Régularisation des niveaux d'eau du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent - La Communauté métropolitaine de Québec est préoccupée par la portée des impacts potentiels sur son territoire



    QUEBEC, le 10 juill. /CNW Telbec/ - La Communauté métropolitaine de
Québec (CMQ) est préoccupée des décisions qui pourraient être prises suite aux
consultations actuellement menées par la Commission mixte internationale (CMI)
dans le dossier de la régularisation des niveaux et des débits d'eau du lac
Ontario et du fleuve Saint-Laurent. Elle considère surprenant le fait que la
CMI n'ait pas étudié les impacts des divers plans de régularisation proposés
sur la quantité et la qualité de l'eau présente dans le fleuve Saint-Laurent
au niveau de son territoire (malgré les 20 millions de $ dépensés en diverses
études) et demande à la Commission mixte internationale, dans un mémoire
qu'elle vient de faire parvenir à cet organisme, d'intégrer son territoire à
sa zone d'intervention.
    Elément identitaire de premier plan pour les 730 000 citoyens de la
région métropolitaine de Québec, le Saint-Laurent constitue un des principaux
actifs naturels du territoire. Source d'eau potable pour des centaines de
milliers de personnes, site d'investissements majeurs visant à redonner aux
citoyens l'accès à ses berges, important espace récréatif, lieu de passage
pour la migration des oiseaux, assise de vastes milieux humides et voie de
navigation commerciale internationale, le Saint-Laurent est largement
dépendant des activités et des décisions qui touchent les Grands Lacs, et plus
particulièrement le lac Ontario.
    Or, il est plus que vraisemblable d'affirmer que, dans un contexte de
changements climatiques, les propositions de la CMI sur les niveaux et les
débits d'eau affecteraient la quantité et, par voie de conséquence, la qualité
de l'eau du fleuve dans la région de Québec. Quatre prises d'eau municipales
et trois prises d'eau industrielles y sont actuellement situées. Un apport
moindre en eaux douces en provenance du lac Ontario combinée à une
augmentation du niveau d'eau dans le golfe Saint-Laurent suite à une
éventuelle fonte des glaciers pourrait par exemple entraîner un déplacement
vers l'ouest du front salin. Or, ce dernier n'est actuellement situé qu'à
35 kilomètres en aval d'une des prises d'eau potables de la région. Les usines
de traitement de ces eaux ne sont évidemment pas équipées pour traiter de
l'eau salée. Pareille remontée du front salin pourrait également perturber les
milieux humides qui sont présentement en eaux douces. La biodiversité de la
région en serait modifiée.
    Pour ces diverses raisons, la CMQ souhaite que son territoire fasse
partie intégrante de la zone d'intervention de la CMI. Elle demande
conséquemment que les études préparées par la Commission incluent le
territoire de la région métropolitaine de Québec. La CMQ demande par ailleurs
à la CMI d'être directement tenue informée de l'évolution de ce dossier et
d'être éventuellement admissible aux mesures de mitigation prévues au plan de
régularisation qu'elle retiendra.




Renseignements :

Renseignements: Benoît Massicotte, Coordonnateur aux communications et
aux consultations, (418) 641-6250, poste 1210

Profil de l'entreprise

Communauté métropolitaine de Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.