Reprise des travaux à l'Assemblée nationale - Les leaders syndicaux du SISP réclament une intervention économique ferme du gouvernement Charest



    QUEBEC, le 20 oct. /CNW Telbec/ - A quelques heures de l'ouverture d'une
nouvelle session parlementaire à Québec, les dirigeants syndicaux des
organisations membres du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP)
ont fait leurs recommandations au gouvernement Charest afin de réduire les
effets nocifs du ralentissement économique à prévoir.
    "La crise financière mondiale actuelle montre les limites du modèle
néolibéral avec lequel ont flirté plusieurs gouvernements au cours des
dernières années, dont le gouvernement libéral de Jean Charest. Notre économie
fait face à un danger de récession. Dans ce contexte, nous pressons le
gouvernement du Québec de se montrer proactif", ont déclaré en conférence de
presse aujourd'hui Réjean Parent de la CSQ, Michèle Boisclair de la FIQ, Lucie
Martineau du SFPQ, Dominique Verreault de l'APTS et Gilles Dussault du SPGQ.
    "Nous sommes actuellement témoins de la fausseté du discours de
l'Institut économique de Montréal et du Conseil du patronat qui prônent la
non-intervention de l'Etat dans l'économie et réclament une plus grande
réduction de l'appareil étatique. La crise financière, qui frappe de plein
fouet les Etats-Unis, est justement une conséquence de ce qui arrive lorsque
seul le laisser-faire gère l'économie", a expliqué Réjean Parent au nom du
SISP.

    Trois types d'interventions suggérées

    M. Parent soutient que, puisque de toute évidence, l'autorégulation de
l'économie ne fonctionne pas, on voit partout dans le monde des gouvernements
et des banques centrales intervenir pour essayer de reprendre le contrôle. Au
Québec, des gestes concrets peuvent être posés et le SISP recommande au
gouvernement Charest d'intervenir de trois façons.

    1. Accélération des projets d'investissement

    Le porte-parole du SISP mentionne que la première intervention souhaitée
est une accélération des projets d'investissement du gouvernement du Québec.
    "Si l'on veut contrer les menaces de ralentissement économique, l'Etat
doit prendre la relève du secteur privé en jouant un rôle plus actif dans
l'économie. Ainsi, davantage de ressources pourraient être consacrées à la
restauration et au développement des infrastructures publiques, en particulier
les écoles et autres établissements des réseaux de l'éducation, les hôpitaux
et autres établissements de santé et de services sociaux, les équipements
médicaux, les routes, ponts et viaducs, mais aussi les infrastructures
municipales dont le transport en commun, la culture, la recherche, le logement
social, les aqueducs et équipements de traitement des eaux usées, etc.",
élabore M. Réjean Parent.
    Le porte-parole du SISP précise que le gouvernement du Québec pourrait
faire un effort supplémentaire sans affecter pour autant la situation des
finances publiques.
    "Même si les investissements vont être augmentés sensiblement dans le
cadre du Plan québécois des infrastructures 2007-2012, il reste que les
investissements nets du gouvernement, c'est-à-dire les investissements moins
les dépenses d'amortissement, totalisent 3 milliards $ cette année, soit à
peine l'équivalent de 1 % du PIB. C'est ce montant, qui n'a rien d'excessif,
qui s'ajoute à la dette publique. Dans les circonstances actuelles, cette
proportion pourrait être relevée sans compromettre la poursuite de la
réduction du poids économique de la dette", mentionne M. Parent.

