Surpopulation carcérale au Québec - LE GOUVERNEMENT LIBERAL A CREE UNE SITUATION DANGEREUSE



    QUEBEC, le 15 mai /CNW Telbec/ - Le député de Chambly et porte-parole de
l'opposition officielle en matière de sécurité publique, Bertrand St-Arnaud,
accuse le gouvernement libéral d'avoir, au fil des ans, créé une situation
dangereuse dans les prisons québécoises. Situation inquiétante : le ministre
Dupuis n'a pas ou peu de solutions à court ou moyen terme pour régler le
problème majeur de la surpopulation carcérale qui atteint un niveau record
depuis quelques mois.
    "Au 31 mars 2009, selon les chiffres du ministère de la Sécurité
publique, il y avait 4705 détenus dans nos prisons alors que la capacité
d'accueil est de moins de 4000. Cela n'a pas de bon sens!, a déclaré Bertrand
St-Arnaud. Cette situation est explosive. Elle est également dangereuse, non
seulement pour les personnes incarcérées et le personnel de nos prisons mais
aussi pour la population en général", a-t-il insisté.
    Le Parti Québécois s'inquiète du fait que la surpopulation carcérale
réduit les capacités de réinsertion sociale dans nos prisons. Au terme de leur
sentence, c'est donc généralement des personnes non traitées et non formées
qui réintègrent la société. Les personnes détenues sortent de prison dans un
état pire qu'à leur entrée", a ajouté Bertrand St-Arnaud.

    Pas de solutions avant 2014

    La situation est d'autant plus préoccupante que le gouvernement libéral
n'a pas de solutions à court ou moyen terme pour régler ce problème. "Les
quatre nouvelles prisons annoncées il y a 15 mois n'ont pas encore commencé à
sortir de terre et leur ouverture n'est pas prévue avant décembre 2013 voire
juin 2014. De plus, le gouvernement libéral n'a aucun autre projet de
nouvelles installations carcérales temporaires alors que le système craque de
partout", a dénoncé Bertrand St-Arnaud.
    Il a rappelé, d'ailleurs, la tergiversation du gouvernement libéral,
particulièrement pour l'implantation d'une nouvelle prison en Montérégie. "A
l'automne 2004, le gouvernement libéral annonçait en grande pompe une prison
en PPP de 100 M$ en Montérégie. Quelques mois plus tard, le gouvernement
reculait, réalisant que le mode PPP était une erreur. En février 2008, on
réannonçait un projet similaire, cette fois en mode conventionnel. Or, 15 mois
plus tard, on ne sait toujours pas où sera située cette prison. On tourne en
rond depuis cinq ans", a indiqué M. St-Arnaud.
    Au cours de l'interpellation, le député de Chambly a également soulevé
plusieurs problèmes préoccupants en matière de services correctionnels,
notamment l'absence de classement dans les établissements de détention qui
amène des délinquants primaires à partager la même cellule que des
multirécidivistes. Il a aussi souligné l'absence de sécurité dans les
installations carcérales temporaires, le remplacement des agents
correctionnels par des agents de sécurité lors du séjour d'un détenu dans un
hôpital et le manque flagrant de personnel, particulièrement pour les agents
chargés de surveiller les détenus purgeant des peines d'emprisonnement dans la
collectivité.

    Le Rapport de la Protectrice du citoyen est déjà classé et rien
    n'est réglé

    Le Parti Québécois reproche au ministre de la Sécurité publique, Jacques
Dupuis, de ne pas avoir donné suite à plusieurs recommandations formulées par
la Protectrice du citoyen dans son dernier rapport annuel. Cette dernière
souhaitait l'élaboration d'un plan d'action à l'égard des services en
réinsertion sociale et à la salubrité des établissements de détention. En ce
sens, rien n'a été fait.
    "Il a fallu qu'un viaduc s'écroule à Laval avant que le gouvernement
décide de rénover nos infrastructures routières. Quel drame attend-t-il pour
passer à l'action et adopter des mesures rapides et énergiques pour
solutionner le problème de la surpopulation carcérale? Le ministre Dupuis doit
se ressaisir rapidement avant que la situation ne dégénère davantage", a
conclu Bertrand St-Arnaud.

    -%SU: URG
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.