Respectez les droits des Premières Nations et la primauté du droit, demande le Chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Phil Fontaine



    OTTAWA, le 20 mars /CNW Telbec/ - Le lundi 17 mars 2008, un juge de la
Cour supérieure de justice de l'Ontario a condamné six membres de la Première
Nation Kitchenuhmaykoosib Inninuwug (KI) à six mois de prison pour des
activités liées directement à la protection de leurs terres ancestrales.
    "Les gouvernements fédéral et provinciaux n'ont pas réussi à s'acquitter
de leurs responsabilités légales consistant à consulter les Premières Nations
et à tenir compte de leurs intérêts avant d'approuver des projets de
développement qui ont d'énormes répercussions sur les terres et les moyens de
subsistance des citoyens des Premières Nations. Par ailleurs, ces mêmes
gouvernements favorisent les intérêts financiers privés en mettant en prison
ceux qui défendent ces droits", a indiqué le Chef national Phil Fontaine.
    Un litige est en cours entre la société minière Platinex et la Première
Nation KI depuis que la province a accordé à cette société un permis de
prospection sur le territoire ancestral des Premières Nations. Une
condamnation d'emprisonnement similaire a été prononcée récemment en Ontario,
près du lac Sharbot, dans une affaire concernant les communautés des Premières
Nations Algonquines.
    "De telles décisions ne tiennent pas compte du devoir qu'ont les
gouvernements de s'engager auprès des Premières Nations et elles criminalisent
un désaccord légitime. Cette attitude traduit un manque de compréhension des
droits des Autochtones et du droit canadien", a souligné le Chef national
Fontaine.
    Le Chef national a émis le commentaire suivant à propos d'une lettre
ouverte au premier ministre McGuinty signée par 37 groupes de la société
civile : "Ils ont raison. Il faut respecter les droits des Premières Nations
et entamer des négociations de bonne foi."
    Il a poursuivi en ces termes : "Des intérêts divers sont en jeu. Il y a
ceux détenus par les gouvernements fédéral et provinciaux, par le secteur
privé et par la société civile, de même qu'il y a les droits et les intérêts
des Premières Nations qui ont été mis de côté pendant plus de 140 ans dans ce
pays. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un processus respectueux établissant
les obligations légales de toutes les parties afin qu'elles soient les
paramètres d'un dialogue constructif. C'est ainsi qu'on respecte la primauté
du droit. Il faut ensuite de vraies négociations répondant aux intérêts
légitimes des différentes parties. C'est ainsi qu'il faut agir", a-t-il
ajouté.
    "J'irai prochainement parler au Chef Morris et aux autres conseillers
emprisonnés. Je demande également à l'Association minière du Canada et à
l'Association canadienne des prospecteurs et des entrepreneurs de parler à
leurs membres afin de les aider à comprendre comment ces situations se
produisent et à savoir comment agir pour les prévenir", a mentionné le Chef
national.
    "Je souhaite prendre acte de l'engagement public du premier ministre de
l'Ontario visant l'application des recommandations du rapport Ipperwash et je
reconnais les efforts du ministre Bryant pour faire progresser ces questions,
mais ces conflits sont un signe à leur adresse et à celle du premier ministre
Harper pour les avertir de la nécessité d'une action réelle et immédiate. Je
recommande fermement qu'ils agissent dans le respect de la primauté du droit,
en faisant appliquer les droits juridiques des Premières Nations avec au moins
autant de vigueur que celle dont ils font preuve en faveur des droits des
entreprises du secteur privé."

    L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme national qui représente
les citoyens des Premières Nations au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Joan McEwen, directrice des communications, APN, (613)
241-6789, poste 242, Cell.: (613) 324-3329, jmcewen@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.