    2. Réinvestir dans les grandes missions de l'Etat

    M. Réjean Parent appelle de plus le gouvernement Charest à mettre fin aux
compressions budgétaires au sein de l'appareil étatique pour plutôt réinvestir
dans les grandes missions de l'Etat. A son avis, lorsque le secteur privé
faiblit, comme c'est le cas présentement, il revient à l'Etat de compenser en
soutenant l'activité économique par des dépenses plus élevées.
    "Ce n'est certainement pas en continuant à couper des postes dans la
fonction publique qu'on va éviter un ralentissement de l'économie québécoise.
Il faut donc mettre fin à la politique de non-remplacement d'un fonctionnaire
sur deux qui part pour la retraite. Le manque de personnel est également
flagrant en santé et services sociaux et en éducation. Il faut donc troquer
les postes précaires et à temps partiel par des postes permanents et à temps
plein, d'autant plus que les besoins sont bien réels. Essentiellement, le
gouvernement doit profiter de l'occasion pour réinvestir en santé et services
sociaux, en éducation, de même que dans l'ensemble des services publics",
soutient le porte-parole du SISP.
    M. Parent ajoute que ce n'est surtout pas le temps de concocter ou même
de lancer des projets en partenariat public-privé dont les coûts sont très
aléatoires pour obtenir des résultats qui demeurent peu concluants.

    
    3. Des mesures de soutien pour les travailleuses et les travailleurs,
    ainsi que les industries
    

    En dernier lieu, M. Parent croit que le gouvernement du Québec a le
devoir de prendre les moyens nécessaires pour soutenir les personnes et les
industries affectées par la crise.
    "La crise que nous traversons est exceptionnelle par son ampleur et exige
donc que l'on prenne des moyens exceptionnels pour aider les victimes. Il faut
faire plus que les recours habituels. Cela veut dire notamment aider celles et
ceux qui perdent leur emploi et bonifier les mesures de lutte contre la
pauvreté. Des programmes de soutien audacieux doivent être mis au point pour
soutenir le secteur manufacturier et les régions-ressources. D'ailleurs,
certains aspects du Plan d'action en faveur du secteur manufacturier
pourraient être bonifiés. Par exemple, le gouvernement pourrait améliorer le
crédit d'impôt à la formation de la main-d'oeuvre pour lequel il a réservé
30 millions $, ainsi que les dispositions sur l'embauche de travailleurs
affectés à l'innovation", recommande le dirigeant syndical.

    Le gouvernement doit prendre ses responsabilités

    M. Réjean Parent exhorte le gouvernement Charest à prendre ses
responsabilités et à jouer un rôle concret au cours des prochains mois pour
que l'Etat redevienne un acteur central dans l'économie québécoise.
    "Ces mêmes gens d'affaires, banquiers et économistes de droite qui, hier,
dénonçaient l'Etat providence réclament aujourd'hui à hauts cris
l'intervention des gouvernements et des banques centrales pour sauver le
système économique. Les apôtres de la privatisation à tout prix sont en train
de réaliser l'importance d'avoir un gouvernement proactif dans l'économie pour
protéger leurs intérêts socioéconomiques."

    Profil du SISP

    Le SISP regroupe 300 000 membres, issus de cinq organisations syndicales
(CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), dont près de 245 000 proviennent des secteurs
public, parapublic et péripublic. La CSQ représente près de 160 000 membres,
dont plus de 100 000 oeuvrent au sein des secteurs de l'éducation et de la
santé. La FIQ regroupe 57 000 membres du secteur de la santé. Le SFPQ
représente 43 000 membres, dont 40 000 sont issus de la fonction publique
québécoise. Quant à l'APTS, elle représente 26 000 travailleuses et
travailleurs occupant des postes professionnels ou techniques au sein du
réseau public de la santé et des services sociaux. Pour sa part, le SPGQ
regroupe plus de 19 000 personnes de la fonction publique, des sociétés
d'Etat, des réseaux de l'éducation et de la santé du Québec.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, CSQ, tél. cell.: (514) 237-4432; Sandra
Gagné, FIQ, tél. cell.: (514) 796-5093; Stéphane Caron, SFPQ, tél. cell.:
(418) 564-4150; Chantal Mantha, APTS, tél. cell.: (514) 236-9287; Sylvie
Goupil, SPGQ, tél. cell.: (514) 213-4192

Profil de l'entreprise

Secrétariat intersyndical des services publics (SISP)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.