Selon le chef national de l'APN, la croissance démographique des Premières nations exige que le gouvernement prenne des mesures et fasse de nouveaux investissements dans l'immédiat



    OTTAWA, le 15 janv. /CNW Telbec/ - Un communiqué publié aujourd'hui par
Statistique Canada sur le recensement de 2006 indique que la population des
Premières nations a augmenté de 29 % au cours de la dernière décennie.
    "La population des Premières nations connaît une croissance 3,5 fois plus
rapide que l'ensemble de la population du Canada", a indiqué le chef national
Phil Fontaine. "Plus de la moitié des membres de nos collectivités sont d'âge
scolaire ou ont moins de 25 ans. Les jeunes des Premières nations sont une
composante clé de la population active actuelle et future du Canada. Ils ont
besoin d'éducation, de formation et d'emplois. Le Canada se heurte à
d'importantes pénuries de main-d'oeuvre dans tous les secteurs. Tout comme il
a offert dernièrement un programme d'aide financière pour les villes établies
autour d'une industrie unique, le gouvernement fédéral doit travailler avec
l'Assemblée des Premières Nations pour déterminer quels investissements sont
nécessaires dans l'immédiat pour permettre à tous les Canadiens de faire appel
à l'énorme potentiel inexploité que représentent la population et les
collectivités des Premières nations. Investir dans les Premières nations,
c'est investir dans l'avenir du Canada."
    "Le recensement de 2006 souligne le fait que la croissance démographique
de la population des Premières nations peut devenir un double bon coup ou un
double coup dur pour l'avenir socio-économique du Canada. Si le gouvernement
fédéral fait sans tarder de nouveaux investissements soutenus dans des
secteurs de base où les besoins sont criants comme les écoles, l'éducation, la
formation, l'emploi, le logement et la qualité de l'eau, nos jeunes auront un
avenir brillant et contribueront à renforcer la main-d'oeuvre et la
productivité du Canada. Si, au contraire, le gouvernement néglige de faire les
investissements nécessaires, le Canada devra supporter les coûts sociaux
accrus résultant de la pauvreté des Premières nations ainsi qu'une baisse de
la productivité", a ajouté le chef national Fontaine. "Il est difficile
d'apprendre lorsque les murs de votre école s'écroulent."
    Les chiffres du recensement soulignent également qu'il est nécessaire que
le gouvernement fédéral investisse davantage dans le logement pour les membres
des Premières nations, car ils sont cinq fois plus à risque de vivre dans des
logements surpeuplés. La situation est encore plus grave pour ceux qui vivent
dans les collectivités des Premières nations. La proportion de logements qui
ont besoin de réparations majeures a augmenté de 44 % au cours de la dernière
décennie.
    "Les Premières nations sont très préoccupées et se demandent s'il sera
possible de répondre convenablement aux besoins d'une population jeune et en
croissance rapide dans des secteurs clés tels que la santé, le logement,
l'éducation, la formation et l'emploi. Les 12 dernières années de
sous-financement chronique de la part du gouvernement fédéral dans des
programmes et des services essentiels ont été difficiles pour nombre de
collectivités des Premières nations", a poursuivi le chef national Fontaine.
    "Aucune de ces données ne devrait surprendre les gouvernements du Canada.
Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de la
personne et des libertés fondamentales des populations autochtones a attiré
l'attention du Canada sur les problèmes auxquels se heurtent les Premières
nations. Des solutions concrètes et efficaces sont nécessaires", a ajouté le
chef national Fontaine.
    "Statistique Canada a apporté une amélioration remarquable au recensement
de 2006 en traitant séparément les Métis, les Premières nations et les Inuits.
Toutefois, Statistique Canada sème une certaine confusion sur une question
importante en combinant les Indiens inscrits et les Indiens non inscrits dans
la majorité des tableaux, indiquant ainsi qu'un plus grand nombre de membres
des Premières nations vivent hors des réserves et dans les centres urbains. Ce
chiffre est trompeur, car il comprend des "Indiens non inscrits" qui ne sont
pas membres des collectivités des Premières nations ou des bandes indiennes et
qui ne vivraient sans doute pas dans des réserves indiennes de toute façon", a
mentionné le chef national Fontaine.
    "De plus, le Système d'inscription des Indiens du gouvernement du Canada
indique que plus de 200 000 Indiens inscrits ne sont pas inclus dans le
recensement de 2006. Cet écart de plus de 25 % est potentiellement dangereux
et pourrait avoir de graves effets sur les décisions politiques et économiques
futures s'il n'est pas pris correctement en compte", a conclu le chef national
Fontaine.

    L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme national qui représente
les citoyens des Premières nations au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Josée Bellemare, agente de communications bilingue,
(613) 241-6789, poste 336, (613) 327-6331 (cell.), jbellemare@afn.ca; Nancy
Pine, conseillère en communications, bureau du chef national, (613) 241-6789,
poste 243, (613) 298-6382 (cell.), npine@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.