Revoir l'organisation du travail pour contrer les problèmes de santé psychologique liés au travail - Le ministre Couillard doit envoyer un message clair aux directions d'établissement, estime la FP-CSN



    QUEBEC, le 2 nov. /CNW Telbec/ - La Fédération des professionnèles
(FP-CSN) demande au ministre Couillard d'envoyer un message clair aux
directions d'établissement pour qu'elles impliquent les travailleuses et les
travailleurs dans des démarches de réorganisation du travail comme moyen
d'endiguer les coûts élevés résultant des problèmes de santé psychologique au
travail.
    En marge du conseil fédéral qui se réunit à Québec depuis hier, les
délégué-es syndicaux ont accompagné le président de la fédération, Michel
Tremblay, qui a déposé à l'attachée politique du ministre, Mme Claire
Saint-Jean, le mémoire qui a été présenté récemment au groupe de travail
présidé par M. Claude Castonguay. Cette action s'inscrit dans le cadre de la
campagne que mène la CSN, sur le thème Le public, c'est la santé pour tout le
monde !, contre l'offensive en faveur de la privatisation du réseau.
    "Nous rejetons l'idée de faire davantage appel au secteur privé comme
solution aux problèmes que traverse le réseau de la santé et des services
sociaux québécois, a fait valoir Michel Tremblay à la représentante du
ministre Couillard. Nous avons insisté sur la participation active des
travailleuses et des travailleurs du réseau dans l'organisation du travail, un
moyen reconnu par le ministre lui-même pour s'attaquer aux causes de
l'absentéisme découlant notamment des problèmes de santé psychologique liés au
travail."

    L'absentéisme : des coûts de 250 millions de dollars par année

    Dans le réseau public, la facture résultant de l'absentéisme s'élève à
quelque 250 millions de dollars annuellement, un montant qui servirait mieux
les soins de santé et les services sociaux, sous-financés actuellement. Le
MSSS reconnaît la nécessité d'impliquer les travailleuses et les travailleurs
dans des démarches d'organisation du travail au niveau local pour améliorer le
climat et les conditions de travail du personnel, principales sources de
l'absentéisme dans le réseau. "Le problème, c'est qu'une très grande majorité
d'employeurs refusent d'aller dans cette direction", a dénoncé le porte-parole
syndical qui a fait état de la dégradation des conditions de travail dans le
réseau, de la non-reconnaissance du travail accompli qui s'est notamment
traduit par des gels salariaux à répétition.
    Il y a deux ans, Michel Tremblay avait profité de la participation du
ministre Couillard devant l'Association québécoise des établissements de santé
et de services sociaux, pour lui remettre un exemplaire de la convention
collective de la FP-CSN qui contient, depuis la négociation de 1999, une
lettre d'entente qui invite les employeurs à revoir l'organisation du travail,
de concert avec les syndicats. "Nous lui avions indiqué qu'aucune direction
d'établissement n'avait participé à une telle démarche. Nous avons toujours
cet article dans notre convention et il est inconcevable qu'il ne soit pas
utilisé. C'est pourquoi nous réitérons notre demande au ministre de donner le
signal aux directions locales", a poursuivi le président de la FP.
    Les données provenant de différents groupes de travail du ministère sont
éloquentes : l'absentéisme lié aux problèmes de santé psychologique, découlant
entre autres des surcharges de travail, de la démotivation et d'une mauvaise
gestion, prive le réseau public de plus de 10 000 travailleuses et
travailleurs par année. La facture d'indemnisation des absences s'élève à plus
de 1,5 milliard de dollars pour la durée de la convention collective, un
non-sens qui ajoute à la spirale de la dégradation des conditions de travail
et qui prolonge les listes d'attente.
    Cette réalité accroît d'ailleurs la pénurie de main-d'oeuvre qui frappe
en particulier les professionnèles, les techniciens et les techniciennes, la
catégorie d'emploi que représente la FP-CSN. Récemment, le Conseil
interprofessionnel du Québec a fait état de 34 professions, sur 51, en
situation de pénurie. L'organisme note que plus de 5200 postes de travailleurs
sociaux, 1377 d'orthophonistes, 3200 de technologistes médicaux,
3292 d'ergothérapeutes, pour ne citer que ces professions, devront être
comblés au cours des prochaines années.

    La Fédération des professionnèles de la CSN représente plus de
8000 professionnèles, techniciennes et techniciens regroupés dans une
quarantaine de syndicats partout au Québec.




Renseignements :

Renseignements: Louis-Serge Houle, Service de l'information de la CSN,
(514) 792-0795


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.