Selon une enquête de l'IEDM sur la mixité de la pratique médicale - Le Québec se prive de l'équivalent de 790 médecins spécialistes les jours de semaine



    MONTREAL, le 22 avr. /CNW Telbec/ - Le Québec pourrait réduire les listes
d'attente des médecins spécialistes et maximiser leur offre d'heures
disponibles si on les autorisait à travailler à la fois dans le secteur public
et dans le secteur privé, ce qui ajouterait l'équivalent de 790 médecins
spécialistes à temps plein les jours de semaine.
    Dans une Note économique publiée par l'Institut économique de Montréal
(IEDM), une auteure de cette enquête sur la mixité de la pratique médicale,
l'économiste Julie Frappier, précise que "plus de la moitié (51 %) des
médecins spécialistes sont prêts à travailler 4 heures par semaine dans le
secteur privé; cela, tout en souhaitant à 68 % que le gouvernement impose un
minimum de 35 heures de travail dans le secteur public avant d'offrir des
heures dans le secteur privé".
    Le vice-président et économiste en chef de l'IEDM, Marcel Boyer, conclut
que "le Québec a les ressources pour augmenter l'accessibilité aux soins de
santé; tant que l'ouverture à une plus grande participation du secteur privé -
tout en préservant le rôle d'assureur de l'Etat - continue d'être bloquée, le
gaspillage de ressources va se poursuivre". Le texte de la Note est disponible
gratuitement au www.iedm.org.

    Des médecins prêts à travailler plus

    Les résultats de l'enquête auprès des médecins spécialistes montrent
qu'en plus d'être intéressés à travailler dans le secteur privé pendant la
semaine, 38,6 % et 30,4 % d'entre eux sont prêts à offrir près de 4 heures en
moyenne les soirs de semaine et les week-ends. Cela équivaut à l'ajout de 740
spécialistes à temps plein durant les soirs de semaine et à 1924 durant les
fins de semaine. Ainsi, autoriser les médecins spécialistes à travailler à la
fois dans le public et le privé permettrait de combler en bonne partie la
pénurie de spécialistes.

    Des ressources sous-utilisées

    En juin dernier, l'IEDM a précisé dans une enquête que 54 % des
infirmières sont disposées à travailler les jours de semaine dans le secteur
privé, en plus de leur semaine de travail normale dans le secteur public. En
décembre 2007, une autre enquête de l'IEDM a révélé que les salles d'opération
des hôpitaux du Québec sont utilisées à 50 % de leur capacité les jours de
semaine.
    De nombreuses mesures seront nécessaires pour corriger la pénurie de
médecins spécialistes. Par contre, les systèmes de santé provinciaux
fonctionnent encore largement dans le cadre de la Loi canadienne sur la santé,
qui s'oppose à des réformes qui pourraient améliorer l'accessibilité et
alléger la pression sur les contribuables.
    Le Canada est en queue du peloton des pays de l'OCDE pour l'accès aux
médecins spécialistes. De nombreux Etats européens, tels que la France,
l'Allemagne et la Suède, ont un système de santé mixte, où les fournisseurs
privés en soins de santé peuvent apporter une contribution importante à la
santé publique, augmenter l'efficacité du système et réduire considérablement
les listes d'attente.

    Méthodologie de l'enquête

    L'échantillon étudié comprend 581 médecins spécialistes. L'enquête a
utilisé deux formulaires : un questionnaire exhaustif affiché sur le Web et un
questionnaire plus court mettant l'accent sur les paramètres de l'offre de
temps en réserve. Ce dernier a été envoyé aux médecins par l'entremise des
associations de médecins spécialistes qui ont accepté d'acheminer par courriel
le questionnaire à leurs membres.
    Les présidents des associations affiliées à la Fédération des médecins
spécialistes du Québec (FMSQ) ont été approchés pour solliciter la
participation de leurs membres. Après une revue de la littérature sur le
sujet, 19 entrevues ont été menées avec les différents présidents de ces
associations, afin de valider le cadre contextuel des soins de santé et les
hypothèses de l'étude. Le questionnaire a été approuvé par cinq médecins avant
le lancement de l'étude, afin d'assurer sa pertinence. Les médecins
spécialistes du Québec ont ensuite été invités, sur une base volontaire, à
remplir le questionnaire.

    Les auteurs

    La Note économique intitulée Médecins spécialistes au Québec : évaluation
de l'offre de réserve a été préparée par Marcel Boyer, vice-président et
économiste en chef de l'IEDM, et Julie Frappier, économiste de la santé et
titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université de Montréal.

    L'Institut économique de Montréal est un organisme de recherche et
d'éducation indépendant, non partisan et sans but lucratif. Par ses études et
ses conférences, l'IEDM alimente les débats sur les politiques publiques au
Québec et au Canada en proposant des réformes créatrices de richesse et
fondées sur des mécanismes de marché.




Renseignements :

Renseignements: et demandes d'entrevues: André Valiquette, directeur des
communications, Institut économique de Montréal, (514) 273-0969 p. 2225,
Cell.: (514) 574-0969, avaliquette@iedm.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.