République centrafricaine - Deuxième semaine de détention provisoire pour le président d'un syndicat de presse



    MONTREAL, le 20 mars /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières dénonce le
maintien en détention provisoire de Michel Alkhaly-Ngady, président du
Groupement des éditeurs de la presse privée et indépendante de Centrafrique
(GEPPIC). Arrêté le 12 mars 2007 à la suite d'une plainte du Haut Conseil de
la communication (HCC), il semble faire les frais d'un conflit qui oppose le
HCC à trois organisations des médias. Prévu le 19 mars, son procès a été
reporté au 26 mars.
    "S'il s'agit bien d'un conflit entre personnes morales, la détention de
M Alkhaly-Ngady apparaît totalement infondée et nous appelons la justice
centrafricaine à ordonner sa libération immédiate. Alors qu'il entame sa
deuxième semaine derrière les barreaux, Michel Alkhaly-Ngady semble être un
bouc émissaire parfait, dont le Haut Conseil de la communication se servirait
pour intimider les autres organisations des médias qui lui reprochent son
manque d'indépendance. Fin 2004, la République centrafricaine consacrait la
dépénalisation des délits de presse, il ne faudrait pas que le déroulement du
procès et l'obscur climat qui entoure cette affaire nous replonge quelques
années en arrière", a déclaré l'organisation.
    Président du GEPPIC et directeur de publication du journal Temps
Nouveaux, Michel Alkhaly-Ngady a été arrêté et placé en garde à vue le 12 mars
2007 à Bangui. Présenté au parquet de Bangui le 15 mars, il a été placé en
détention provisoire pour "obstruction à la loi et aux institutions de la
République". Accusé d'entraver les activités du HCC, M Alkhaly-Ngady aurait
encouragé le directeur de publication de l'hebdomadaire Le Centrafricain,
sanctionné par le HCC, à ne pas respecter cette décision. Le Centrafricain
avait été condamné à une suspension de quatre numéros pour avoir publié une
série d'articles estimés "dangereux" par le HCC. Un conflit oppose le GEPPIC,
l'Union des journalistes de Centrafrique (UJCA) et l'Observatoire des médias
centrafricains (OMCA) au HCC. En janvier 2007, les trois organisations des
médias ont dénoncé la nomination, par le président François Bozizé, de deux
membres du HCC. Depuis cette date, elles refusent de reconnaître son autorité.
    Les autorités centrafricaines ont rejeté la demande de libération
provisoire formulée par les avocats de M Alkhaly-Ngady et son procès a été
reporté au 26 mars, sous prétexte que le président du tribunal n'avait pas eu
accès au dossier. Michel Alkhaly-Ngady s'apprête donc à passer une deuxième
semaine dans la prison de Ngaragba à Bangui. Reporters sans frontières salue
la solidarité des médias centrafricains, qui ont protesté contre sa détention
en refusant de publier le 19 mars.

    Reporters sans frontières défend les journalistes emprisonnés et la
liberté de la presse dans le monde. L'organisation compte neuf sections
nationales (Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Espagne, France, Italie,
Suède et Suisse), des représentations à Bangkok, Londres, New York, Tokyo et
Washington, et plus de 120 correspondants dans le monde.




Renseignements :

Renseignements: Emily Jacquard, Responsable de la section canadienne,
Reporters sans frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Fax: (514)
521-7771, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.