Russie - Rapport d'enquête : Le double assassinat à Moscou aurait un lien avec l'agression du journaliste Mikhail Beketov



    MONTREAL, le 28 janv. /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières s'est
rendue en Russie du 23 au 25 janvier 2009, afin de rendre hommage à Stanislav
Markelov et Anastassia Babourova, abattus le 19 janvier à Moscou.
L'organisation a également enquêté sur les causes possibles de ce double crime
ayant coûté la vie à cet avocat ardent défenseur des droits de l'homme et à la
jeune journaliste du bihebdomadaire Novaia Gazeta.
    "Même si aucune hypothèse n'est à exclure, les informations que nous
avons rassemblées justifient que la piste reliant ce double assassinat à la
très violente agression du journaliste Mikhail Beketov soit examinée avec la
plus grande attention. Nous appelons les responsables de l'enquête à ne pas
négliger cet angle de l'affaire", a déclaré l'organisation.
    "La situation des journalistes russes basés en province est
particulièrement difficile. Ils sont confrontés à des autorités locales
concentrant de nombreux pouvoirs, et ont souvent moins de possibilité de
recours que leurs confrères de Moscou. Pourtant, leur travail est tout aussi
essentiel", a poursuivi Reporters sans frontières.
    "Nous suivrons avec la plus grande attention les avancées de l'enquête
sur ce double assassinat qui a traumatisé de nombreux journalistes et
défenseurs des droits de l'homme. Le lien très probable qui existe entre cet
homicide et la tentative d'assassinat du journaliste Mikhail Beketov doit
inciter les autorités à lutter contre l'impunité qui prévaut dans la ville de
Khimki", a conclu l'organisation de défense de la liberté de la presse.
    Le 23 janvier 2009, à onze heures, les obsèques de Stanislav Markelov se
sont déroulées, en silence, au cimetière Ostankinskoie Kladbiche de Moscou.
Plusieurs centaines de personnes sont venues rendre hommage à l'avocat qui
avait représenté de nombreuses victimes d'exactions en Tchétchénie, mais aussi
plusieurs journalistes, dont Anna Politkovskaia. La responsable du bureau
Europe et ex-Urss a assisté aux obsèques et recueilli les témoignages de
proches de l'avocat, de journalistes et de défenseurs des droits de l'homme.
    La mort de Satnislav Markelov pourrait être liée à l'agression
extrêmement violente qu'a subie le journaliste Mikhail Beketov, en novembre
2008.
    Le rédacteur en chef du journal local Khimkinskaia Pravda, qui est
toujours hospitalisé dans un état grave depuis son agression, s'opposait au
projet, soutenu par l'administration locale, de construction d'une voie rapide
reliant la capitale à Saint Pétersbourg en passant par la forêt de Khimki
(nord de Moscou). Le maire actuel, et candidat à sa propre réélection, Victor
Streltchenko avait porté plainte contre Mikhail Beketov pour "diffamation". Le
journaliste avait été condamné à payer une amende d'un million de roubles
(environ 25 000 euros). Son avocat était Stanislav Markelov.
    Selon, Elena Kostiutchenko, de Novaia Gazeta, ce dernier avait très
probablement connaissance de bon nombre d'informations sur les autorités
locales que le journaliste avait en sa possession. Avant d'être agressé,
Mikhail Beketov s'apprêtait à publier un article relatif aux activités
commerciales de la famille de Galina Raguina, épouse du maire actuel. De fait,
ni l'avocat ni le journaliste ne peuvent désormais participer aux débats en
amont des élections locales fixées au 1er mars prochain. Or, la seule
candidate d'opposition, Evguénia Tchirikova, leader de l'association "Pour la
défense de la forêt de Khimki", à laquelle appartenait également Mikhail
Beketov, n'a pas été autorisée à se présenter. Le maire sortant et l'un de ses
collaborateurs sont les deux seuls candidats ayant une chance de l'emporter.
La jeune femme a fait savoir qu'elle faisait appel de cette décision. Evguénia
Tchirikova a également révélé avoir reçu des menaces par SMS, dont Reporters
sans frontières a pris connaissance.
    Les tensions politiques à Khimki n'épargnent pas la sphère médiatique.
Les 12 et 13 janvier 2009, l'émission "Moment de vérité" de la chaîne TV
Tsentr, consacrée à la situation à Khimki et revenant notamment sur des
agressions de journalistes, n'a pas pu être regardée par les habitants de la
ville qui la reçoivent par satellite. Le député local du parti libéral
Iabloko, Serguei Mitrokhine, a d'ailleurs décidé de porter plainte contre cet
acte de censure.
    Enfin, selon les informations recueillies par Reporters sans frontières,
les exemplaires du journal Rossiiskaia Gazeta qui contenaient des articles sur
M. Beketov n'ont pas été distribués dans la ville.
    En plus du Khimkinskaia Pravda, Khimki compte un autre journal
indépendant, le Grajdanskoie Sogloasiie, dirigé par Anatoli Yourov. Celui-ci a
également été la cible d'agressions, à plusieurs reprises. La deuxième attaque
s'est soldée par un traumatisme crânien, la troisième, a été commise avec une
arme blanche avec laquelle Anatoli Yourov a été frappé une dizaine de fois. Il
avait en vain réclamé une protection auprès des autorités. Aucune des plaintes
déposées par le journaliste n'ont abouti.
    Les affaires sur lesquelles travaillait Me Markelov étaient si sensibles
qu'il semble difficile de privilégier d'emblée une hypothèse. Trois autres
pistes au moins retiennent l'attention.
    Celle de l'affaire Iouri Boudanov, du nom de l'ancien colonel de l'armée
russe, condamné en 2003 à dix ans de prison pour le meurtre d'une jeune
Tchétchène, Elsa Koungaieva et libéré par anticipation en janvier 2009.
Stanislav Markelov représentait la famille de la jeune femme et a été abattu
après avoir donné une conférence de presse annonçant qu'il allait faire appel
de cette décision. Il avait reçu des menaces par SMS en lien avec cette
affaire.
    L'avocat était impliqué dans au moins deux autres affaires liées à la
situation en Tchétchénie qui auraient pu lui valoir des ennemis. Celle
concernant les plaintes pour "meurtre" et "enlèvement" en Tchétchénie contre
un ancien policier connu sous le nom de "Cadet", également auteur de menaces
contre la journaliste assassinée Anna Politkovskaia. Celle de la disparition
de Mokhmadsalakh Massaiev, après que celui-ci a accusé dans les colonnes de
Novaia Gazeta, l'actuel président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov d'avoir
établi des centres de détention secret dans la république. Le jeune Tchétchène
affirmait y avoir été détenu et torturé pendant quatre mois.
    Enfin, Stanislav Markelov et Anastassia Babourova avaient pour point
commun leur engagement contre les mouvements d'extrême-droite russes. La jeune
femme s'était spécialisée dans le suivi de ces groupes responsables de
plusieurs centaines de meurtres chaque année. Et Stanislas Markelov, lui-même
agressé en 2004 par des néo-nazis, était le représentant légal de plusieurs
militants antifascistes.Si l'affaire Boudanov a été immédiatement considérée
comme la piste privilégiée, plusieurs personnes interrogées par Reporters sans
frontières ne sont pas de cet avis.
    Pour le Collège des avocats, la mort de Me Markelov ne profite pas à
Iouri Boudanov, puisque ce dernier a déjà été remis en liberté. Oleg Mitvol,
directeur adjoint du Service fédéral de contrôle de l'exploitation des
ressources naturelles et défenseur de cause écologique, partage ce point de
vue et ajoute que Me Markelov était le troisième avocat de la famille
Koungaieva. Pourquoi alors s'en être pris à lui plutôt qu'aux deux autres ?

