Russie - Agression d'une réalisatrice et de sa famille par des policiers: Reporters sans frontières dénonce un acte odieux



    MONTREAL, le 25 oct. /CNW Telbec/ - "L'agression, le 6 septembre 2007, à
Kazan, par des policiers en civil, de la documentariste Natalia Petrova et de
sa famille est un acte odieux et incompréhensible. Nous exigeons qu'une
enquête soit ouverte dès aujourd'hui et que les responsables soient identifiés
et punis. Il n'est plus possible pour les autorités d'ignorer ce qui s'est
passé et si Natalia Petrova ou ses proches étaient de nouveaux victimes de
représailles, nous considèrerions le gouvernement comme complice", a déclaré
Reporters sans frontières.
    "A quelques heures de l'ouverture à Mafra (Portugal) du sommet Union
européenne/Russie, et dans le contexte de la fin du mandat présidentiel de
Vladimir Poutine, nous constatons que la violence à l'égard des journalistes
n'a pas été endiguée et qu'il existe des régions où l'impunité est la règle
absolue", a déploré l'organisation de défense de la liberté de la presse.
    Il est difficile d'établir clairement la cause directe de cette
agression. Selon une information non confirmée, parue sur le site d'une agence
d'information tatare, la documentariste se serait opposée à une convocation au
poste de police pour une affaire de "diffamation".
    Plusieurs facteurs pourraient être à l'origine des violences subies par
Natalia Petrova. Pour Andrei Mironov, de l'organisation Mémorial, qui l'a
rencontrée en Tchétchénie, il ne fait aucun doute que la réalisatrice a été
agressée en raison de sa profession et des films qu'elle tournait, mais aussi
du fait de son mariage avec un homme d'origine tchétchène. Ce dernier a dû
s'éloigner de sa famille en raison des intimidations dont ils étaient
victimes. Leurs deux filles âgées de neuf ans ont été prises à partie à
plusieurs reprises à l'école, au motif que leur père était tchétchène.
    Andrei Mironov insiste sur le fait que c'est la position du pouvoir
vis-à-vis des membres de la société civile qui a changé. "On assiste à un
renforcement évident des pressions", a -t-il déclaré.
    Le 6 septembre 2007, à Kazan (Tatarstan, 720 kilomètres au sud-est de
Moscou), Natalia Petrova a tout d'abord cru être victime d'une tentative
d'enlèvement quand deux hommes en civil, dont l'un sentait fortement l'alcool,
se sont saisis d'elle devant l'école où elle venait de conduire ses filles.
Ses agresseurs lui ont déclaré qu'ils allaient l'interner de force en hôpital
psychiatrique jusqu'à la fin des élections. La réalisatrice a réussi à leur
échapper et a couru chez elle où se trouvait sa mère, âgée de 70 ans,
Nina Petrova. Alors qu'elle tentait d'appeler la police, elle s'est rendu
compte que sa ligne avait été coupée. Elle a alors demandé à son père,
Guennadi Petrov, 84 ans, de ramener ses filles de l'école.
    Quelques heures plus tard, alors qu'il revenait avec ses petites-filles,
trois policiers en civil sont entrés dans l'appartement. Ils ont frappé
Natalia Petrova à plusieurs reprises au cou, mais aussi aux mains et aux
jambes. L'un d'eux a piétiné ses mains en déclarant : "Comme cela, tu
n'écriras plus." Natalia Petrova a perdu connaissance. Pendant ce temps, son
père était repoussé dans un coin de la pièce, tandis que sa mère, qui essayait
de s'interposer, était frappée, notamment au ventre. Les deux fillettes qui
ont également tenté de défendre leur mère ont été malmenées. L'une d'elles a
perdu une dent.
    Pendant l'agression, les trois policiers ont passé des appels
téléphoniques à un homme dénommé "Slava" (diminutif de Viatcheslav) qui leur
donnait des directives et leur annonçait l'arrivée de "renforts". Ils ont
ensuite menotté la journaliste et l'ont traînée dehors. Des voisins, alertés
par les cris, ont tenté de protester en vain. Une ambulance appelée par l'un
d'eux a été renvoyée par les agresseurs sous le prétexte d'une "fausse alerte"
.
    Natalia Petrova a été jetée dans une voiture de police stationnée devant
l'immeuble. Elle a de nouveau reçu des coups, auxquels des brûlures de
cigarettes se sont bientôt ajoutées. Elle a encore perdu connaissance avant de
retrouver ses esprits dans la cour du département de police du district de
Moskovsky (Kazan). Elle a passé plusieurs heures dans une cellule avant d'être
relâchée.
    Jointe par Reporters sans frontières, Natalia Petrova est très inquiète
pour sa sécurité et celle de ses proches. Elle reçoit toujours des appels
menaçants. Ses filles, traumatisées par ce qui est arrivé à leur mère,
refusent de sortir et de se rendre à l'école. L'une d'elles est alitée avec
beaucoup de fièvre. Leur grand-mère doit également garder le lit et souffre
toujours des coups qu'elle a reçus.
    Natalia Petrova a déclaré avoir reconnu la voix de l'homme qui donnait
des ordres à ses agresseurs. Il s'agirait de Viatcheslav Prokofiev,
responsable du département local de police. En 2005, elle avait déjà eu
affaire à lui, lors d'une rencontre de chefs d'Etat à Kazan. Deux hommes
avaient essayé de l'entraîner avec eux alors qu'elle attendait un bus pour se
rendre au sommet. Une enquête criminelle avait alors été ouverte. Elle n'a
abouti à aucun résultat.
    La réalisatrice, qui a travaillé en Tchétchénie pendant la première
guerre, mais aussi en Abkhazie et au Karabakh, a déclaré qu'elle pensait
trouver une "terre paisible" au Tatarstan, mais qu'elle s'était trompée. "Mais
que faut-il que nous vivions pour que nous prenions enfin conscience de ce qui
se passe ? Ces hommes riaient pendant qu'ils me frappaient", a-t-elle raconté.
Elle a insisté pour que ce qui lui est arrivé soit rendu public, non seulement
pour elle, mais pour toutes les personnes qui ont pu subir les mêmes
violences.

    Natalia Petrova a notamment réalisé les films "Abkazie mon amour", "Les
enfants du Karabakh" et "L'ancienne terre des Tchétchènes". Elle a été exposée
à de nombreuses pressions ces dernières années.




Renseignements :

Renseignements: Emily Jacquard, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Telec.: (514)
521-7771, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.