Réforme du mode de scrutin : 20 000 personnes et organismes interpellent les partis politiques présents à l'Assemblée nationale



    QUEBEC, le 14 nov. /CNW Telbec/ - Une pétition signée par plus de
20 000 personnes et organismes est déposée aujourd'hui à l'Assemblée nationale
par Daniel Turp, député du Parti québécois et Sébastien Proulx, député de
l'Action démocratique du Québec. "Tous les partis politiques siégeant à
l'Assemblée nationale doivent répondre sans délai et de façon satisfaisante à
ceux et celles qui réclament une réforme véritable du mode de scrutin". C'est
en ces termes que se sont exprimés les porte-parole des quatre organisations
initiatrices de la pétition "Pour un nouveau mode de scrutin" lors d'une
conférence de presse tenue aujourd'hui.
    Des personnalités publiques de tous les horizons ont appuyé cette
pétition. Parmi elles, mentionnons Mmes Michèle Asselin, Louise Beaudoin,
Claudette Carbonneau, Liza Frulla, Marie Grégoire et Laure Waridel, ainsi que
MM Jean-Pierre Charbonneau, Jean Allaire, Paul Cliche, Luck Mervil, Réjean
Parent et Jacques Proulx.
    Ces 20 000 signatures ne forment que la pointe visible de l'iceberg. En
effet, la pétition a été endossée par des organisations d'envergure oeuvrant
dans toutes les sphères de la société. Selon Mercédez Roberge, du Mouvement
pour une démocratie nouvelle, "les signataires demandent que le mode de
scrutin québécois produise un résultat proportionnel et qu'on corrige les
problèmes de sous-représentation existants".
    "Les nombreux engagements politiques formulés depuis 40 ans en faveur
d'une réforme n'ont pas encore été remplis bien que les deux partis ayant
occupé le pouvoir aient procédé à des consultations d'envergure à ce propos",
souligne André Larocque du Mouvement Démocratie et Citoyenneté du Québec. "La
population a réclamé des changements à chacune de ces consultations, réitérant
que le système électoral actuel ne répond pas aux attentes démocratiques de la
société québécoise et qu'il est urgent de le changer", poursuit-il.
    Pour sa part, Louise Paquet, du Collectif Féminisme et Démocratie, ajoute
que "le premier ministre, monsieur Jean Charest, s'est engagé à remplacer le
mode de scrutin actuel. D'ailleurs, tous les partis intègrent cet engagement à
leur programme, tant ceux qui côtoient le pouvoir de près que ceux qui ne
pourront jamais obtenir leur juste part de sièges avec le système majoritaire
en place".
    "Le gouvernement attendra-t-il le jugement de la Cour supérieure pour
répondre aux demandes citoyennes ? En décembre 2008, cette Cour pourrait bien
invalider le présent mode de scrutin en vertu des chartes québécoise et
canadienne des droits et libertés", affirme Brian Gibb de l'Association pour
la revendication des droits démocratiques.
    Au printemps 2006, s'achevait la Commission spéciale sur la Loi
électorale. Le rapport des commissaires recommandait un nouveau projet de loi
mais celui-ci ne s'est jamais concrétisé. A la place, le ministre Benoît
Pelletier a sollicité l'avis du Directeur général des élections du Québec.
Depuis, le dossier n'avance plus du côté gouvernemental et ce sera le cas
jusqu'au dépôt de cet avis, soit d'ici le 21 décembre 2007.
    "Le gouvernement se trompe s'il croit, par ses reports et par ses
réticences à l'égard du changement, affaiblir la détermination du mouvement
citoyen derrière cette pétition", de conclure Mercédez Roberge. Pour les
20 000 signataires, il est temps que tous les partis politiques représentés à
l'Assemblée nationale prennent position clairement dans ce dossier afin de
pouvoir aller de l'avant avec une réforme.
    La pétition "Pour un nouveau mode de scrutin" a été initiée par
l'Association pour la revendication des droits démocratiques, le Collectif
Féminisme et Démocratie, le Mouvement Démocratie et Citoyenneté du Québec et
le Mouvement pour une démocratie nouvelle.




Renseignements :

Renseignements: et entrevues: Linda Lévesque ou Stéfany Ranger, LCOM
Communication, bureau 1 877 393-3178, cellulaire 514 242-8909; Source: Brian
Gibb, président, Association pour la revendication des droits démocratiques;
Louise Paquet, porte-parole, Collectif Féminisme et Démocratie; André
Larocque, vice-président, Mouvement Démocratie et Citoyenneté du Québec;
Mercédez Roberge, présidente, Mouvement pour une démocratie nouvelle

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION POUR LA REVENDICATION DES DROITS DEMOCRATIQUES

Renseignements sur cet organisme

Mouvement pour une démocratie nouvelle

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.