Suite à un signalement des autorités du CHUQ concernant le C. difficile une enquête épidémiologique est entamée par la Direction régionale de santé publique



    QUEBEC, le 13 juin /CNW Telbec/ - Le 28 mai dernier, le Centre
hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) a signalé à la Direction régionale
de santé publique de la Capitale-Nationale (DRSP) une possible augmentation de
complications survenues chez des patients hospitalisés à l'Hôpital
Saint-François d'Assise et possiblement liées au Clostridium difficile
(C. difficile).

    Etat de situation préliminaire

    En mars, avril et mai 2007, 52 cas nosocomiaux d'infections au C.
difficile ont été rapportés à l'Hôpital Saint-François d'Assise. Après une
première révision des dossiers, huit décès de cause principale au C. difficile
ont été enregistrés parmi ces cas. Pour toute l'année 2006-2007, mentionnons
que l'Hôpital Saint-François d'Assise avait dénombré un total de 12 décès.
    La moyenne d'âge des patients décédés est estimée à 83 ans. La perception
des cliniciens est que les complications des patients sont survenues
rapidement, ce qui n'était pas habituellement observé. "Par rapport aux mêmes
périodes l'année précédente, moins de cas de C. difficile ont été dénombrés.
Cependant, nos équipes cliniques ont plutôt remarqué, dès le mois de mai, des
complications rapides chez certains patients. C'est la raison pour laquelle le
CHUQ a rapidement signalé la situation à la Direction régionale de santé
publique. Par ailleurs, nous semblons noter, au cours des deux dernières
semaines, une diminution du nombre de cas de C. difficile et des
complications. En fait, depuis le début de la présente période, seuls trois
cas nous ont été répertoriés et aucun décès n'est à déplorer", a expliqué le
docteur Louis Couture, directeur des services professionnels du CHUQ.

    Processus en cours

    Le principal objectif de l'enquête épidémiologique est de déterminer
précisément la nature de la situation et de mieux orienter, s'il y a lieu, les
mesures à entreprendre afin de la corriger.
    Depuis ce matin, l'équipe des maladies infectieuses de la Direction
régionale de santé publique de la Capitale-Nationale procède à une revue des
dossiers de tous les patients ayant eu un résultat positif pour la toxine du
C. difficile. Afin d'avoir un portrait fidèle de la situation et des
indications précises sur l'évolution du phénomène dans le temps, il a été
convenu de réviser les dossiers sur une période de trois mois (mars, avril et
mai 2007). L'établissement collabore avec l'équipe de la DRSP qui coordonne et
supervise la collecte de données dans les dossiers des patients. Cette
collecte des données se prolongera au cours des prochains jours. Par la suite,
les données seront saisies par la DRSP et analysées conjointement avec les
experts de l'Institut national de santé publique du Québec.
    Ce n'est qu'à la suite d'une analyse approfondie des données recueillies
que la DRSP pourra mieux comprendre et tenter d'expliquer la problématique
soulevée par les impressions cliniques des médecins de l'Hôpital
Saint-François d'Assise.

    Mesures déjà mises en place

    En plus de convenir des modalités du processus d'enquête épidémiologique
la semaine dernière, les experts de la Direction régionale de santé publique
de la Capitale-Nationale ont procédé, avec les représentants de l'Hôpital
Saint-François d'Assise, à la revue sommaire des mesures de prévention
actuellement en vigueur dans l'établissement.
    "Les mécanismes de surveillance des équipes cliniques et de préventions
des infections de l'Hôpital Saint-François d'Assise ont démontré leur
efficacité au cours des derniers mois. C'est d'ailleurs cette vigilance qui a
permis de rapidement suspecter un changement dans le taux de complication et
de rapidement nous le signaler. Nous considérons que le CHUQ a agi de façon
diligente dans ce dossier", a souligné le directeur régional de santé publique
de la Capitale-Nationale, le docteur François Desbiens.
    Voici les principales mesures que le CHUQ a renforcées au cours des
derniers mois pour lutter et prévenir le C. difficile à l'Hôpital
Saint-François d'Assise :

    
    - bonification de la méthode de travail afin d'utiliser une concentration
      de produit nettoyant efficace, autant pour le nettoyage des chambres
      lors du départ des patients porteurs du C. difficile que pour les
      articles de soins;
    - assignation d'une ressource infirmière qui vient en aide à l'équipe de
      prévention déjà en place;
    - présence du coordonnateur en qualité des services qui s'assure auprès
      de l'équipe d'hygiène et de salubrité que les méthodes de travail sont
      bien appliquées;
    - tournée quotidienne effectuée par l'infirmière en prévention pour
      surveiller toute survenue de selles irrégulières chez les patients et
      accroître la collaboration avec le personnel de l'admission pour la
      gestion des lits;
    - désinfection massive de toutes les unités de soins, suivant
      l'apparition de cas d'infection, est effectuée, et ce, avec le support
      de préposés aux bénéficiaires additionnels;
    - promotion continuelle de l'hygiène des mains avec friction mécanique
      après la sortie des chambres dans lesquelles se trouvent des patients
      présentant une infection au C. difficile;
    - révision de l'utilisation de certains antibiotiques favorisant les
      infections au C. difficile est en cours.
    

    Le rapport final d'enquête devrait être déposé à la fin juillet.
Cependant, si des vérifications supplémentaires s'avéraient nécessaires pour
valider des hypothèses, la Direction régionale de santé publique se réserve la
possibilité de prolonger son enquête afin de finaliser son rapport.
    Les familles des personnes dont la cause principale du décès était le
C. difficile ont été informées.




Renseignements :

Renseignements: Pierre Lafleur, Affaires publiques, Agence de la santé
et des services sociaux de la Capitale-Nationale, (418) 525-1452; Pascale
St-Pierre, Direction des communications, Centre hospitalier universitaire de
Québec, (418) 525-4387

Profil de l'entreprise

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUEBEC (CHUQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.