Soustraction de 50 % du Plan Nord - Québec doit maintenir un caractère réversible des zones de conservation, soutient l'Association minière du Québec

QUÉBEC, le 11 nov. 2011 /CNW Telbec/ - L'Association minière du Québec (AMQ) a déposé son mémoire, dans le cadre de la consultation publique se terminant aujourd'hui, sur la volonté du gouvernement de soustraire 50 % du territoire du Plan Nord à des fins industrielles. Dans son mémoire, l'AMQ invite le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, M. Pierre Arcand, à faire preuve de prudence en maintenant le caractère réversible des zones de conservation et de développement non industriel afin de ne pas pénaliser la population québécoise en limitant la découverte et le développement du potentiel de sa richesse collective.

L'AMQ fait notamment valoir la diversité de la production actuelle des métaux sur le territoire du Plan Nord, la méconnaissance du potentiel géologique dans le nord québécois et la difficulté de prédire la nature des nouvelles substances minérales qui seront recherchées dans 10 ou 20 ans. Voilà pourquoi il est essentiel que les mesures de conservation inscrites dans le projet de loi puissent être révisées périodiquement à la lumière de l'évolution des connaissances scientifiques et technologiques et des besoins en matières premières indique le directeur environnement de l'organisme, M. Jean-Claude Belles-Isles.

L'INDUSTRIE MINIÈRE SUR LE TERRITOIRE DU PLAN NORD

L'activité minière et la production d'énergie sont des activités économiques importantes sur le territoire du Plan Nord. En 2009, les investissements relatifs à l'exploration et l'exploitation minière sur le territoire du Plan Nord s'élevaient à 958 millions de dollars. En 2008, plus de 10 000 emplois, toujours sur le territoire du Plan Nord, étaient liés au secteur minier.

La production québécoise de nickel, de cobalt, des éléments du groupe du platine, de zinc, de minerai de fer et d'ilménite provient essentiellement du nord. Le territoire du Plan Nord recèle aussi de l'or, du lithium, du vanadium et des terres rares qui sont de plus en plus utilisés dans une multitude de domaines liés aux transports et à la haute technologie. Le potentiel diamantifère du nord est également intéressant. Malgré tout, le potentiel des ressources minérales dans le nord québécois demeurent encore très peu connu. Ainsi, avant d'exclure les grands territoires, il est essentiel de poursuivre l'exploration pour saisir tout ce que ce territoire peut offrir comme richesses.

UN ENGAGEMENT GOUVERNEMENTAL QUI VA BIEN AU-DELÀ DE LA CONFÉRENCE DE NAGOYA

Le gouvernement s'engage à étendre, d'ici 2015, le réseau d'aires protégées sur le territoire du Plan Nord de façon à atteindre 12 % de la superficie du territoire visé par le plan gouvernemental, soit l'équivalent de près 28 000 km2 de nouveaux espaces. Le gouvernement s'engage également à mettre en réserve 5 % du territoire du Plan Nord à des fins de conservation de la biodiversité, de protection de l'environnement et pour la réalisation d'activités non industrielles en 2020, et d'augmenter ce pourcentage à 50 % en 2035. L'objectif que s'est fixé le gouvernement du Québec est très ambitieux et va bien au-delà des engagements internationaux pris lors de la Conférence de Nagoya, soit que les États puissent consacrer 17 % de leur territoire terrestre à la conservation, souligne M. Belles-Isles.

CONCLUSION

L'AMQ demeure favorable à la protection de certains territoires et au maintien de la biodiversité. C'est dans cet esprit que l'Association minière  appuie l'idée d'adjoindre un caractère réversible aux zones de conservation et de développement non industriel d'intérêt. Les mesures de conservation et d'aménagement du territoire doivent être conçues comme un système dynamique. Ces mesures ne doivent pas se limiter simplement à la protection du territoire, mais doivent aussi permettre un développement favorisant la durabilité de l'économie et le bien-être des gens habitant le territoire. Il est donc essentiel que les mesures de conservation puissent être révisées à la lumière de l'évolution des connaissances scientifiques et technologiques et des besoins de la population, conclut le directeur environnement de l'AMQ.

SOURCE ASSOCIATION MINIERE DU QUEBEC INC.

Renseignements :

PERSONNES-RESSOURCES

M. Jean-Claude Belles-Isles, directeur
Environnement
Association minière du Québec
Tél. 418-657-2016
jcbellesisles@amq-inc.com

M. André Lavoie, directeur
Communications et affaires publiques
Association minière du Québec
Tél. 418-657-2016
alavoie@amq-inc.com

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION MINIERE DU QUEBEC INC.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.