Selon RBC, la tourmente dans les marchés financiers continue d'atténuer la croissance économique au Canada



    
    L'économie intérieure reste ferme puisque les prix records des produits
    de base continuent de soutenir les revenus
    

    TORONTO, le 8 oct. /CNW/ - La tourmente persistante dans les marchés
financiers et les tendances économiques décevantes au cours des deux derniers
trimestres ont motivé RBC à réviser à la baisse ses prévisions de croissance
pour le Canada de 1,4 pour cent à 0,9 pour cent. Les Services économiques RBC
s'attendent à ce que la croissance rebondisse légèrement en 2009, au rythme
modéré de 1,5 pour cent.
    "La faiblesse continue de l'économie américaine devrait ralentir la
croissance au Canada, a dit Craig Wright, premier vice-président et économiste
en chef de RBC. Cependant, cette pression sur notre croissance sera tempérée
par la bonne tenue des prix des produits de base qui contribuent à des revenus
d'exportation robustes et soutiennent les dépenses intérieures canadiennes en
stimulant la croissance des revenus."
    Selon le rapport, une des grandes forces de l'économie intérieure du
Canada a été la nette augmentation du revenu intérieur brut (RIB) qui a
accompagné l'essor des prix des produits de base au cours de la dernière
année. Le RIB du Canada a dépassé la croissance du PIB, entraînant de fortes
augmentations des dépenses de consommation, des investissements des
entreprises et des demandes d'importations. Malgré l'affaiblissement récent
des prix des produits de base, le Canada continue de profiter des avantages
d'un choc positif des termes de l'échange.
    Le marché immobilier résidentiel du Canada donne des signes
d'essoufflement après presqu'une décennie de croissance, indique le rapport.
Cependant, tout repli devrait être plus modéré que ce qu'ont subi les
Etats-Unis puisque les marchés canadiens des hypothèques n'ont pas connu les
excès qui ont affligé le secteur immobilier résidentiel américain.
    Une certaine lassitude semble également s'installer sur le marché du
travail du Canada. Après avoir culminé à 320 000 nouveaux emplois en moyenne
chaque année de 2002 à 2007, le rythme des augmentations d'emplois a ralenti à
87 000 à peine au cours des huit premiers mois de 2008.
    Un peu plus tôt cette année, la Banque du Canada soulignait les risques
simultanés d'un taux d'inflation dépassant sa fourchette cible et d'une
économie qui croissait à peine. Cependant, la réapparition de conditions de
crédit plus tendues a ramené les risques de baisse de la croissance au premier
plan et, alors que les Etats-Unis s'enfoncent dans une récession, RBC prévoit
que la Banque du Canada abaissera son taux cible de financement à un jour d'un
demi-point de plus avant la fin de l'année.
    Au sud de la frontière, l'économie américaine a crû à un rythme supérieur
aux prévisions au rythme moyen de 1,9 pour cent au cours des six premiers mois
de 2008, soutenue par le programme de remise d'impôts. Cette performance était
contraire aux projections établies plus tôt dans l'année selon lesquelles
l'économie américaine allait connaître une croissance nulle ou se contracter
légèrement au deuxième trimestre. Cependant, pour 2009, RBC a révisé à la
baisse sa prévision de croissance pour l'économie aux Etats-Unis à
0,2 pour cent, un niveau s'apparentant à une récession, puisque le
resserrement continu du crédit continue de ralentir l'économie américaine.
    "Cet affaiblissement de l'économie américaine est exacerbé par les prix
élevés de l'essence, l'amollissement du marché du travail et une érosion de la
valeur nette des Américains, a dit M. Wright. Cela s'ajoute à la dissipation
des effets du programme de relance fiscale, ce qui atténuera les dépenses de
consommation."
    Le rapport de RBC prévoit des réductions cumulatives de 100 points de
base du taux des fonds fédéraux d'ici la fin de l'année. "La Fed se trouve
devant une situation complexe, puisqu'elle doit à la fois combattre la crise
dans le secteur des services financiers, le repli des perspectives économiques
et la montée des taux d'inflation. Pour le moment, il est probable qu'elle
continuera d'injecter des liquidités dans les marchés financiers tout en
surveillant de près les risques pour l'économie et les prévisions
d'inflation", relève M. Wright.
    Les perspectives pour les provinces du Canada se sont généralement
assombries à la suite de la récente aggravation spectaculaire de la crise des
marchés financiers qui dure depuis un an. L'économie américaine semble
maintenant être en récession alors que l'Europe, le Royaume-Uni et le Japon
s'enlisent rapidement. Le Canada est en meilleure posture grâce à un secteur
financier moins handicapé, mais la croissance générale sera nettement plus
faible que prévu précédemment.
    Parmi les provinces, la Saskatchewan se classera en tête cette année et
l'année prochaine au chapitre de la croissance économique, suivie de près par
le Manitoba. La région de l'Atlantique résiste bien, elle aussi, et devrait
maintenir un rythme d'expansion modéré dans l'ensemble. La situation est
toutefois en train de se détériorer dans l'Ouest du pays. L'érosion du secteur
immobilier résidentiel et le ralentissement rapide des dépenses de
consommation ont motivé des révisions à la baisse des prévisions pour la
Colombie-Britannique et l'Alberta. L'économie intérieure de l'Ontario et du
Québec, pour sa part, souffre de l'affaiblissement du commerce extérieur.
L'Ontario risque même d'enregistrer une croissance très faible ou même nulle
cette année et l'an prochain.

    Les Perspectives provinciales des Services économiques RBC évaluent les
provinces en fonction de la croissance économique, de la croissance de
l'emploi, des taux de chômage, de la croissance des revenus des particuliers,
des ventes au détail, des mises en chantier résidentielles et de l'indice des
prix à la consommation.
    Les prévisions complètes sont disponibles à partir de 8 h HAE sur le site
www.rbc.com/economie/marche/pdf/fcstf.pdf.





Renseignements :

Renseignements: Craig Wright, RBC, Services économiques, (416) 974-7457;
Raymond Chouinard, RBC, Relations avec les médias, (514) 874-6556

Profil de l'entreprise

RBC (French)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.