RMU d'Urgences-santé - Etat d'urgence pour obtenir un contrat de travail



    MONTREAL, le 21 oct. /CNW Telbec/ - Il y a des employés de l'Etat
québécois qui semblent avoir été oubliés par le ministère de la Santé et des
services sociaux. Alors que s'ouvre aujourd'hui la nouvelle session de
l'Assemblée nationale, les répondants médicaux d'urgence (RMU) de la
corporation Urgences-santé sont toujours sans convention collective, et ce,
depuis bientôt cinq ans. Une situation que dénonce leur syndicat, affilié au
SCFP, qui entend augmenter la pression au cours des prochaines semaines.
    "De nouveaux moyens d'action sont prévus, affirme le président du
syndicat, Martin Doyon. On va être présents sur les places publiques et on
pourrait poser des gestes plus musclés. Tout le SCFP est avec nous pour
brasser la cage. A un moment donné, le ministère doit agir et donner à
Urgences-santé le mandat de régler sinon, le ministre Bolduc va nous voir dans
sa soupe. Ca serait dommage qu'il ait des problèmes pour un petit groupe de
50 employés..." En ce moment, les pourparlers entre les parties stagnent et
une rencontre tenue la semaine dernière n'a donné aucun résultat, la partie
patronale n'a fait que réitérer l'offre existante déjà refusée par les
représentants des employés en mars dernier.

    Accusations de provocation

    Urgences-santé a par ailleurs jeté de l'huile sur le feu vendredi dernier
en s'adressant directement aux employés pour présenter sa version des faits au
sujet des négociations. Une initiative qualifiée de "méprisante" par les
représentants syndicaux. "Un employeur ne devrait pas passer par-dessus la
tête d'une organisation syndicale pour négocier directement avec des
travailleurs. Cela va à l'encontre des principes de la négociation collective
et de la représentation d'employés. Nous évaluons présentement la pertinence
de déposer une plainte à la Commission des relations du travail, mais une
chose est certaine, c'est un geste déplacé et inutilement provocateur",
affirme Martin Doyon.

    Enjeux des négociations

    Les pourparlers achoppent sur la question monétaire, les clauses dites
"normatives" étant déjà réglées. Pour le syndicat, le salaire actuel des RMU
est nettement insuffisant et ne reflète ni l'exigence de l'emploi, ni le
niveau de formation, pas plus que le rôle vital de leurs fonctions lors
d'accidents de la route ou autres drames. Le SCFP vise donc un rattrapage
significatif, tout en respectant le cadre financier du Conseil du trésor.
"Nous avons démontré qu'il est possible de reconnaître la valeur des RMU grâce
aux sommes non-utilisées de l'enveloppe monétaire allouée. De plus,
l'employeur ne cesse de nous répéter qu'il n'y aura aucun aménagement avant
que l'équité salariale ne soit complétée alors que cela fait deux ans que nous
attendons Urgences-santé pour entreprendre ces travaux. Mais cela suffit,
notre patience a des limites et on ne veut pas attendre plus longtemps. Notre
situation est indécente : nous avons un retard de 60 % avec les RMU de
Toronto! Urgences-santé et le ministre Bolduc dorment au gaz et ont besoin
d'être réveillés", tonne Martin Doyon.
    Les RMU d'Urgences-santé sont sans contrat de travail depuis décembre
2003. Ils accusent un retard salarial de 32 % sur les préposés au 9-1-1 de la
Ville de Montréal qui remplissent des tâches comparables. Les RMU invitent les
citoyens à consulter le site www.appuyonslesrmu.com où ils pourront visionner
une vidéo choc qui illustre bien la réalité quotidienne des RMU.

    Le SCFP représente quelque 20 000 membres dans la santé et les services
sociaux au Québec. En plus de ce secteur d'activité, le SCFP est présent dans
10 autres secteurs, entre autres, l'éducation, les municipalités, le transport
urbain, le transport aérien, les sociétés d'Etat et organismes publics
québécois, l'hydroélectricité et les communications. Comptant au total plus de
105 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la
FTQ.

    
           Ce communiqué et d'autres infos sur le site scfp.qc.ca
    




Renseignements :

Renseignements: Martin Doyon, président SCFP 3642, cell.: (514)
723-5810; Alexandre Boulerice, (514) 384-9681, poste 270, cell.: (514)
668-7148; SOURCE: SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.