Revoir notre approche face à l'économie souterraine



    MONTREAL, le 30 oct. /CNW Telbec/ - L'économie souterraine canadienne
représente environ 5 % du produit intérieur brut du pays, ou 75 milliards $.
L'économie souterraine comprend les biens et services produits, échangés ou
consommés en violation de la loi. Les activités concernées sont illégales soit
parce que la loi interdit la production ou la consommation des biens ou
services visés (comme dans le cas des drogues), ce qu'on appelle les marchés
noirs, soit parce que des biens ou services légaux sont échangés dans des
conditions illégales (par exemple les travaux de rénovation par des ouvriers
sans permis ou les cigarettes de contrebande), ce qu'on désigne sous le nom
d'économie parallèle.
    Parmi les enjeux actuels de politiques publiques qui concernent
l'économie souterraine, on peut citer comme exemples :

    
    - L'omniprésence de l'évasion fiscale (près de 15 %) dans le cas de la
      construction et de la rénovation résidentielles.
    - Les taxes de plus en plus élevées sur les cigarettes qui provoquent une
      hausse de la contrebande, tout comme au début des années 1990 lorsque
      les gouvernements ont dû les diminuer de 80 % afin d'enrayer le
      problème.
    - Une stratégie de lutte contre la drogue du gouvernement fédéral qui
      s'apparente à la guerre contre la drogue des Etats-Unis, laquelle
      accapare des ressources phénoménales sans incidence notable sur la
      consommation de drogues.
    

    Pour faire face aux problèmes reliés à l'économie souterraine, quatre
options sont envisageables : imposer des sanctions plus lourdes, rechercher
une taille optimale de l'économie souterraine, ne rien faire ou modifier les
politiques publiques à la source de l'économie souterraine. D'après
Marcel Boyer, vice-président et économiste en chef de l'IEDM, "plusieurs
exemples d'actualité suggèrent que les mesures qui sont prises pour lutter
contre l'économie souterraine s'avèrent inefficaces, et parfois même
contre-productives. Il y a lieu de revoir notre approche face à l'économie
souterraine à la lumière de l'histoire, de la théorie économique et de
l'expérience pratique."
    Le cahier de recherche L'économie souterraine : causes, importance,
options est disponible à www.iedm.org. Il a été préparé par Pierre Lemieux,
professeur associé au département des sciences administratives de l'Université
du Québec en Outaouais.

    L'IEDM est un institut indépendant, non partisan et sans but lucratif qui
participe aux débats sur les politiques publiques du Québec et du Canada en
proposant des solutions créatrices de richesse sur des questions de fiscalité,
de réglementation, de réforme du système de santé et d'éducation. Il publie
entre autres depuis 2000 le Bulletin des écoles secondaires du Québec et il a
remporté en 2004 l'un des Templeton Freedom Award for Institute Excellence
pour l'excellence de sa gestion et de ses relations publiques.




Renseignements :

Renseignements: André Valiquette, Directeur des communications, Institut
économique de Montréal, (514) 273-0969 p. 2225, Cell.: (514) 574-0969,
avaliquette@iedm.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.