Sondage CROP / Equiterre, ForestEthics et Environmental Defence - Pas de meilleur contrôle des émissions polluantes, pas de sables bitumineux au Québec, disent les Québécois - Dans le cadre du débat des chefs, les groupes posent la question: qui s'opposera au projet de pipeline d'Enbridge ?



    MONTREAL, le 1er oct. /CNW Telbec/ - Plus de 70% des Québécois souhaitent
le report du projet de pipeline acheminant au Québec du pétrole issu des
sables bitumineux albertains tant que les émissions de gaz à effet de serre
qui en découlent ne seront pas mieux contrôlées par le biais de lois plus
sévères. C'est ce que révèle un sondage CROP rendu public aujourd'hui.
    Ce sondage indique également que 72% des Québécois sont en désaccord avec
la politique du gouvernement fédéral permettant aux compagnies pétrolières
d'augmenter leurs émissions totales au fur et à mesure qu'augmente la
production de sables bitumineux, tout en réduisant les émissions par baril de
pétrole produit.
    Aussi, quelque 58% des Québécois affirment que la position que prendront
les partis politiques à l'égard de la pollution reliée au réchauffement
planétaire, due aux sables bitumineux et à d'autres sources majeures
d'émissions de gaz à effet de serre, influencera leur vote aux présentes
élections fédérales. Quelque 39% des Québécois affirment par contre que cette
question n'influencera pas leur vote. Finalement, 43% des répondants ont une
opinion négative de l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta, alors
que 28% expriment une opinion positive.
    "Le Québec met en place plusieurs mesures ingénieuses et efficaces pour
aider à résoudre la crise climatique, alors que l'exploitation des sables
bitumineux entraîne une explosion des émissions de gaz à effet de serre au
Canada", a déclaré Steven Guilbeault, du groupe Equiterre. "Les Québécois
souhaitent faire partie de la solution, non pas du problème. C'est pourquoi le
Québec doit dire non au pétrole sale de l'Alberta."
    Ce matin était également diffusée dans le quotidien La Presse une page de
publicité montrant un bulldozer géant, utilisé dans l'exploitation des sables
bitumineux, menaçant le Château Frontenac et le centre-ville de Montréal.
Cette publicité présente le projet "Trailbreaker" de la compagnie Enbridge,
qui cherche à transporter vers Montréal plus de 200 000 barils de pétrole par
jour provenant des sables bitumineux. Ce projet facilitera le développement de
projets d'exploitation des sables bitumineux, la source d'émissions de gaz à
effet de serre dont la croissance est la plus rapide au Canada.
    Cette publicité, commanditée par les organisations environnementales
Equiterre, ForestEthics et Environmental Defence, a été publiée la journée
même du débat des chefs en français et demande aux leaders des partis
politiques fédéraux de s'opposer à ce projet.
    "L'exploitation des sables bitumineux prend le Québec et le Canada en
otage en nous menant tous dans la mauvaise direction sur la question des
changements climatiques", a déclaré pour sa part Matt Price, du groupe
Environmental Defence. "Pourquoi certaines régions devraient-elles appuyer le
développement des infrastructures nécessaires au développement des sables
bitumineux avant même que les émissions ne commencent à diminuer ?"
    D'ici 2012, une seule compagnie pétrolière active dans le domaine des
sables bitumineux, Suncor, verra ses émissions de GES augmenter d'une quantité
équivalente (environ 15 MT) aux réductions projetées au Québec.
    "Malgré la campagne de relations publiques de l'Alberta, le développement
des sables bitumineux n'est pas un exemple d'unité nationale, mais un
véritable gâchis environnemental", a déclaré finalement Gillian McEachern, de
l'organisation ForestEthics.
    La semaine dernière, les trois organisations environnementales lançaient
le site Internet www.petrolesale.org, une pétition en ligne permettant aux
Québécois d'exiger le rejet du projet de pipeline. Jusqu'à présent, plus de
2000 messages ont été acheminés par cette pétition aux leaders des partis
politiques fédéraux.

    Les résultats du sondage sont basés sur plus de 1000 entrevues
téléphoniques menées entre le 18 et le 28 septembre 2008. La marge d'erreur
d'un tel sondage est de plus ou moins 3%, 19 fois sur 20.




Renseignements :

Renseignements: Eveline Trudel-Fugère, Equiterre, (514) 605-2000;
Jennifer Foulds, Environmental Defence, (416) 323-9521, ext. 232; Gillian
McEachern, ForestEthics, (416) 938-6032

Profil de l'entreprise

Équiterre

Renseignements sur cet organisme

ELECTIONS FEDERALES 2008

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.