Rentrée scolaire 2008 - La CSQ présente cinq propositions issues des Rendez-vous CSQ de l'éducation 2008 pour assurer une éducation de qualité, juste et égalitaire



    MONTREAL, le 25 août /CNW Telbec/ - "Nous sommes heureux de présenter les
résultats des Rendez-vous de l'éducation, car ils illustrent les
préoccupations et les besoins en éducation des régions du Québec. A ce jour,
près du quart des jeunes Québécoises et Québécois sont exclus de notre système
d'éducation et certains ne réussiront peut-être jamais à obtenir un diplôme.
De plus, entre 2001 et 2026, la part des jeunes âgés de 0 à 19 ans passera de
24 % à 19,1 % au Québec. Voilà assurément un de nos plus importants défis
collectifs, si on tient compte des besoins futurs de main-d'oeuvre et des
enjeux présents et à venir au niveau du développement régional", affirme
Réjean Parent, président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).
    Le président de la CSQ, Réjean Parent, a présenté aujourd'hui les cinq
propositions retenues au cours d'une importante tournée de consultation visant
à dresser un portrait de la situation éducative au Québec et dans ses régions.
Plus de 1 000 personnes ont participé à ces 12 Rendez-vous CSQ de l'éducation
2008 dans 16 des 17 régions administratives du Québec, ce qui a permis de
rejoindre près de 15 000 personnes. Ils avaient également pour but de faire la
promotion d'une éducation de qualité, juste et égalitaire.

    Proposition 1 : Faire de l'éducation une priorité nationale

    "Au Québec, c'est un élève sur quatre qui décroche et un élève sur trois
qui n'obtiendra pas son diplôme avant 20 ans. Il y a un large consensus à
l'effet de faire de l'éducation une priorité nationale et nous demandons aux
partis politiques d'en faire leur priorité et d'ouvrir le dialogue avec les
intervenants du milieu. Il devient d'une importance capitale de viser
l'obtention d'un premier diplôme pour le plus grand nombre et il faut refuser
le sacrifice d'autant d'enfants et de futurs travailleurs et travailleuses",
affirme Réjean Parent. Les milliers de personnes consultées durant les
Rendez-vous régionaux considèrent qu'il faut de meilleures politiques sociales
favorables à l'amélioration des conditions de vie des jeunes et des adultes en
formation, ainsi que des services de qualité et en quantité suffisante pour la
petite enfance.

    Proposition 2 : Eliminer la concurrence entre les établissements

    Nous assistons à une saignée de l'école publique au Québec, et cela,
malgré tous ses efforts et ses bons coups. Alors que le réseau public connaît
une baisse de son effectif de 7,6 %, le réseau privé enregistre, de son côté,
une hausse de 12 %. Entre 2002 et 2008, le réseau public a perdu 76 551
élèves, et le réseau privé a gagné 13 361 élèves.
    Les personnes rencontrées ont affirmé qu'il faut favoriser la
constitution d'un véritable réseau éducatif afin de promouvoir la coopération
et d'éliminer la concurrence entre les établissements. Il est essentiel de
financer adéquatement l'éducation publique, du préscolaire à l'université. Il
faut abolir progressivement le financement public de l'enseignement privé
conditionnellement à l'intégration du personnel au secteur public. Cela passe
également par l'ouverture de projets pédagogiques particuliers à tous les
élèves, par l'offre d'une formation diversifiée sur l'ensemble du territoire
et par une meilleure collaboration entre les établissements d'enseignement
supérieur.

    Proposition 3 : Assurer de meilleures conditions d'apprentissage et de
    réussite pour toutes et tous

    Conjuguée à un nombre parfois élevé de jeunes et d'adultes par classe,
l'intégration massive des élèves en difficulté au sein des classes dites
ordinaires sans les ressources nécessaires ou l'absence de services
professionnels ou de soutien pour les étudiantes et les étudiants adultes ne
favorisent en rien des conditions d'apprentissage et d'exercice favorables à
la réussite du plus grand nombre. "Le système scolaire québécois échoue donc
lamentablement auprès d'un noyau dur de jeunes, et cette situation perdure
année après année sans que nous voyions poindre la moindre embellie. On peut
bien se réjouir de notre réussite à certains examens nationaux et
internationaux, mais le problème se situe au niveau de celles et de ceux
abandonnés à eux-mêmes et c'est aussi là qu'il faut agir", affirme le
président de la CSQ.
    Encore ici, les commentaires des gens consultés vont dans le sens de
privilégier de meilleures conditions d'apprentissage et de réussite pour
toutes et tous. Cela passe par la réduction du nombre d'élèves jeunes et
adultes par classe et par l'offre de services professionnels et de soutien de
qualité en quantité suffisante, du préscolaire à l'université en passant par
l'éducation des adultes et la formation professionnelle. Il est également
nécessaire de revoir l'intégration des élèves en difficulté pour mieux en
baliser les limites et les possibilités.

    Proposition 4 : Améliorer les conditions d'exercice du personnel de
    l'éducation

    Les Rendez-vous CSQ de l'éducation 2008 ont réaffirmé la nécessité
d'améliorer les conditions d'exercice du personnel afin non seulement
d'assurer un service de qualité, mais également d'éviter les départs
précipités en début de carrière ou bien avant l'heure de la retraite. De plus,
comme dans bien d'autres secteurs, nous sommes aux prises avec des pénuries de
personnel, des départs hâtifs, de l'épuisement professionnel et de la
précarité d'emploi. "Nous avons été étonnés de constater la détresse qui se
vit dans certains milieux. Une éducation de qualité, ça passe aussi par du
personnel heureux et en nombre suffisant. Nous sommes profondément convaincus
de la nécessité de mettre en place des mesures pour favoriser l'attraction,
l'insertion professionnelle, le maintien en emploi et de meilleures conditions
de fin de carrière pour le personnel de l'éducation", affirme le représentant
syndical.

    Proposition 5 : Reconnaître et valoriser le travail du personnel de
    l'éducation

    Plusieurs des commentaires recueillis sur le terrain démontrent aussi
qu'il semble y avoir une certaine méconnaissance allant parfois même jusqu'à
une mauvaise perception du travail du personnel de l'éducation. "Il faut
revaloriser les métiers et les professions de l'éducation et cultiver la
fierté que nous avons de contribuer au développement des jeunes. Nous avons à
faire connaître davantage le travail du personnel de l'éducation auprès des
parents et de la population pour favoriser l'émergence d'une vision positive
des métiers et des professions de l'éducation", de conclure Réjean Parent.
    Les Rendez-vous CSQ de l'éducation 2008 ont été effectués durant la
deuxième année de la campagne éducation entreprise par la CSQ. La troisième
phase se déroulera au cours des prochains mois et vise à faire connaître les
propositions auprès des différents partenaires de l'éducation. Vous pouvez
consulter le site Web pour consulter les portraits régionaux des Rendez-vous
CSQ de l'éducation 2008 au www.csq.qc.net.

    Profil de la CSQ

    La CSQ représente quelque 160 000 membres, dont près de 100 000 dans le
secteur public. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en
éducation au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la
santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des
loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse CSQ, Cell.:
(514) 235-5082, perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.