Régler ses dettes personnelles : l'une des premières priorités des Québécois, selon un sondage de RBC

TORONTO, le 14 sept. 2011 /CNW/ - De tous les Canadiens, les Québécois sont les plus préoccupés de régler leurs dettes maintenant plutôt que d'épargner (54 % contre une moyenne nationale de 49 %), selon un nouveau sondage de RBC portant sur l'endettement.

« Beaucoup de Québécois considèrent qu'il est prioritaire de régler leurs dettes personnelles. C'est là un signe encourageant qui indique que les gens songent à l'avenir et planifient leur budget en conséquence, a déclaré Richard Goyder, vice-président, Prêts personnels, RBC. L'accès à des conseils judicieux peut faire toute la différence pour quelqu'un qui désire atteindre des objectifs financiers personnels et progresser véritablement dans la réduction de ses dettes. »

Les résidents du Québec éprouvent un niveau de satisfaction élevé par rapport à leur situation d'endettement, six Québécois sur dix (59 %) s'en déclarant satisfaits tandis que 41 % s'en disent insatisfaits. Ces résultats sont près des moyennes nationales enregistrées à ce chapitre, soit 58 % de répondants satisfaits contre 42 % d'insatisfaits.

Les réponses décrivant le sentiment des Québécois en ce qui a trait à leur niveau d'endettement sont en accord avec la moyenne nationale. Témoignant d'un degré élevé de satisfaction, près de la moitié des répondants (48 %) se disent à l'aise quant à leur situation d'endettement, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne nationale (45 %) et place le Québec au second rang, derrière la région des Prairies.

Près du tiers des Québécois (31 %) sont préoccupés dans une certaine mesure par leur niveau d'endettement actuel (contre une moyenne nationale de 32 %). Environ un cinquième des répondants (21 %) n'ont pas de dettes personnelles, soit légèrement moins que la moyenne nationale (22 %).

Lorsqu'on leur demande s'ils se considèrent en meilleure posture que leurs amis et leurs voisins au chapitre des dettes contractées (autres que les emprunts hypothécaires), les Québécois sont les moins optimistes, à égalité avec les Albertains sur ce plan (73 % contre une moyenne nationale de 75 %). Plus du quart (27 %) des Québécois se considèrent en plus mauvaise posture que leurs amis et leurs voisins.

Les Québécois sont également peu susceptibles de reporter ou d'annuler des projets importants - tels que des vacances (21 %) ou des achats coûteux (17 %) - en raison de préoccupations liées à leurs dettes (contre des moyennes nationales de 24 % et de 20 %, respectivement).

Voici quelques faits saillants du rapport pour l'ensemble du Canada :

  • Colombie-Britannique : Dans cette province, la moitié des répondants jugent tout aussi important d'épargner et d'effectuer des placements pour l'avenir que de régler leurs dettes (50 % contre une moyenne nationale de 44 %), soit le résultat le plus élevé sur ce plan au pays. En outre, près des deux cinquièmes des répondants (37 % contre une moyenne nationale de 34 %) estiment être en bien meilleure posture que leurs amis et leurs voisins au chapitre des dettes personnelles (autres que les emprunts hypothécaires).

  • Alberta : Les Albertains sont les plus nombreux à indiquer que leurs dettes sont une source d'inquiétude (36 % contre une moyenne nationale de 32 %). Ils sont également les plus susceptibles de modifier leurs projets en raison de préoccupations liées à leurs dettes, et notamment de reporter ou d'annuler des vacances (28 % contre 24 %) ou de remettre à plus tard l'achat d'une nouvelle maison (12 % contre 8 %).

  • Prairies : Les répondants de la Saskatchewan et du Manitoba sont les plus nombreux à indiquer qu'ils se sentent à l'aise et satisfaits (50 % et 62 % respectivement, comparativement à 45 % et à 58 % à l'échelle nationale) en ce qui concerne leur situation d'endettement. Ils viennent également en tête au pays pour ce qui est de ne pas modifier leurs projets en raison de préoccupations liées à leurs dettes, dépassant nettement la moyenne nationale à ce chapitre (66 % contre 61 %).

  • Ontario : Pour la plupart des questions, les résultats relatifs à l'Ontario se rapprochent des moyennes nationales. Les Ontariens sont plus nombreux à éprouver de la satisfaction (43 %) que de l'inquiétude (33 %) au sujet de leur situation d'endettement (43 % et 33 % respectivement, comparativement à 45 % et 32 % respectivement à l'échelle nationale). Près du quart des Ontariens indiquent ne pas avoir de dettes personnelles (24 % contre une moyenne nationale de 22 %).

  • Provinces de l'Atlantique : C'est dans les provinces de l'Atlantique que l'on observe le plus fort pourcentage de répondants (82 % contre une moyenne nationale de 75 %) estimant être en meilleure posture que leurs amis et leurs voisins au chapitre des dettes personnelles (autres que les emprunts hypothécaires).

Les Canadiens sont invités à consulter le Centre d'expertise de RBC (www.centredexpertiserbc.com), où ils trouveront des conseils axés sur la gestion efficace des dettes, ainsi que des outils et des calculatrices interactifs donnant accès à des renseignements personnalisés sur les divers aspects de l'épargne et de l'utilisation du crédit. Les clients des services bancaires aux particuliers de RBC peuvent également accéder sans frais à un nouvel outil de gestion financière en ligne, appelé maGestionFinancière, qui leur permettra d'élaborer un budget et de suivre leurs habitudes de consommation.

Le sondage omnibus de RBC sur l'endettement a été réalisé par Ipsos Reid entre le 18 et le 23 août 2011. Le sondage en ligne a été réalisé à partir d'un échantillon aléatoire de 2 011 Canadiens d'âge adulte, qui a été pondéré statistiquement pour faire en sorte que sa composition par région ainsi que par âge et sexe soit conforme à celle de la population canadienne d'après les données du recensement. Les résultats sont considérés comme précis à ± 2 points de pourcentage près, 19 fois sur 20, comparativement à ce qu'ils auraient été si l'ensemble de la population canadienne avait été consultée. La marge d'erreur est plus grande par région ou sous-groupes de la population sondée.

SOURCE RBC (French)

Renseignements :

Raymond Chouinard, RBC Banque Royale, 514 874-6556


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.