Refonte du régime forestier québécois: L'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec réaffirme sa position



    QUEBEC, le 31 oct. /CNW Telbec/ - Un groupe d'organismes du secteur
forestier québécois a déposé hier un document faisant état de leur consensus à
propos de la réforme du régime forestier. Suite à l'analyse de ce document,
l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec souhaite clairement réaffirmer sa
position concernant la réorganisation des rôles et responsabilités en matière
de gestion des forêts publiques dans le cadre de la révision du régime
forestier.
    Dans un premier temps, l'Ordre appuie l'orientation du Ministère des
Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) qui vise la délégation aux milieux
régionaux de certaines responsabilités importantes en matière de gestion
intégrée des ressources forestières. Toutefois, l'Ordre est d'avis qu'il est
essentiel de séparer les responsabilités de nature politique, des
responsabilités opérationnelles relevant de la mise en valeur des ressources
forestières.
    Selon l'Ordre, les mandats et les responsabilités confiés aux Commissions
régionales sur les ressources naturelles et le territoire (CRRNT), qui
relèvent des Conférences régionales des élus (CRE), ne doivent en aucun cas
s'immiscer dans le champ de la coordination ou de la planification des
activités de mise en valeur des ressources forestières. Il s'agit selon
l'Ordre d'un principe fondamental de saine gouvernance.
    "Le rôle des CRE et de leur CRRNT doit se situer essentiellement au
niveau de la définition des orientations, des valeurs et des objectifs de
protection et de mise en valeur des ressources de leur territoire. De plus,
ces entités régionales impliquées dans la gestion du patrimoine forestier
devront être imputables de leurs décisions devant leurs commettants et devant
l'Etat.", de déclarer le président-directeur général de l'Ordre, M. Pierre
Labrecque, ing.f.
    Dans un deuxième temps, en ce qui a trait aux activités de mise en valeur
des ressources forestières, l'Ordre considère qu'il doit exister une
excellente intégration entre tous les niveaux de planification, du stratégique
à l'opérationnel, du plan général d'aménagement forestier au rapport annuel
d'intervention forestière. Le morcellement des différentes activités de
planification ne favoriserait pas l'aménagement durable de nos forêts et
compliquerait les mécanismes de reddition de compte. Un des constats qui est
fait du régime actuel porte justement sur la difficulté d'intégration des
activités de planification, en forêt feuillue et mélangée particulièrement, et
la multiplication des intervenants impliqués dans la confection et la
signature des différentes planifications.
    "La proposition du MRNF de créer de nouvelles structures, les sociétés
d'état, pour assumer ce rôle intégrateur, n'offre aucune garantie en terme
d'efficacité économique, technique et opérationnelle. D'autre part, l'idée de
confier la planification stratégique au MRNF, la planification tactique et
opérationnelle des travaux de récolte aux industriels et la planification des
travaux sylvicoles non commerciaux à d'autres ne contribue en rien à régler
les problèmes structurels du régime forestier actuel. Au contraire, elle
ajoute à la confusion des genres, multiplie les sources de conflits et réduit
l'efficacité économique globale du système. Il en va de la cohérence, de
l'efficience et de la crédibilité du prochain régime forestier.", souligne le
président-directeur général de l'Ordre.
    Pour réaliser cette intégration optimale, l'Ordre recommande plutôt la
désignation des organismes les plus aptes à relever ce mandat à travers un
processus de sélection rigoureux mené par les CRRNT. L'Etat confierait ensuite
à ces organismes désignés toutes les responsabilités et obligations relevant
de la mise en valeur des ressources forestières, du plan général d'aménagement
forestier au rapport annuel d'intervention forestière. Selon l'Ordre, l'Etat
et les instances régionales doivent miser sur la crème de l'expertise
professionnelle et technique qui existe au sein de nombreux organismes qui
sont déjà à l'oeuvre dans toutes les régions du Québec et qui méritent d'être
reconnus à leur juste valeur.

    L'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec est mandataire de la
protection du public et de l'encadrement de la profession d'ingénieur
forestier. Il compte 2 160 membres oeuvrant dans toutes les régions du Québec.




Renseignements :

Renseignements: François-Hugues Bernier, ing.f., Directeur des
communications et de la foresterie, Cell.: (418) 572-9802, (418) 263-5076,
Fax: (418) 650-2168, francois.bernier@oifq.com; www.oifq.com

Profil de l'entreprise

Ordre des ingénieurs forestiers du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.