Selon le Chef national, le respect des droits des Premières Nations est essentiel au progrès économique

OTTAWA, le 8 nov. 2011 /CNW/ - Le Chef national de l'Assemblée des Premières Nations (APN), Shawn A-in-chut Atleo, s'est dit préoccupé aujourd'hui par la volonté de mettre en œuvre des projets en Colombie-Britannique et dans le Nord de l'Ontario sans tenir compte des droits et des intérêts des Premières Nations.

« À l'aube du premier anniversaire de l'adoption par le Canada de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, nous devons privilégier des approches respectueuses et pratiques qui favoriseront un développement économique mutuellement avantageux », a affirmé le Chef national Atleo. « Comme le soulignait récemment le rapporteur spécial des Nations Unies, James Anaya, les projets de mise en valeur des ressources naturelles sont l'une des plus importantes sources d'abus des droits des peuples autochtones à l'échelle mondiale et vont à l'encontre du droit de ceux-ci à l'autodétermination. Nous devons tout mettre en œuvre pour rectifier cette situation : en plus d'être un impératif prévu par nos droits, cela s'impose si nous voulons exploiter la pleine mesure du potentiel économique du Canada. »

Les commentaires du Chef national Atleo suivent deux décisions que l'Agence canadienne d'évaluation environnementale (ACEE) a rendues récemment.

Hier, l'ACEE a annoncé que le projet minier controversé « New Prosperity Mine » ferait l'objet d'un examen environnemental, et ce, en dépit de l'opposition nationale des Premières Nations. Le projet avait été rejeté antérieurement pour des motifs environnementaux par le ministre de l'époque, Jim Prentice.

« Il est difficile de comprendre pourquoi l'ACEE n'a pas rejeté la proposition liée à cette mine devant soi-disant générer une nouvelle prospérité, car il s'agit essentiellement de l'une des options incluses dans la première proposition que l'ACEE avait déjà rejetée, a souligné la Chef régionale de l'APN pour la Colombie-Britannique, Jody Wilson-Raybould. « La crédibilité du processus fédéral d'évaluation environnementale est en jeu. Nous devons prendre des mesures pour bâtir un avenir économique à la fois solide et durable pour tous les citoyens de la Colombie-Britannique, plutôt que d'ériger des barrières et de gaspiller du temps et de l'énergie sur des processus inutiles. Le deuxième examen ne peut aboutir qu'à un seul résultat : le rejet. »

L'approbation par l'ACEE d'une évaluation environnementale pour le projet « New Prosperity Mine » a été donnée peu de temps après une décision controversée autorisant un examen limité du projet de chromite Cliffs en Ontario.

À la fin d'octobre, l'ACEE avait refusé les demandes des chefs des Premières Nations Matawa visant une évaluation environnementale par une commission d'examen conjoint d'un projet de mine de chromite dans le Cercle de feu, une zone située dans les basses terres de la Baie James, en Ontario. Les chefs des Premières Nations Matawa étaient à Ottawa hier pour annoncer le lancement d'un examen judiciaire au terme duquel, l'espèrent-ils, cette décision sera renversée.

Le Chef national Atleo et le Chef régional pour l'Ontario, Angus Toulouse, se sont joints au Grand Chef de la Nishnawbe Aski Nation, Stan Beardy, et aux chefs des Premières Nations Matawa Sonny Gagnon, de la Première nation d'Aroland, Peter Moonias, de la Première nation de Neskantaga et Roger Oshkineegish, de la Première nation de Nibinamik, alors qu'ils poursuivaient leur plaidoyer en faveur d'un engagement sans réserve.

« Les Premières Nations ne sont pas contre le développement, mais pas à n'importe quel prix », a précisé le Chef national Atleo. « Nous souhaitons la mise en œuvre de projets de développement communautaires sans danger pour l'environnement qui respectent nos droits et reflètent les liens que nous entretenons avec nos terres, nos ressources et nos traditions. La communauté internationale reconnaît que la voie du progrès économique pour tous repose sur les principes de respect, de transparence et de consentement. Si le Canada veut promouvoir de nouveaux projets miniers, il doit laisser le processus d'examen environnemental faire son travail, en écoutant les gens qui vont hériter des coûts et des avantages des projets réalisés dans leurs collectivités. »

L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l'APN et le Chef national Atleo sur Twitter à @AFN_Updates, @AFN_Comms et @NCAtleo.

SOURCE ASSEMBLEE DES PREMIERES NATIONS

Renseignements :

Jenna Young, agente de communications, APN, 613-241-6789, poste 401, cell. : 613-314-8157, ou jyoung@afn.ca

Alain Garon, agent de communications bilingue, APN, 613-241-6789, poste 382, cell. : 613-292-0857 ou agaron@afn.ca

Profil de l'entreprise

ASSEMBLEE DES PREMIERES NATIONS

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.