Six infractions potentielles aux dispositions anti-briseurs de grève relevées à l'Université de Sherbrooke

SHERBROOKE, QC, le 15 sept. 2011 /CNW Telbec/ - Hier, l'enquêteur mandaté à l'Université de Sherbrooke par le ministère du Travail a remis son rapport sur de possibles infractions aux dispositions anti-briseurs de grève du Code du travail. Dans la section « conclusions » du document, l'enquêteur relève un potentiel de six infractions différentes à la loi. Le syndicat des employés de soutien de l'Université va donc poursuivre son analyse du dossier et rappelle, comme l'écrit l'enquêteur, qu'« il appartient à la Commission des relations du travail (CRT) de statuer sur la conclusion de ce rapport. »

« L'Université claironne ce matin qu'il n'y a pas eu de briseurs de grève à l'Université. Mais si on lit les conclusions du rapport, on constate que des sept cas dont nos avons fait part vendredi dernier, six d'entre eux sont possiblement fondés. L'Université a le devoir de ne commettre aucune infraction, mais encore aujourd'hui, nos soupçons tiennent la route », selon Stéphane Caron, président du Syndicat des employées et employés de soutien de l'Université de Sherbrooke (SEESUS-SCFP 7498).

Le rapport complet déposé hier, le 14 septembre, à la ministre du Travail par l'enquêteur Richard Miller est disponible à l'adresse suivante : http://bit.ly/otmTXI

Environ 1300 des employés de soutien sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2008, soit plus de 32 mois. 120 autres, affectés à la recherche, le sont depuis le 26 juin 2006, soit plus de 62 mois. Du vendredi 26 août à 17 h jusqu'au lundi 29 août à 17 h, ils ont tenu une grève générale de 72 heures. Depuis le 29 août à 17 h, ils tiennent une série ininterrompue de grèves générales de 24 heures.

Plus tôt cet été, ils ont déclenché trois courtes grèves : deux de 24 heures et une de 60 heures. Malgré cette progression des moyens de pression à l'approche de la rentrée, l'employeur a maintenu des offres salariales bien en deçà de l'inflation. En octobre 2010, les membres du SEESUS se sont prononcés à 88 % en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) représente quelque 11 000 membres dans les universités, principalement des employés de soutien. Le SCFP est de plus présent dans plusieurs autres secteurs d'activités, entre autres, la santé et les services sociaux, les municipalités, l'énergie, les transports urbain et aérien, les communications, les sociétés d'État et organismes publics québécois. Comptant plus de 110 000 membres au Québec, le SCFP est aussi le plus important syndicat affilié de la FTQ.

SOURCE SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Renseignements :

SOURCE : SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)
   
Renseignements :   Stéphane Caron, président du SEESUS, 819 572-3556

Profil de l'entreprise

SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.