Révision de la carte électorale du Québec - La Commission de la représentation électorale dépose une proposition préliminaire qui prévoit des changements importants



    QUEBEC, le 12 mars /CNW Telbec/ - La Commission de la représentation
électorale (CRE) a déposé aujourd'hui, à l'Assemblée nationale, sa proposition
de nouvelle carte électorale pour le Québec. La CRE propose une révision
majeure de la carte pour assurer une plus grande équité entre les
circonscriptions. De plus, elle s'est employée, dans chacune des régions, à
tracer la frontière des circonscriptions de façon à respecter les communautés
naturelles.
    En tout, 86 circonscriptions sur 125 sont modifiées. Le nombre de
circonscriptions électorales, dans les régions de la Gaspésie, du
Bas-Saint-Laurent et de la Chaudière-Appalaches passe de 15 à 12. Trois
nouvelles circonscriptions sont créées dans les régions en forte croissance
démographique de la Montérégie, de Laval et de Laurentides-Lanaudière.
16 circonscriptions québécoises ont de nouveaux toponymes, soit parce qu'elles
sont nouvellement créées, ou parce que leur territoire inclut maintenant de
nouvelles communautés. En déposant son rapport préliminaire, la CRE a
également annoncé la tenue de 23 auditions publiques, dans 21 municipalités
québécoises, entre le 21 avril et le 13 juin prochain.
    "Nous croyons que la démocratie québécoise serait beaucoup mieux servie
avec la nouvelle carte électorale, car si on la considère dans son ensemble,
elle est plus équitable et correspond beaucoup mieux à ce qu'est devenu le
Québec", a indiqué le président de la Commission de la représentation
électorale, Me Marcel Blanchet.

    Des retraits inévitables... des ajouts indispensables

    En Gaspésie, dans le Bas-Saint-Laurent et dans Chaudières-Appalaches, le
nombre de circonscriptions ne correspond plus à leur poids démographique au
sein de la province et il devient donc impossible de maintenir ce nombre à son
niveau actuel. Ces trois régions comptent 11 circonscriptions sur 15 qui sont
en situation d'exception par rapport aux critères de la Loi électorale ou qui
sont sur le point de le devenir.
    En conséquence, le territoire de la circonscription de Gaspé est
redistribué dans les circonscriptions voisines de "Matane-Gaspé" et de
"Bonaventure-Percé". Il en est de même pour la circonscription de
Kamouraska-Témiscouata, qui est redistribuée dans "Rivière-du-Loup -
Témiscouata" et dans la nouvelle circonscription de "Côte-du-Sud". Il y a
aussi redistribution dans le cas de la circonscription de Beauce-Nord : une
partie se retrouve dans la nouvelle circonscription de "Beauce-Amiante", une
autre dans celle des Chutes-de-la-Chaudière et une dernière dans Beauce-Sud.
    En Montérégie, à Laval et dans Laurentides-Lanaudière, l'ajout de
nouvelles circonscriptions était nécessaire étant donné l'augmentation
considérable du nombre d'électeurs. Ainsi, une nouvelle circonscription,
"Roussillon", est créée en Montérégie à partir de ses voisines, Châteauguay et
La Prairie. Une autre circonscription, "Marc-Aurèle-Fortin", est formée sur
l'Ile-Jésus, à Laval, à partir de Fabre et de Vimont. Une troisième
circonscription, "La Plaine", est créée dans Laurentides-Lanaudière en
regroupant des portions des circonscriptions de Blainville, Masson et
Rousseau.

    Une carte mieux équilibrée, dans le respect des limites administratives

    La CRE a non seulement voulu rétablir la situation de circonscriptions où
il y avait trop, ou trop peu d'électeurs, mais elle a voulu faire mieux
correspondre leur territoire aux limites des municipalités régionales de comté
(MRC) ou, en milieu urbain, aux limites des arrondissements.

    
    - Dans l'Estrie et le Centre-du-Québec, il y a toujours neuf
      circonscriptions mais leur contour a été passablement modifié, la
      Commission ayant rééquilibré les circonscriptions entre elles et fait
      en sorte que leurs territoires correspondent mieux aux limites des MRC
      et des régions administratives.

    - Dans la région de la Capitale-Nationale, il est proposé d'inclure toute
      la Côte-de-Beaupré ainsi que l'Ile-d'Orléans dans la circonscription de
      Charlevoix et de la renommer "Beaupré-Charlevoix". D'autres changements
      sont proposés de manière à ajuster les limites des circonscriptions aux
      limites des municipalités et des arrondissements de la Ville de Québec,
      ou à rééquilibrer des circonscriptions situées en banlieue.

