Rio Tinto Alcan en repli malgré une rentabilité exceptionnelle



    SAGUENAY, QC, le 13 mai /CNW Telbec/ - Rio Tinto Alcan (RTA) rationalise
à grande échelle. Pourtant, comme le révèle une analyse détaillée mise à jour
par le service de Recherche des TCA à partir des données économiques du
CRU(1), la production canadienne d'aluminium de Rio Tinto Alcan compte parmi
les plus profitables du monde. Et ce, même en période de déclin des marchés,
comme c'est le cas présentement.
    "Si la compagnie opère un tel repli, ce n'est pas à cause d'une faible
rentabilité des alumineries canadiennes. C'est à cause du niveau d'endettement
de Rio Tinto suite de l'acquisition d'Alcan en 2007" d'affirmer Alain Gagnon,
président de la section locale 1937 / SNEAA des TCA-Québec au Complexe
Jonquière de Rio Tinto Alcan, région du Saguenay. "La multinationale
australo-britannique a réalisé cette méga-transaction avec de l'argent
emprunté, au moment même où le cours de l'aluminium atteignait un sommet
jusque-là inégalé."
    "C'est donc illogique et inacceptable que, dans un pareil contexte, la
compagnie élimine des emplois et retarde des investissements, d'affirmer
Jean-Pierre Fortin, directeur québécois des Travailleurs canadiens de
l'automobile (TCA). Le gouvernement québécois a conclu des ententes secrètes
avec RTA, autorisant entre autres la fermeture précipitée de l'aluminerie de
Beauharnois. Les conditions de ces ententes sont encore méconnues du public à
cause du manque de transparence du gouvernement du Québec. Le gouvernement se
doit de divulguer le contenu de ses tractations avec RTA."
    "Avec un prêt supplémentaire de 175 millions, le gouvernement du Québec
doit exiger la reprise accélérée de l'ensemble des travaux du projet AP50 au
Complexe Jonquière. Il doit s'assurer enfin que les profits fabuleux de cette
entreprise ne soient pas engouffrés dans la dette de la compagnie mère, mais
investis dans la modernisation des équipements et la création de nouveaux
emplois."
    L'étude effectuée par les Travailleurs canadiens de l'automobile analyse
les coûts d'exploitation, la marge bénéficiaire brute au Canada et la valeur
des ressources énergétiques mises à la disposition de RTA. On y révèle
notamment que les frais d'exploitation des alumineries canadiennes de
l'entreprise s'établissent en moyenne à 1 388 $US la tonne, soit un bon 13 %
de moins que la moyenne mondiale de l'industrie et 24 % de moins que
l'industrie chinoise.
    "C'est la première fois que le public peut prendre connaissance des
conditions d'affaires hautement avantageuses dont profite Rio Tinto Alcan au
Canada", explique Bill Murnighan, chercheur pour les TCA et auteur du rapport.
    Il y est démontré que toutes les installations québécoises de la
compagnie, ainsi que celle de Kitimat en Colombie-Britannique sont rentables.
Même celles de Beauharnois, dont la compagnie annonçait la fermeture en
janvier dernier, ont généré de solides profits au cours des deux dernières
années. D'après les prévisions, cette usine à l'équipement vétuste serait
encore rentable en 2010.
    L'étude révèle que la compagnie est nettement avantagée par des coûts
d'énergie électrique extrêmement bas, puisqu'elle produit en bonne partie sa
propre énergie dans des installations qui ont échappé à la nationalisation
québécoise de l'électricité dans les années soixante. Dans ses installations
où il n'y a pas autogénération, la compagnie jouit d'un taux avantageux pour
les entreprises consenti par Hydro-Québec (tarif L).
    Etant elle-même un producteur d'énergie, l'entreprise paie le quart des
coûts d'énergie que paient les autres producteurs d'aluminium au Québec et le
sixième de ce que paient les autres joueurs dans l'industrie mondiale. Cet
accès à une énergie autogénérée vaut plus de 680 millions de dollars par
année.
    "La politique énergétique du gouvernement est au coeur du succès de cette
industrie et il faut faire en sorte que l'utilisation de nos ressources
naturelles se traduise par des investissements et des mesures de soutien pour
les bons emplois", ajoute Rick Belmont, président de la section locale des
installations de Kitimat, en Colombie-Britannique.
    Selon MM. Gagnon, Fortin et Belmont, "il y a plusieurs leçons à tirer de
cette situation : les mécanismes gouvernementaux de réglementation et de
surveillance concernant prise de contrôle des ressources hydroélectriques
publiques par des intérêts étrangers doivent prévoir de solides protections
pour assurer le maintien de la production et les investissements futurs; ces
mesures doivent empêcher les distorsions commerciales causées par une
éventuelle revente de l'énergie".

    
    (1) CRU est une autorité reconnue à travers le monde lorsqu'il est
        question de métal, d'exploitation minière, d'alimentation et de
        câblage, de fertilisation et de produits chimiques (voir
        www.crugroup.com). Son analyse des coûts de fonderie d'aluminium
        primaire (Primary Aluminium Smelting Cost Service) et ses autres
        rapports connexes servent de base aux analyses concurrentielles
        comparatives de l'industrie et sont régulièrement utilisés par les
        grands producteurs mondiaux d'aluminium, dont Rio Tinto Alcan (par
        exemple, voir la présentation de Tom Albanese à la conférence minière
        de la Deutsche Bank le 11 novembre 2008, ainsi que la présentation de
        Dick Evans à l'assemblée des investisseurs à Londres le 15 octobre
        2008, disponibles en ligne à
        http://www.riotinto.com/shareholders/speeches.asp).
    




Renseignements :

Renseignements: Jean-Pierre Fortin, directeur des TCA-Québec, (514)
389-9223; Alain Gagnon, président de la section locale 1937, (418) 548-4667;
Bill Murnighan, recherchiste, TCA-Canada, (416) 816-3675; Rick Belmont,
president de la section locale 2301 Kitimat, (Colombie-Britannique), (250)
632-4611; André Leclerc, responsable des communications TCA-Québec, (514)
349-9864, solidaricom@yahoo.ca; Source: Syndicat national de l'automobile, de
l'aérospatiale, du transport et des autres travailleurs et travailleuses du
Canada (TCA-Québec-FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA-Québec)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.