    L'affaire Mikhail Beketov

    Mikhail Beketov est hospitalisé depuis le 16 novembre 2008 à l'institut
Sklifossovski de Moscou. Au début du mois de janvier 2009, l'état de santé du
journaliste s'est de nouveau dégradé. Mikhail Beketov, qui a dû être amputé
d'une jambe et de plusieurs doigts, souffre de multiples traumatismes. Il a
subi une opération visant à extraire des éclats d'os de son cerveau et est
resté dans un profond coma jusqu'au 27 novembre. Il a dû de nouveau réintégrer
le service de réanimation en début d'année. Depuis, ses proches demandent son
transfert à l'hôpital Bourdenko de Moscou.
    Reporters sans frontières s'est jointe à leur requête et a adressé une
lettre ouverte à Tatiana Golikova, ministre russe de la Santé et du
Développement social, pour appuyer la demande de transfert de Mikhail Beketov
vers l'hôpital Bourdenko. L'organisation a sollicité l'intervention de la
ministre, l'incitant à exprimer par ce geste "sa volonté de soutenir les
professionnels des médias lorsqu'ils sont pris pour cible en raison de leur
activité."

    Lettre ouverte à la Ministre de la santé et du dévloppement social,
    Tatiana Golikova :

    Mme Tatiana A. Golikova Ministre de la santé et du développement social
    Rakhmanovskii per., d.3 GSP-4 127994 Moscou Fédération de Russie
    -------------------------------------------------------------------------
    Paris, le 26 janvier 2009

    Madame la Ministre,

    Reporters sans frontières, organisation internationale de défense de la
    liberté de la presse, lauréate du prix Sakharov 2005, souhaite attirer
    votre attention sur l'état de santé de Mikhail Beketov, rédacteur en chef
    du journal Khimkinskaia Pravda.

    Mikhail Beketov a été victime d'une tentative d'assassinat, le 13
    novembre 2008. Il est actuellement soigné à l'Institut Sklifosovskii, où
    il se trouve dans un état grave. Au début du mois de janvier, sa santé
    s'est de nouveau dégradée et ses proches ont sollicité son transfert à
    l'hôpital Boudrenko, afin qu'il puisse recevoir les soins appopriés.

    Reporters sans frontières s'associe à cette requête et vous prie
    instamment, Madame la Ministre, de faire tout ce qui est en votre pouvoir
    pour permettre ce transfert.

    Mikhail Beketov est un journaliste courageux, qui a échappé de justesse à
    la mort à la suite d'une agression très probablement liée à son activité
    professionnelle. Grièvement blessé, il a dû être amputé d'une jambe ainsi
    que de plusieurs doigts. Sa convalescence sera longue et difficile. C'est
    pourquoi nous vous demandons d'intervenir en sa faveur et d'exprimer par
    là votre volonté de soutenir les professionnels des médias lorsqu'ils
    sont pris pour cible en raison de leur activité.

    Nous espérons, Madame la Ministre, que vous serez sensible à cet appel et
    que grâce à votre intervention, Mikhail Beketov pourra bénéficier des
    meilleurs soins possibles étant donné la gravité de ses blessures.

    Je vous remercie de l'intérêt que vous porterez à notre requête, et je
    vous prie d'agréer, Madame la Ministre, l'expression de ma haute
    considération.

    Jean-François Julliard Secrétaire général




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.