratie du ministère de l'Education, du Loisir et du Sport et nuire là
l'habilité des commissions scolaires d'offrir des services de qualité, de
consulter les parents et de résoudre des plaintes reçues de façon efficace."
Madame Horrocks a aussi mentionné un plan visant l'embauche de personnel
supplémentaire du ministère de l'Education, du Loisir et du Sport pour
surveiller les ententes concernant les plans stratégiques des écoles et des
commissions scolaires ainsi que les nouveaux pouvoirs ministériels exigeant
des commissions scolaires de diffuser certains renseignements sont deux
exemples de modifications excessives et non nécessaires.
    Madame Horrocks a conclu : "L'ACSAQ continue à accueillir les efforts de
la ministre à renforcer l'enseignement public au Québec. Elle mérite d'être
félicitée pour avoir soulevé l'importance du travail des commissions
scolaires. Cela étant dit, il y a lieu d'améliorer le projet de loi 88. Nous
espérons avoir l'occasion de participer à la réalisation de ces modifications
avant que la loi ne soit adoptée l'automne prochain."

    Un comité de l'ACSAQ composé de représentants de chacune des commissions
scolaires membres se rencontrera cet été afin d'étudier certaines
modifications au projet de loi 88. L'ACSAQ est la voix de l'enseignement
public anglophone du Québec. Ses neuf commissions scolaires membres desservent
quelque 110 000 élèves inscrits dans 340 écoles primaires et secondaires,
centres d'éducation des adultes et de formation professionnelle à travers la
province.




Renseignements :

Renseignements: David Birnbaum, directeur général, (514) 849-5900, poste
228, cell.: (514) 232-6295


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.