Réusinage Knight à Granby - L'ordre du jour caché: la fermeture



    GRANBY, le 9 mars /CNW Telbec/ - Les 115 Métallos chez Réusinage Knight à
Granby ont appris aujourd'hui qu'UAP et sa société mère GPC avaient pris la
décision de fermer définitivement leur usine. Cette annonce survient après la
fermeture d'une autre usine à Stephenville aux Etats-Unis. "Nous disions
depuis le début que l'employeur avait un ordre du jour caché. La position des
travailleurs et des travailleuses était fort simple et légitime : ils
voulaient arrêter tout de suite une hémorragie appréhendée des emplois. La
décision actuelle de la compagnie vient confirmer leurs craintes", a déclaré
Guy Farrell, coordonnateur du Syndicat des Métallos (FTQ)
    Le Syndicat des Métallos (FTQ) a immédiatement demandé de rencontrer la
compagnie afin de négocier des primes de séparation et travaille à mettre sur
pied un comité de reclassement. "C'est un coup très dur pour plusieurs de nos
membres dont le couple était soutien de famille. Les salaires payés dans cette
industrie étaient bas. D'autres étaient proches de leur retraite. Nous vivons
un drame causé par des entreprises qui préfèrent enrichir à court terme leurs
actionnaires plutôt que de trouver des solutions avec les travailleurs et les
travailleuses qui les enrichissent par leur travail", a poursuivi le
coordonnateur.
    Selon les raisons données par la compagnie, l'industrie du réusinage des
pièces automobiles fait face à une surcapacité de production en Amérique du
Nord et à une concurrence des manufacturiers en Chine. "Evidemment, le géant
américain, bien qu''il rationnalise partout y compris dans son propre pays,
conserve tout de même plusieurs autres usines qui lui permettront d'alimenter
les centres de distribution et magasins NAPA au Canada et au Québec. Ce géant
américain sait protéger ses intérêts. Nos gouvernements doivent arrêter de
regarder l'érosion de nos emplois dans le secteur manufacturier et s'attaquer
plus sérieusement à leur protection grâce à avec une véritable stratégie
industrielle. Il est temps de redevenir propriétaires de nos emplois", a
conclu Martin Courville, permanent syndical.
    Ces Métallos réusinaient des pièces d'auto dont des démarreurs, des
alternateurs et des étriers de freins pour tous les modèles de véhicules
notamment nord-américains et japonais. Le salaire horaire moyen est de 12 $.
La grève avait été déclenchée le 24 mai 2006.




Renseignements :

Renseignements: Martin Courville, Syndicat des Métallos (FTQ), (450)
359-4441


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.