    - Au nord-ouest de la province, les circonscriptions d'Abitibi-Ouest et
      d'Abitibi-Est voient leur population électorale augmenter par
      l'agrandissement de leur territoire jusqu'au 50e parallèle. Toute la
      Ville de Rouyn-Noranda se retrouve maintenant à l'intérieur de la
      circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue.

    - La CRE ne propose que des changements mineurs au Saguenay-Lac-Saint-
      Jean, les modifications à la carte électorale visant notamment un
      meilleur respect des limites des arrondissements de la Ville de
      Saguenay.

    Des régions moins touchées par les changements

    Dans certaines régions, la Commission de la représentation électorale a
fait des changements moins importants, puisque l'on y retrouvait peu de
circonscriptions "surpeuplées", en déficit d'électeurs ou sur le point d'être
en situation d'exception.

    - Il n'y a que très peu de modifications proposées sur l'Ile-de-Montréal,
      le nombre de circonscriptions qu'on y retrouve correspondant exactement
      à son poids démographique. Les changements proposés visent à faire
      correspondre davantage les limites des circonscriptions à celles des
      municipalités et des arrondissements situés sur l'Ile.

    - En Outaouais, l'intervention de la CRE a touché principalement la
      circonscription de Papineau, où il y avait un nombre élevé d'électeurs
      près de la limite permise par la loi, alors qu'en Mauricie, elle s'est
      penchée particulièrement sur le cas de Laviolette, qui menaçait de se
      retrouver avec trop peu d'électrices et d'électeurs. Ce fut également
      le cas pour la circonscription de René-Lévesque, sur la Côte-Nord, où
      la population électorale était basse à un niveau jugé "critique".

    Seulement deux exceptions

    La Loi électorale prévoit que la circonscription des Iles-de-la-Madeleine
est une exception. La circonscription d'Ungava, qui couvre près de
800 000 kilomètres carrés et dont la population électorale est très en-deçà de
la moyenne permise par la loi, constitue la seule exception reconnue par la
CRE.

    Pour assurer l'équité

    La refonte de la carte électorale du Québec était rendue nécessaire compte
tenu des changements importants qu'a connus la population électorale du Québec
depuis sa dernière révision, en 2001. Ainsi, 20 circonscriptions se retrouvent
dans une situation dite "d'exception", parce que leur nombre d'électeurs
dépasse en ce moment le total de 56 509, ou se retrouve en dessous du total de
33 905. Ces deux balises numériques correspondent à un écart supérieur ou
inférieur de 25 %, par rapport à la moyenne provinciale de 45 207 électeurs
calculée selon les règles contenues à la Loi électorale. 16 autres
circonscriptions menacent en ce moment de se retrouver aussi en situation
d'exception.
    "Avec la carte actuelle, certains électeurs ont un vote qui a plus de deux
fois le poids de celui d'autres électeurs, ce qui justifie des correctifs
importants. C'est une question d'équité et nous avons utilisé la marge de
manoeuvre que nous donne la loi pour assurer cette équité", a affirmé Me
Marcel Blanchet.
    La nouvelle carte électorale rééquilibre donc les écarts de population
électorale, tout en considérant des facteurs sociodémographiques qui ont guidé
la Commission dans son travail de délimitation. La CRE a ainsi tenu compte de
la densité de la population, de son taux relatif de croissance, de la
configuration des régions, de leur accessibilité, de leur superficie, des
frontières naturelles du milieu et des territoires des municipalités. Le
sentiment d'appartenance des gens, la façon dont la vie est organisée sur le
territoire, la présence de "pôles régionaux" ou de communautés d'intérêts
économiques, sont également des facteurs qui ont été considérés.

    Une invitation à commenter la proposition de la CRE

    Les changements apportés à la carte électorale du Québec constituent une
proposition et la CRE est ouverte aux commentaires de tous les intéressés.
Afin de permettre l'expression de ces commentaires, la Commission tiendra des
auditions publiques dans toutes les régions du Québec du 21 avril au 13 juin
prochain. Elle y entendra alors les citoyens, les organismes ainsi que les
députés désireux d'y participer. Par la suite, la CRE analysera attentivement
toutes les représentations qui lui auront été faites et s'efforcera d'en tenir
compte dans la rédaction d'un second rapport qu'elle devra déposer à
l'Assemblée nationale.
    Les personnes désirant obtenir plus d'informations sur la proposition de
nouvelle carte électorale peuvent consulter la section spéciale du site Web du
DGE, mise en ligne aujourd'hui, à l'adresse www.lacartechange.qc.ca.
    
    -%SU: TER,CPN
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Denis Dion, Agent d'information, (418) 644-3320,
1-888-870-3320, ddion@dgeq.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.