Sécurité routière : L'UMQ donne son appui aux mesures plus sévères



    QUEBEC, le 5 déc. /CNW Telbec/ - L'Union des municipalités du Québec
(UMQ) a présenté aujourd'hui, devant la Commission des transports et de
l'environnement, sa position à l'égard du projet de loi no 42, Loi modifiant
le Code de la sécurité routière et le règlement sur les points d'inaptitude,
qui s'articule en 11 points. Pour l'Union, la question de la sécurité routière
est un enjeu important pour les municipalités qui ont comme préoccupation
constante d'offrir un cadre de vie sécuritaire à leurs citoyennes et citoyens.
Elle a d'ailleurs profité de cette occasion pour rappeler que les
municipalités ont la responsabilité de 80 % de l'ensemble du réseau routier
québécois.
    D'entrée de jeu, l'UMQ s'est réjouie du dépôt du projet de loi 42,
puisqu'il donne suite rapidement au premier rapport de recommandations que la
Table québécoise de la sécurité routière a rendu public en juillet dernier.
L'UMQ est un membre actif de cette Table, depuis sa création en décembre 2005.
    "Les mesures prévues dans le projet de loi 42 traduisent le sentiment
partagé par les municipalités sur l'urgence d'agir pour sauver des vies,
réduire les traumatismes et améliorer le bilan routier alarmant du Québec. Son
amélioration passe par un changement de comportement des usagers de la route
qui devront réduire leur vitesse, surtout sur le réseau routier municipal.
Dans ce contexte, l'UMQ donne son appui aux mesures plus sévères en matière
d'alcool au volant et d'excès de vitesse. Elle salue notamment les
dispositions qui visent à doubler les amendes prévues au Code de la sécurité
routière et le nombre de points d'inaptitude pour plusieurs infractions.
L'Union préconise également, en plus de ces mesures, une promotion de la
sécurité routière basée sur la sensibilisation et l'éducation des
conducteurs", a déclaré M. Ralph Mercier, premier vice-président du comité
exécutif de Québec et membre du comité exécutif de l'UMQ.
    L'Union donne également son appui aux différents moyens que le projet de
loi met en place pour réduire les accidents, dont les radars photo et les
caméras aux feux rouges. Toutefois, elle réclame des amendements concernant
les dispositions qui encadrent l'utilisation de ces appareils, car celles-ci
ne tiennent pas compte des recommandations du monde municipal et surtout des
compétences et des besoins des municipalités. L'Union demande à ce que le
projet de loi prévoie les deux possibilités : la gestion des radars photo et
des caméras aux feux rouges par les municipalités qui le désirent et la
gestion de ces appareils par le ministère des Transports sur les routes
municipales. L'encadrement légal proposé au projet de loi doit donc être
modifié pour permettre aux municipalités qui le souhaitent de gérer les radars
photo sur leur territoire.
    "A notre avis, ces appareils doivent pouvoir relever de la gestion des
municipalités qui le demanderont. Les besoins sont sur les routes municipales.
Les municipalités ont déjà la compétence et l'expertise pour gérer ces
appareils. Pour elles, le contrôle de la vitesse est un enjeu majeur,
particulièrement dans les quartiers résidentiels. D'ailleurs, les statistiques
démontrent que 65 % de tous les accidents se produisent sur le réseau
municipal", a ajouté M. Marc Gascon, maire de Saint-Jérôme, deuxième
vice-président et président de la Commission de l'aménagement et des
transports de l'UMQ.
    Par ailleurs, dans son rapport, la Table québécoise de la sécurité
routière rejoint la position de l'UMQ en mentionnant qu'il faut agir en
priorité à des endroits bien circonscrits, là où il y a des concentrations
d'accidents, et que la réussite des mesures dépendra du niveau de concertation
de tous les acteurs, dont les municipalités et leur corps de police. De plus,
l'Association des directeurs généraux des municipalités du Québec a donné son
appui à l'ensemble des recommandations de l'UMQ.
    Le mémoire est disponible sur le site Internet de l'UMQ, rubrique
Publications / Mémoires à l'adresse suivante :
http://www.umq.qc.ca/publications/memoire/_pdf/M_radars_photos_4dec2007.pdf.

    Depuis sa fondation en 1919, l'UMQ représente les municipalités de toutes
tailles dans toutes les régions du Québec. Elle a pour mission de contribuer
au progrès et à la promotion de municipalités démocratiques, dynamiques et
performantes, dédiées au mieux-être des citoyennes et citoyens. La structure
de l'UMQ, qui regroupe ses membres en caucus d'affinité : municipalités
locales, municipalités de centralité, villes d'agglomération, grandes villes
et municipalités de la Métropole, est l'expression de toute la diversité et de
la solidarité municipale québécoise.




Renseignements :

Renseignements: François Sormany, Directeur des communications, (514)
282-7700, poste 265, Cellulaire: (514) 910-7272, fsormany@umq.qc.ca; Source:
Josée Maryse Sauvageau, Conseillère aux communications et au marketing, Union
des municipalités du Québec


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.