Services essentiels dans les sociétés de transport : Un projet de loi adéquiste inacceptable selon la CSN



    MONTREAL, le 6 juin /CNW Telbec/ - La CSN dénonce le projet de loi déposé
ce matin à l'Assemblée nationale par l'ADQ pour limiter le droit de grève des
travailleuses et des travailleurs à l'emploi des sociétés de transport.
    Pour la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, ce projet de loi, qui
veut obliger les travailleurs à maintenir les services essentiels à un niveau
de 80 % en cas de conflit, est tout à fait inacceptable. "Ce projet de loi
constitue une autre atteinte aux droits fondamentaux et rompt l'équilibre du
rapport de force entre les parties. Nous le combattrons avec vigueur", a
averti la présidente de la CSN.
    Selon Claudette Carbonneau, "le populiste chef de l'ADQ, Mario Dumont,
continue de trouver des solutions simplistes à des problèmes complexes. Il en
remet après son intervention tout à fait inappropriée lors du conflit de
travail à la STM, qui a initié une intervention tout aussi injustifiée et
prématurée du gouvernement."
    Rappelons qu'à peine 36 heures après le début d'une grève exercée en
toute légalité, le ministre du Travail menaçait d'avoir recours à une loi
spéciale pour forcer le retour au travail. De plus, il a contribué à semer la
confusion chez les utilisateurs de services publics entre le droit légitime
aux services essentiels liés à la sécurité ou à la santé de la population et
les inconvénients causés par l'exercice tout aussi légitime du droit de grève
dans une société démocratique.
    Le projet de loi adéquiste rompt l'équilibre qui existe depuis plus de 20
ans au Québec en matière de relations de travail. Le Code du travail
reconnaît, en effet, que la notion de services essentiels doit être liée à la
santé et à la sécurité des usagers et non aux inconvénients qu'ils subissent,
et ce, conformément aux grandes conventions internationales du travail.
    "Le chef de l'ADQ ne fait aucune distinction entre ces deux notions. Le
projet de loi adéquiste ouvre la porte à des dérives importantes. Si on pousse
le raisonnement du chef de l'ADQ, chaque fois que la population subirait
quelque inconvénient d'une grève, elle pourrait demander à ce que le droit de
grève des travailleurs soit retiré ! Un régime de relations de travail digne
d'une république de banane ! Se faisant, le chef de l'ADQ tente d'exacerber un
antisyndicalisme primaire et de se faire du capital politique sur le dos des
travailleuses et des travailleurs. C'est totalement inacceptable."
    La CSN appelle le gouvernement et l'opposition péquiste à s'opposer à ce
projet de loi.

    La Confédération des syndicats nationaux compte plus de 300 000
travailleuses et travailleurs de tous les types de milieux de travail, tant
dans le secteur privé que dans le secteur public.




Renseignements :

Renseignements: Michelle Filteau, directrice du Service des
communications de la CSN, (514) 598-2162, cell.: (514) 894-1326; Source: CSN


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.