Selon l'APN, le supplément canadien du rapport de l'UNICEF prouve une fois de plus que les Premières Nations sont particulièrement vulnérables à la grippe A(H1N1)



    OTTAWA, le 24 juin /CNW Telbec/ - Le Chef national de l'Assemblée des
Premières Nations, Phil Fontaine, a déclaré qu'un rapport de l'UNICEF publié
aujourd'hui, intitulé La santé des enfants autochtones : Pour tous les
enfants, sans exception - Supplément canadien au rapport sur la situation des
enfants dans le monde 2009 prouve une fois de plus que les Premières Nations
sont particulièrement vulnérables aux virus comme celui de la grippe A(H1N1).
    "Le rapport publié aujourd'hui par l'UNICEF démontre bien que les
inégalités en matière de services de santé pour les Premières Nations,
auxquelles s'ajoutent les mauvaises conditions sociales dans un trop grand
nombre de nos collectivités, se traduisent par une santé défaillante chez
beaucoup trop de nos membres mêmes dans les circonstances les plus favorables,
a déclaré le Chef national. C'est pourquoi les membres des Premières Nations
sont particulièrement vulnérables à la grippe A(H1N1). L'Organisation mondiale
de la Santé a déjà souligné qu'il y a un lien entre la gravité des cas de
grippe A(H1N1) et les mauvaises conditions de vie, les logements surpeuplés,
la mauvaise qualité de l'eau potable, les maladies chroniques préexistantes et
la prestation de soins de santé de qualité inférieure aux normes. Il est temps
d'agir concrètement afin d'améliorer les conditions qui font de nous le
segment le plus vulnérable de la population."
    Le rapport de l'UNICEF examine les inégalités présentes dans le système
de santé au Canada qui perpétuent les disparités entre les enfants des
Premières Nations et les autres enfants du pays. Il mentionne que les
investissements du gouvernement fédéral en matière de services de santé aux
Premières Nations n'ont pas suivi la croissance de la population et que bon
nombre de services offerts couramment aux autres enfants canadiens sont
sous-financés ou carrément inexistants pour les enfants des Premières Nations.
Il souligne également que, malgré des améliorations de la santé des enfants
des Premières Nations ces dernières années, de nombreuses inégalités
perdurent, se traduisant par un taux de mortalité infantile plus élevé, un
taux d'immunisation infantile plus faible, un état nutritionnel déficient et
des taux endémiques d'obésité, de diabète et d'autres maladies chroniques.
    L'APN demande aux gouvernements de prendre trois mesures urgentes en
réaction aux flambées de grippe A(H1N1) dans les collectivités des Premières
Nations. Il s'agit d'abord de mettre en place un groupe de travail indépendant
chargé d'étudier la propagation de grippe dans les collectivités de l'Ontario
et du Manitoba et de formuler des recommandations pour assurer la prestation
d'un service plus uniforme; d'élaborer et de mettre en place des lignes
directrices nationales en matière de services aux Premières Nations; puis de
fournir les investissements nécessaires pour permettre à chaque Première
Nation d'élaborer un plan de lutte contre la pandémie, en plus d'investir dans
l'annexe B, qui est la partie du Plan canadien de lutte contre la pandémie
d'influenza portant sur les déclenchements de maladies infectieuses pour les
collectivités des Premières Nations.
    Le chef régional de l'Ontario, Angus Toulouse, a déclaré : "Le
sous-investissement chronique en matière de santé est inacceptable, mais il ne
s'agit pas d'un cas unique. En fait, nous le voyons rapport après rapport et
étude après étude, le sous-financement touche l'ensemble des Premières
Nations, ce qui se reflète par de la pauvreté et des conditions insalubres
dans un trop grand nombre de nos collectivités. Les Premières Nations veulent
solidifier leur économie et s'assurer que leurs membres et leurs collectivités
sont en bonne santé, mais, pour ce faire, il faut mettre un terme à cette
discrimination fiscale."
    "Tous les Canadiens doivent bien comprendre que le problème ne se limite
pas à la crise de grippe A(H1N1) que nous vivons", a déclaré Bill Traverse,
chef régional du Manitoba. "Nous devons prendre immédiatement des mesures à ce
chapitre, mais nos collectivités seront toujours vulnérables et nos membres
vivront toujours dans des conditions qui ne seraient pas tolérées ailleurs au
Canada. Nous avons besoin d'une réponse globale du gouvernement afin de
collaborer avec les Premières Nations pour établir un plan concret et
coordonné pour favoriser la bonne santé des collectivités et des citoyens.
Nous devrions tous appuyer cet objectif parce que des Premières Nations fortes
rendent le Canada plus fort."
    Même si la majorité des cas de grippe A(H1N1) étaient jusqu'à présent
bénins, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) prévient que la grippe
A(H1N1) pourrait ressurgir à l'automne avec des conséquences plus graves.

    L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme politique national qui
représente les citoyens des Premières Nations au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Bryan Hendry, conseiller principal en matière de
politiques, (613) 241-6789, poste 229; cellulaire: (613) 293-6106,
bhendry@afn.ca; Karyn Pugliese, agente des communications en santé de l'APN,
Cellulaire: (613) 292-1877, kpugliese@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.