Selon une étude effectuée par Accenture/Economist Intelligence Unit, la position de tête occupée par le Canada comme destination d'affaires s'érode



    D'autres pays appliquent des réformes propices aux affaires et certains
    ont commencé depuis quelques années à rattraper le Canada.

    L'étude présente les opinions des principaux chefs de file de l'industrie
    canadienne.


    OTTAWA, le 21 mars /CNW Telbec/ - Le Canada risque de perdre la place
qu'il occupe comme nation la plus propice aux affaires au monde. C'est ce que
révèle l'étude faite par l'Economist Intelligence Unit, parrainée par
Accenture (NYSE:   ACN) intitulée "Not left behind: How Canada can compete"
    Selon les conclusions de l'étude qui sera présentée lors de la table
ronde organisée par Economist Conferences et réunissant à Ottawa le milieu des
affaires et le gouvernement du Canada, le climat des affaires ne connaîtra que
de très légères améliorations au cours des prochaines années et d'autres pays
en profiteront pour nous rattraper. Il y a deux ans à peine, le climat des
affaires au Canada était considéré comme le meilleur au monde; aujourd'hui il
occupe la troisième place, derrière le Danemark et Singapore, devant les
Etats-Unis qui occupent le cinquième rang. La place du Canada ne devrait pas
varier de beaucoup au cours des cinq prochaines années selon l'étude, puisque
les pays concurrents ne devraient entreprendre que de modestes réformes.
    "Même si l'Economist Intelligence Unit continue de penser grand bien du
climat des affaires du Canada, certains exigent manifestement des réformes.
Malheureusement, ces questions sont dans une vaste mesure dues à la nature
même du fédéralisme canadien, affirme l'économiste principal Matthew
Sherwood."
    Selon les conclusions de l'étude, le Canada est confronté à trois grands
défis : l'efficacité politique, soit la capacité d'imposer des politiques, la
fiscalité et le marché du travail.
    Le Canada est passé au quinzième rang parmi les soixante pays dont
l'efficacité politique a fait l'objet d'une évaluation. Parmi les pays du G7,
il devance seulement le Japon et l'Italie. Les obstacles au commerce
interprovincial figurent parmi les principaux problèmes du Canada, tandis que
d'autres administrations nationales, en particulier celles des plus petits
pays européens, devraient gagner en efficacité.
    Le fardeau fiscal des entreprises canadiennes est lourd, leur
contribution aux recettes fiscales de l'Etat est plus élevée que dans la
majorité des autres pays. Le taux effectif marginal d'imposition sur le
capital est également le plus élevé des pays développés. Les relations
fiscales complexes de l'administration fédérale et des provinces gênent une
réforme de la fiscalité.
    La situation du marché du travail devrait se détériorer au cours des cinq
prochaines années, en raison d'une pénurie à court terme de main-d'oeuvre
hautement spécialisée compétente. Le Canada est moins performant que d'autres
pays développés en termes de lois du travail, de marge de manoeuvre des
entreprises et de coûts de la main-d'oeuvre.
    Le rapport fait place à des entrevues avec les chefs de file de
l'industrie canadienne qui font état des principaux problèmes auxquels ils
sont confrontés du fait de l'environnement politique, fiscal et du travail.
Parmi les personnes interviewées figurent :

    
    - David Blanchard, président et premier dirigeant d'Unilever Canada
    - Duncan Hawthorne, président et premier dirigeant de Bruce Power
    - Peter Brown, président du conseil et premier dirigeant de
      Canaccord Capital
    - Robert E. Brown, président et premier dirigeant de CAE
    - Lawson Hunter, vice-président exécutif de BCE
    - John Weaver, président et premier dirigeant d'Abitibi-Consolidated
    - Gordon Nixon, président et premier dirigeant de RBC
    - Paul Douglas, président et premier dirigeant des opérations canadiennes
      de PCL Constructors
    - Don Drummond, vice-président principal et économiste en chef du
      Groupe financier de la banque TD
    - Bill Morris, directeur administratif national d'Accenture pour le
      Canada
    

    "L'entreprise canadienne doit promouvoir un marché national plus
concurrentiel et soutenir et favoriser le développement d'entreprises très
performantes, ayant leur siège social au Canada, affirme Bill Morris
d'Accenture"

    Vous pouvez vous procurer gratuitement ce rapport (disponible en anglais
seulement) à l'adresse suivante: www.accenture.ca/economistresearch

    Notes pour les rédacteurs:

    Not left behind: How Canada can compete est une étude menée par
l'Economist Intelligence Unit, parrainée par Accenture. Elle est fondée sur le
classement du climat des affaires et des prévisions qu'effectue l'Economist
Intelligence Unit et sur des entrevues de fonds avec les dirigeants d'une
vaste gamme d'entreprises canadiennes.

    Au sujet de l'Economist Intelligence Unit

    L'Economist Intelligence Unit est le service d'information sur les
affaires pour The Economist Group, qui publie The Economist. Grâce à notre
réseau mondial de plus de 700 analystes et contributeurs, nous évaluons
régulièrement la situation économique et commerciale de plus de 200 pays et
effectuons des prévisions. A titre de principal fournisseur de renseignements
sur les pays, nous aidons les dirigeants à prendre de meilleures décisions
commerciales grâce à nos analyses impartiales, fiables et ponctuelles sur les
tendances commerciales mondiales et les stratégies d'affaires.

    Au sujet d'Accenture

    Accenture est une entreprise mondiale de gestion, de conseils, de
services technologiques et d'impartition. Vouée à l'innovation, Accenture
collabore avec ses clients pour les aider à devenir des entreprises et des
gouvernements très performants. Grâce à sa vaste expérience des processus
fonctionnels et industriels, son bassin de ressources internationales et ses
antécédents reconnus, Accenture est en mesure de mobiliser les personnes, les
compétences et les technologies qui aideront ses clients à améliorer leur
rendement. Comptant environ 146 000 collaborateurs, en poste dans 49 pays,
l'entreprise a produit un revenu net de 16,65 milliards de dollars US lors de
l'exercice financier qui s'est terminée le 31 août 2006. Son site Web est à
l'adresse suivante: www.accenture.com.




Renseignements :

Renseignements: Contacts médias: Joanne McKenna, Economist Intelligence
Unit, +44 (0)20 7576 8188, joannemckenna@eiu.com; Sarah Thompson, Accenture,
(416) 641 4416, sarah.thompson@accenture.com; Questions au sujet de la table
ronde du milieu des affaires canadien: Rachel Golden, Economist Conferences,
(212) 698 9730, RachelGolden@economist.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.