Selon RBC, le marché de l'habitation au Québec est l'un des derniers à céder à la tendance au ralentissement



    TORONTO, le 16 avr. /CNW/ - Le marché immobilier du Québec a résisté
étonnamment bien au ralentissement général observé dans l'ensemble du Canada
jusqu'à maintenant, mais les effets de la récession seront de plus en plus
difficiles à surmonter au cours des prochains mois, selon le rapport sur les
tendances immobilières publié aujourd'hui par Recherche économique RBC.
    "Les marchés immobiliers québécois ont été parmi les derniers à céder à
la tendance au ralentissement, principalement parce qu'ils n'ont enregistré
que de modestes gains au cours des dernières années", a déclaré Robert Hogue,
économiste principal, RBC.
    L'indice d'accessibilité à la propriété de RBC pour le Québec, qui mesure
la proportion du revenu avant impôts qu'un ménage doit consacrer aux coûts de
possession d'une propriété, s'est amélioré dans les quatre catégories de
propriétés au dernier trimestre de 2008. Celui de la propriété étalon, le
bungalow détaché, est passé à 34,6 %; celui des maisons en rangée, à 29,5 %;
celui des appartements en copropriété, à 28,8 %; et celui des maisons de deux
étages, à 41,7 %.
    En fait, on ne note, à ce jour, qu'un repli des activités de revente par
rapport aux niveaux presque record qui avaient cours il y a quelques mois
seulement. Bien qu'affichant une légère tendance à la baisse au cours des
derniers mois, les prix sont demeurés plutôt fermes. La faible érosion passée
des indices d'accessibilité s'est renversée depuis le début de 2008 grâce aux
taux d'intérêt hypothécaires plus bas, aux revenus des ménages plus élevés et
à la stabilité ou à la légère diminution des prix des maisons. "Si la tendance
actuelle se maintient, les indices d'accessibilité à la propriété de RBC se
rétabliront aux niveaux des moyennes historiques vers le milieu de l'année,
atténuant ainsi les effets de la récession", a souligné M. Hogue.
    L'activité immobilière a ralenti dans la région de Montréal depuis la fin
de l'été dernier. Les prix sont toutefois demeurés assez stables jusqu'à
maintenant. On prévoit cependant qu'ils fléchiront en 2009. Le marché
immobilier dans cette région a bénéficié de la chute des taux hypothécaires et
de l'augmentation des revenus des ménages.
    Les indices d'accessibilité demeurent toutefois bien en deçà des moyennes
à long terme, particulièrement dans le cas du segment des maisons de deux
étages. La résistance du marché montréalais sera sérieusement mise à l'épreuve
au cours des prochains mois puisque la récession provoquera d'autres pertes
d'emplois et minera la confiance des consommateurs.
    Dans les grandes villes canadiennes, l'indice d'accessibilité de RBC pour
un bungalow détaché s'est établi aux niveaux suivants: 70,3 % à Vancouver;
51,3 % à Toronto; 42,7 % à Calgary; 42,7 % à Ottawa et 39,4 % à Montréal.
    Le rapport tient également compte des coûts hypothécaires par rapport aux
revenus pour un échantillon élargi de villes de tout le Canada, y compris
Montréal et Québec. Pour ces villes, RBC a utilisé un indicateur plus
restreint de l'accessibilité à la propriété qui ne tient compte que des
paiements hypothécaires par rapport aux revenus.
    L'indice d'accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est
fondé sur le montant qu'il en coûte pour posséder un bungalow individuel,
l'étalon de référence raisonnable pour le marché de l'habitation. D'autres
types de propriétés standard sont aussi représentés dans l'indice: la maison
de deux étages, la maison en rangée et l'appartement en copropriété. Plus
l'indice est élevé, plus il en coûte cher d'acquérir et de détenir la
propriété. Ainsi, un indice d'accessibilité de 50 % signifie que les coûts de
propriété, notamment les versements hypothécaires, les services publics et les
impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d'un ménage
type.

    
    Voici quelques faits saillants du rapport pour l'ensemble du Canada:

    -   Colombie-Britannique: Le marché de l'habitation subit toujours des
        pressions baissières en Colombie-Britannique, et les prix et le
        nombre de ventes continuent de chuter. Au cours de la dernière année,
        on a observé une amélioration notable de l'accessibilité. Cependant,
        d'énormes progrès restent à faire pour redresser le marché.
    -   Alberta: Depuis l'automne dernier, le ralentissement économique en
        Alberta a exercé des pressions à la baisse supplémentaires sur les
        marchés de l'habitation de la province. Les activités de revente ont
        chuté pour atteindre leur pire niveau en 12 ans à la fin de 2008.
        Elles n'ont affiché qu'une modeste reprise au début de 2009. Les
        indices d'accessibilité se sont améliorés depuis le milieu de
        l'année 2007.
    -   Saskatchewan: Les activités dans le secteur immobilier de la
        Saskatchewan ont ralenti considérablement depuis leur rythme effréné
        de la période de 2006 au début de 2008, et les prix ont commencé à
        perdre du terrain. Le repli s'effectue toutefois en douceur grâce, en
        grande partie, aux déterminants démographiques et économiques
        positifs qui éclipsent les niveaux d'accessibilité extrêmement bas.
    -   Manitoba: Le marché immobilier du Manitoba a tiré son épingle du jeu
        beaucoup mieux que la plupart des autres marchés immobiliers au
        Canada. Les activités de revente dans la province ont légèrement
        ralenti au cours des derniers mois, et les prix sont restés stables
        ou ont à peine diminué. La province ayant réussi à maintenir un taux
        d'accessibilité raisonnablement bon, les marchés devraient présenter
        peu de risques dans la période à venir.
    -   Ontario: La récession affectant durement de nombreuses
        collectivités, le marché immobilier s'est détérioré de façon
        significative partout en Ontario. Il est toutefois peu probable que
        la récession provoquera une déroute semblable à celle du début des
        années 1990. Bien qu'encore préoccupant, l'accès à la propriété se
        rétablit rapidement à des niveaux près des moyennes à long terme.
    -   Provinces de l'Atlantique: Les marchés, dans l'ensemble, ont résisté
        au ralentissement généralisé. St. John's est devenu l'un des marchés
        de l'habitation les plus actifs au Canada, et Halifax et Saint John
        affichent une tendance à la hausse qui ne se dément pas. L'accès à la
        propriété, malmené ces deux dernières années, s'améliore.
    

    Le rapport intégral sur l'accessibilité à la propriété de RBC sera
accessible en ligne aujourd'hui dès 8 h (HAE), à l'adresse suivante:
www.rbc.com/economie/marche/pdf/housef.pdf.





Renseignements :

Renseignements: veuillez communiquer avec: Robert Hogue, Recherche
économique, RBC, (416) 974-6192; Raymond Chouinard, RBC, (514) 874-6556

Profil de l'entreprise

RBC (French)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.