Relance des mini-centrales privées pseudo-communautaires : irresponsable



    MONTREAL, le 29 sept. /CNW Telbec/ - La Fondation Rivières qualifie
d'irresponsable la relance des minicentrales sur les rivières du Québec. A
l'heure ou la qualité de l'eau est problématique, que les dernières grandes
rivières sont harnachées, que l'exploitation gazière annoncée polluera des
millions de mètres cube d'eau et que la pollution agricole sévit, tout projet
qui vient détruire les écosystèmes des dernières rivières saines est un
danger.
    "La relance des minicentrales est irresponsable en termes
environnementaux, énergétiques et même en création de soi-disant richesse
collective", a déclaré Anne-Marie Saint-Cerny, directrice de la Fondation
Rivières.
    Si l'objectif des minicentrales est de fournir des revenus aux
communautés, ce qui est louable, le gouvernement du Québec doit le faire sous
forme de subventions directes. Il est inutile de détruire des rivières pour
transférer l'argent d'Hydro-Québec à des municipalités. Plus encore, il est
économiquement inacceptable d'octroyer au passage des profits aux promoteurs
privés, ce qui a toujours été le cas des minicentrales privées.
    L'énergie des minicentrales viendra accroître le développement
énergétique chaotique dans lequel le Québec s'enlise. Pour la deuxième année,
les contribuables québécois doivent donner 200 millions de dollars à
TransCanada Energy d'Alberta pour fermer la centrale au gaz de Bécancour, les
surplus énergétiques trop importants étant invendables à l'exportation. Au
même moment, le Québec développe 2 400 Mégawatts (Romaine et Rupert), sans
compter le nucléaire de Gentilly, l'éolien privé et les économies d'énergie.
Tous ces développements ne sont appuyés par aucun contrat d'exportation signé,
garantissant les revenus au Québec.
    Contrairement à ce qu'affirme Hydro-Québec et le gouvernement, le
harnachement des rivières comme solution énergétique propre est un mythe. A
preuve, les publicités d'Hydro-Québec vantant le caractère renouvelable de
l'hydroélectricité n'osent montrer que des rivières vierges de barrages, et
jamais de rivières harnachées, asséchées et détournées. Et les coûts
collectifs des impacts environnementaux ne sont jamais comptabilisés par les
promoteurs, privés ou Hydro-Québec.
    Ironiquement, le ministère du Développement durable vient d'annoncer
plusieurs millions de dollars pour un Bureau de la connaissance de l'eau et la
lutte aux algues bleues ou rouges, en plus d'investissements de milliards en
usine de traitement de l'eau, souvent inadéquates. Jamais, les redevances sur
l'eau gaspillée par les minicentrales ne parviendront à effacer la dette
collective que nous aurons à assumer d'ici peu pour avoir accès à une eau
propre, buvable, et source de survie alimentaire.
    "Laissez l'eau du Québec tranquille. Pour protéger notre richesse, nous
avons besoin d'inspecteurs pour découvrir et punir les pollueurs, et le
respect intégral des rivières encore saines au Québec. De plus, après une
bataille qui a mené à deux moratoires, le Québec s'engage dans une autre
décennie de déchirements sociaux dans les communautés."




Renseignements :

Renseignements: Anne-Marie Saint-Cerny, directrice générale, (514)
272-2666

Profil de l'entreprise

Fondation Rivières

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.