Selon le commissaire Goudge, il est essentiel d'assurer la formation adéquate des pathologistes judiciaires pour éviter de futures tragédies



    Le Collège royal établit des normes pour répondre à ce besoin

    OTTAWA, le 2 oct. /CNW Telbec/ - Le Collège royal des médecins et
chirurgiens du Canada félicite le juge Stephen Goudge et la commission
d'enquête sur la pathologie judiciaire pédiatrique en Ontario pour
l'exhaustivité et la profondeur de leur rapport. Parmi les nombreuses
recommandations formulées figure la nécessité d'établir des normes élevées
dans la formation médicale des pathologistes judiciaires. Le Collège royal a
franchi d'importantes étapes en ce sens, et il se rallie entièrement à la
commission afin de demander plus de financement pour faire progresser la
discipline de la pathologie judiciaire.
    "Le Collège royal a achevé le travail de base nécessaire pour faire en
sorte que la formation en pathologie judiciaire puisse être offerte et
reconnue comme une spécialité de la médecine de laboratoire au Canada", a
indiqué le Dr Andrew Padmos, FRCPC, directeur général du Collège royal. "Des
pathologistes de partout au pays se sont adressés à nous, car ils étaient
d'avis qu'il fallait créer une formation spécialisée en pathologie judiciaire.
En collaboration avec eux et avec d'autres spécialistes, nous avons fait de la
pathologie judiciaire une surspécialité et établi les exigences, les objectifs
de formation, les compétences et les normes propres à cette discipline."
    La pathologie judiciaire est une surspécialité de l'anatomopathologie ou
de la pathologie générale. Des 17 écoles de médecine au Canada, 15 proposent
actuellement une formation en anatomopathologie et 11 offrent un programme de
pathologie générale. En septembre 2008, la faculté de médecine de l'Université
de Toronto était la seule école de médecine du pays à avoir soumis une demande
pour offrir un programme de résidence en pathologie judiciaire. On s'attend à
ce que d'autres écoles présentent elles aussi une telle demande. Si elles
répondent à toutes les normes, ces écoles pourraient former des pathologistes
judiciaires dès 2009.
    Le Dr William Fitzgerald, FRCSC, président du Collège royal, a affirmé :
"Avant que les écoles de médecine puissent offrir un programme de pathologie
judiciaire, elles doivent d'abord réunir les fonds nécessaires. Nous nous
réjouissons que la commission dirigée par M. Goudge ait souligné le besoin
crucial d'assurer un financement adéquat et à long terme pour faire progresser
la profession. Toutefois, ce besoin existe également à l'extérieur de
l'Ontario."
    La commission s'est penchée sur des incidents survenus en Ontario dans le
domaine de la pathologie judiciaire pédiatrique. Or, des incidents mettant en
cause des pathologistes se sont aussi produits à divers endroits au pays, et
les enquêtes qui s'y rattachent se poursuivent. Selon les premières
constatations, le manque de ressources humaines et financières dans la
discipline de la pathologie figure au nombre des causes sous-jacentes à cette
situation. Ainsi, le financement est l'une des questions qu'il faudra régler
pour mieux soutenir l'évolution de la discipline de la pathologie judiciaire,
et ce, non seulement en Ontario mais à l'échelle du Canada.
    La surspécialité en pathologie judiciaire exige une année supplémentaire
de résidence après les cinq années requises pour devenir pathologiste général
ou anatomopathologiste. Les exigences en matière de formation établies par le
Collège royal comprennent 11 mois de formation en enquête sur les décès ainsi
que de l'expérience de la pratique d'autopsies. Un mois de formation
supplémentaire est consacré à des thèmes comme la toxicologie, la collecte de
preuves, l'analyse des armes à feu et des traces d'outils ainsi que l'analyse
de photos et d'autres activités parmi lesquelles des recherches précises ayant
pour but de faire progresser cette discipline.

    Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada est une
organisation sans but lucratif d'envergure nationale qui supervise la
formation médicale de spécialistes dans 61 domaines de spécialités et
surspécialités au Canada. Le Collège royal établit les normes élevées
s'appliquant à la formation médicale postdoctorale et au développement
professionnel continu. En collaboration avec des organisations de la santé et
des organismes gouvernementaux, le Collège royal joue également un rôle dans
la mise en place de politiques rigoureuses en matière de santé au Canada. Il
perfectionne ses pratiques depuis plus de 80 ans afin d'assurer aux Canadiens
que les médecins titulaires d'un certificat du Collège royal ont suivi une
formation en médecine respectant des normes parmi les plus strictes au monde.




Renseignements :

Renseignements: ou pour fixer une entrevue, veuillez communiquer avec:
Cecily Wallace, Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, (613)
260-4180, Cellulaire: (613) 286-7328, CWallace@rcpsc.edu

Profil de l'entreprise

Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.